lundi 25 février 2019

Les 10 ans du blog sur la famille royale belge

                                Afficher l’image source

Tout commence au départ par la création du Journal d'un petit Belge (http://journalpetitbelge.blogspot.com) en décembre 2006 suite au faux JT de la RTBF annonçant la fin de notre pays. Ce blog généraliste - qui existe toujours - a pour objectifs de défendre l'unité de la Belgique, de faire découvrir son histoire et les Belges qui se distinguent dans tous les domaines.

En février 2009, j'ai décidé de regrouper mes articles concernant notre famille royale sur un plus petit blog qui fête donc son 10ème anniversaire :   http://familleroyalebelge.blogspot.com .

S'il existe beaucoup de blogs et forums sur le Gotha, le mien ne concerne que la famille royale belge, et privilégie le texte aux images. J'essaie de donner des informations qu'on ne trouve pas ailleurs, et un rendez-vous s'impose dès 2009 :   le classement mensuel des activités officielles de la famille royale. J'ai la chance de bénéficier rapidement de la confiance de la princesse Esmeralda qui répond par mail à mes questions sur son père en 2009 et sur son frère en 2010, puis de la princesse Léa qui m'envoie ses réponses par courrier en 2011. A cette époque, je me suis aussi intéressé au rôle politique du roi Albert II à travers toute une série d'articles.

Je viens de regarder les chiffres de fréquentation depuis la création de ce blog, et deux articles se détachent clairement des autres avec chacun plus de 12.000 visites à l'heure actuelle :  mon texte sur les 60 ans de la princesse Léa de Belgique (en 2011) et mon article sur la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, née princesse de Belgique (en 2012). Tous deux sont très bien référencés dans les moteurs de recherche.

En 2014, ce sont les historiens Damien Bilteryst et Christophe Vachaudez qui acceptent de répondre à mes questions. Puis, la princesse Esmeralda m'accorde une longue interview par courriel à l'occasion de ses 60 ans en 2016 :   http://familleroyalebelge.blogspot.com/2016/09/esmeralda-de-belgique-linterview-de-ses.html

En général, mes articles sont publiés le lundi, mais ce n'est pas le cas toutes les semaines par manque de temps. Régulièrement, certains anciens articles sont actualisés en fonction des dernières informations trouvées.

Malgré la modernisation de la communication du Palais ces dernières années via Facebook ou Twitter,  le contenu du site officiel du Palais n'est pas très fouillé. Les biographies des différents membres de la famille royale ne sont pas très détaillées. Impossible d'y avoir le programme complet des voyages d'Etat des souverains et des missions économiques de la princesse Astrid. On ne trouve pas non plus de liste complète et actualisée des Hauts Patronages et présidences d'honneur de la famille royale (alors qu'en Grande-Bretagne, c'est possible....jusqu'aux cousins Kent et Gloucester de la reine Elisabeth II !).  Il n'y a pas non plus un endroit sur le site officiel du Palais où on retrouve directement un récapitulatif des actions et discours sur les deux grands combats sociaux des souverains :  les jeunes pour le Roi ;  les Objectifs de Développement Durable pour la Reine.  Bref,  voilà tous des sujets sur lesquels je tente de chercher des informations avec le plus d'objectivité possible.

A l'occasion des 10 ans de ce blog, je tiens à remercier :

- Valentin Dupont (Royalement Blog) pour son aide régulière et efficace.

- Régine Salens (Noblesse et Royautés) pour ses liens vers ce blog.

- les princesses Esmeralda et Lea, les historiens Damien Bilteryst et Christophe Vachaudez pour avoir accepté de répondre à mes questions.

- le journaliste Pierre Nizet qui a cité plusieurs fois mon blog dans les quotidiens du groupe Sud Presse.

- et vous, chers lecteurs, pour vos visites et vos commentaires !

lundi 11 février 2019

Le rôle politique du roi Philippe

                                Afficher l’image source

1° Les élections fédérales de 2014

Le 25 mai 2014, les Belges sont appelés aux urnes pour élire leurs députés au Parlement Européen, à la Chambre et aux parlements régionaux. Comme le veut la coutume, les souverains régnants ne vont pas voter mais par contre, le roi Albert II et la reine Paola refont usage de leur droit de vote dans un bureau de Laeken. A la Chambre, la NVA est le parti le plus important mais si on regroupe par famille politique, ce sont les socialistes (PS + SPA) qui possèdent le plus de sièges. On note aussi une baisse importante du Vlaams Belang et d'Ecolo, ainsi que l'arrivée du PTB qui est le seul parti national et bilingue du Parlement. 

Le lendemain, le premier ministre Elio Di Rupo présente la démission de son gouvernement au Roi qui lui demande de gérer les affaires courantes. Il commence ensuite ses consultations politiques en rencontrant le président de la Chambre André Flahaut et la présidente du Sénat Sabine de Béthune. Puis, pendant deux jours, il reçoit en audience les présidents des partis politiques représentés à la Chambre. Comme son oncle et son père, il ne convie pas le parti d'extrême-droite Vlaams Belang qui est persona non grata au Palais depuis des années.

Au terme de ces consultations, le Roi confie une mission d'information à Bart De Wever, le président de la NVA, le parti possédant le plus de sièges à la Chambre. Celui-ci souhaite former un gouvernement fédéral de centre droit, mais le 24 juin, le CDH rejette la note de l'informateur et fait comprendre qu'il ne souhaite pas gouverner avec les nationalistes flamands. Le 27 juin, le souverain confie une mission d'information au président du MR Charles Michel afin d'explorer d'autres formules. On s'oriente alors vers une coalition dite "suédoise" totalement inédite avec trois partis flamands (NVA, CD&V, VLD) et un parti francophone (MR).

Dans son discours de la fête nationale, Philippe déclare :    "Le 25 mai dernier, vous avez élu des hommes et des femmes appelés à vous représenter pendant les cinq prochaines années. Avec vous, je forme le vœu que les gouvernements de l'Etat fédéral et des entités fédérées soient tous à pied d'œuvre sans tarder. Ces gouvernements seront appelés à coopérer dans un esprit de loyauté et de reconnaissance mutuelle. Cela sera nécessaire pour la mise en œuvre de la réforme de l'Etat qui vient d'entrer en vigueur, mais aussi pour continuer à relever les défis économiques et sociaux. Pour créer de la valeur (économique, sociale et avant tout humaine), la coopération et la confiance sont indispensables. Poursuivons ensemble nos efforts pour construire une société dans laquelle l'un et l'autre se renforcent mutuellement".

Le 22 juillet, le Roi nomme Charles Michel (président du MR) et Kris Peeters (ministre-président flamand) co-formateurs. Les négociations de l'accord entre les quatre partis commencent. Le gouvernement prête serment le 11 octobre 2014 dans la Grande Galerie du palais royal de Bruxelles. Deux changements pour la forme par rapport au règne d'Albert II :  elle n'a plus lieu au château de Laeken d'une part, et ce sont les ministres qui s'avancent désormais vers le souverain (et plus l'inverse) d'autre part.

2° La crise politique de 2018

En décembre 2018, la NVA quitte le gouvernement fédéral suite à la volonté du premier ministre Charles Michel de se rendre à Marrakech pour souscrire au Pacte mondial sur les migrations. Les compétences des trois ministres (Jan Jambon, Johan Van Overtveldt et Sander Loones) et des deux secrétaires d'Etat (Theo Francken et Zuhal Demir) de la NVA sont redistribuées entre les membres du gouvernement des trois autres formations politiques. Certains reprocheront que ce remaniement ministériel se soit fait sans se rendre au palais royal, mais Charles Michel assurera qu'il avait été en contact permanent avec le souverain durant cette crise politique.

Quelques jours plus tard, sous la menace d'une motion de méfiance déposée à la Chambre par l'opposition, Charles Michel annonce sa démission au Roi qui la garde en suspens et rencontre les présidents de partis.

Le 21 décembre, le Palais diffuse ce communiqué :    "Sa Majesté le Roi a reçu en audience le président de la Chambre des Représentants et le premier ministre, après avoir consulté les présidents de partis. Le Roi a accepté la démission du gouvernement et l'a chargé de l'expédition des affaires courantes. Il constate une volonté politique de garantir la bonne gestion du pays jusqu'aux prochaines élections. Le Roi demande aux responsables politiques et aux institutions, en qui il réitère sa confiance, d'apporter une réponse appropriée aux défis économiques, budgétaires et internationaux, et aux attentes de la population, notamment sur le plan social et environnemental. Le Roi a convenu avec le président de la Chambre des Représentants et avec le premier ministre qu'ils l'informeront respectivement, à intervalles réguliers, de l'état d'avancement des travaux dans le cadre des affaires courantes".

Dans son discours télévisé de Noël, le souverain déclare :   "Notre pays traverse une période mouvementée. Des sujets importants préoccupent à juste titre nos concitoyens. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à de vives tensions politiques. Je fais confiance au sens des responsabilités de nos dirigeants pour agir dans l'intérêt du pays et de la population. Les inégalités, la pauvreté, l'intolérance, le changement climatique, sont des questions qui demandent des réponses exhaustives. Ces problèmes cruciaux de notre société demandent de notre part à tous écoute et ouverture, courage et esprit d'initiative. La démocratie exige cette écoute et ce dialogue. Préparons-nous aux élections fédérales, régionales et européennes en tenant des débats ouverts et vrais, où l'on se respecte. Car le moment du vote doit être le résultat d'une mûre réflexion". 

Nouvelle allusion à la fin de son discours de Nouvel An aux autorités du pays :   "Je vous invite à réfléchir et à travailler ensemble à ce nouvel élan, un projet pour la Belgique, au cœur de l'Europe. Un projet qui permettra à tous de voir plus que jamais l'avenir avec confiance. Les institutions dont vous avez la charge sont le ciment de notre société démocratique. Ce sont des lieux où sont créés des liens, des lieux qui rassemblent. Elles sont à même, aussi, de faire obstacle aux informations fallacieuses et aux simplifications néfastes. Au cours des prochains mois, dans la perspective de la nouvelle législature européenne, fédérale et régionale, votre tâche sera lourde et délicate. Le pays compte sur vous". 

A lire aussi :  mon article sur Philippe, roi d'une Belgique fédérale (http://familleroyalebelge.blogspot.com/2019/01/philippe-roi-dune-belgique-federale.html)

lundi 4 février 2019

Activités royales en janvier 2019

                                

9 audiences pour le Roi :  le premier ministre Charles Michel (reçu 3 fois), le président du Comité Militaire de l'Union Européenne Claudio Graziano, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, le président de la Chambre Siegfried Bracke, ainsi que les ambassadeurs de Sierra Leone, Costa Rica et Tchéquie.

30 activités officielles pour le Roi :   rencontre avec les lauréats du Deloitte Technology Fast 50 Competition, réception de Nouvel An pour les autorités européennes, réception de Nouvel An pour les ambassadeurs étrangers, visite du centre de jour de l'asbl L'Ilôt à Saint-Gilles, visite de l'atelier de l'artiste Michaël Borremans à Gand, réception de Nouvel An pour les autorités de l'Otan et du Shape, séance académique à Eupen pour le centenaire de l'appartenance de l'actuelle communauté germanophone à la Belgique, table ronde avec les agences régionales pour l'emploi, visite du T2 Campus à Genk, réception de Nouvel pour les autorités du pays, réception au château de Laeken pour les ambassadeurs belges et les consuls généraux
   + 20 activités officielles au forum mondial de Davos (session "Rethinking Global Financial Risk", session "Shaping a New Skills Architecture", session "Shaping Globalization 4.O", rencontre avec le managing director de Hanwha Group, rencontre avec Olivier et Nicole Schwab, rencontre avec le vice-président de la Commission Européenne en charge de l'emploi et de la croissance, rencontre avec le chancelier de l'Université de Californie et du vice-chancelier de l'Université Nationale Australienne, rencontre avec le président d'Alibaba Group Jack Ma, rencontre avec l'ancien vice-président américain Al Gore, dîner officiel au Marosoni Hotel, rencontre avec l'ancien secrétaire d'Etat américain John Kerry, rencontre avec le président du conglomérat Siemens, session "Making Digital Globalization Inclusive", session "Shaping the Future of Democraty", session "Taking Action for Ocean", Belgian Power Reception, rencontre avec le chairman de The Boston Consulting Group, rencontre avec le premier ministre d'Arménie Nikol Pashinyan, rencontre avec l'auteure Hilary Cottam, session "A Jobs Creation Strategy for the Fourth Industrial Revolution").

23 activités officielles pour la Reine :   visite de l'exposition Fernand Khnopff à Paris,  réception de Nouvel An pour les autorités européennes, réception de Nouvel An pour les ambassadeurs étrangers, réception de Nouvel An pour les autorités de l'Otan et du Shape, rencontre avec le CEO de la Confiserie Leonidas, soirée musicale en l'honneur du baron Arie Van Lysebeth, réception de Nouvel An pour les autorités du pays, réception au château de Laeken pour les ambassadeurs belges et les consuls généraux, visite de l'athénée royal d'Esneux, rencontre avec le professeur de neuropsychologie Bernard Dan
  + 13 activités officielles au forum mondial de Davos (session "Shaping Globalization 4.0", rencontre avec la Première Dame du Paraguay Silvana Abdo, réunion à la Schwab Foundation for Social Entrepreneurship dont elle est membre d'honneur, rencontre avec le directeur général de l'Organisation Mondiale de la Santé Tedros Adhanom Ghebreyesus, dîner officiel au Marosoni Hotel, session "Making Education Inclusive", session "Closing the Financing Gap", rencontre avec le Prix Nobel de la Paix 2018 Dr Denis Mukwege, réunion avec des spécialistes de la santé et de la santé mentale, Belgian Power Reception, rencontre avec le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Filippo Grandi, conférence du secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, rencontre avec le président d'un camp de réfugiés au Kenya Mohammed Hassan Mohamud)

0 activité officielle pour le roi Albert II et la reine Paola

0 activité officielle pour la princesse héritière Elisabeth, le prince Gabriel, le prince Emmanuel et la princesse Eléonore

3 activités officielles pour la princesse Astrid :  déjeuner au palais d'Egmont pour les Journées Diplomatiques, cérémonie à l'Académie Royale de Médecine en l'honneur du professeur Charpentier, réception de Nouvel An pour les autorités du pays

2 activités officielles pour le prince Lorenz :  dîner de gala du Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin à la Brafa, réception de Nouvel An pour les autorités du pays

4 activités officielles pour le prince Laurent :   inauguration du 97ème Salon de l'Auto à Brussels Expo, visite du musée des Beaux-Arts de Gand, visite du Salon de l'Auto avec ses enfants, réception de Nouvel An de la Fondation Prince Laurent

2 activités officielles pour la princesse Claire :  visite du musée des Beaux-Arts de Gand, réception de Nouvel An de la Fondation Prince Laurent

2 activités officielles pour la princesse Louise, les princes Nicolas et Aymeric :  visite du musée des Beaux-Arts de Gand, visite du Salon de l'Auto à Brussels Expo

Récapitulatif des activités officielles de janvier (source : www.monarchie.be) :

Roi :   30 activités officielles   +  9 audiences

Reine :   23 activités officielles

Prince Laurent :    4 activités officielles

Princesse Astrid :   3 activités officielles

Prince Lorenz :   2 activités officielles

Princesse Claire :   2 activités officielles

Princesse Louise, Princes Nicolas et Aymeric :   2 activités officielles

Roi Albert II et Reine Paola :   0 activité officielle

Princesse Elisabeth, Prince Gabriel, Prince Emmanuel et Princesse Eléonore :   0 activité officielle