lundi 28 août 2017

Les origines italiennes de la reine Paola

                                              Résultat d’images pour reine paola noblesse et royautés

La reine Paola descend d'une des familles les plus prestigieuses d'Italie. Il est difficile d'en déterminer avec certitude les origines car les différentes sources sont contradictoires. Les archives italiennes mentionnent cependant le nom "Ruffo" ou "Rufus" avant l'an 1000 :  Bérénice Ruffo épouse l'empereur byzantin Basileios Ier le Macédonien et son père, Giovanni Fulcone, est nommé gouverneur de la Calabre dans le sud de l'Italie.

Au fil des siècles, les Ruffo di Calabria font construire, entre autres, le couvent et l'église des Dominicains à Naples, le monastère de l'Annonciation à Noceto, le sanctuaire de Saint-Dominique à Altomonte et le monastère de Sainte-Marie à Scilla. On trouve les chapelles et monuments funéraires de la famille dans la cathédrale de Capoue, dans l'église Saint-Laurent de Rome, dans l'église des Capucins de Bagnara et dans cinq églises de Naples.

Plusieurs Ruffo di Calabria ont été nommés cardinaux. En 1661, Fabrizio Ruffo, qui était à la fois le supérieur d'un couvent et le capitaine de l'escadre de Malte, bat les Turcs à la tête de ses galères. La famille de Paola posséda en Italie dix-neuf comtés, un vicomté, dix marquisats, dix duchés et quinze principautés. Sa puissance se termine au début du 19ème siècle lorsque la Calabre est soumise à Napoléon Bonaparte.

En 1877, Benianimo Ruffo di Calabria, maire de Naples, épouse Laure Mosselman du Chenoy, une  jeune Bruxelloise. Le couple a trois enfants :  Eleonora, Fulco et Ludovico (surnommé Luigi).

Né en 1884, Fulco devient le chef de famille en 1901 suite au décès de son père Beniamino. Il est directeur d'une société belgo-italienne de bateaux à vapeur au Sénégal, mais ses activités professionnelles sont compromises avec la première guerre mondiale. Il rejoint d'abord son régiment de cavalerie où il avait effectué son service militaire. A sa demande, il est ensuite envoyé dans des écoles de pilotage à Turin et Pise, et reçoit ses ailes de pilote le 15 août 1915. Fulco est muté en 1916 à l'Ecole de pilotage de Coscina Costa et devient le compagnon attitré de Francesco Baracca. Le 25 octobre 1917, il affronte seul une escadrille de six avions autrichiens. Il réussit à en abattre deux, pendant que les autres prennent la fuite. On le surnomme le "baron rouge" ou "le chevalier du ciel".

Fulco Ruffo di Calabria termine la première guerre mondiale avec vingt victoires et le grade de capitaine. Il est le cinquième as de l'aviation italienne, derrière le major Baracca (34), le lieutenant Scaroni (26), le lieutenant-colonel Piccio (24) et le lieutenant Barachini (21). Les récompenses pleuvent. Le roi Albert Ier le fait chevalier de l'Ordre de Léopold sur l'aéroport de Padoue et la Belgique lui décerne plus tard la Croix de guerre 1914-1918. A la Scala de Milan, Fulco reçoit la Medaglia d'Oro et Valore Militare, un honneur que seuls sept pilotes ont reçu durant ce conflit. Le roi Victor-Emmanuel III le nomme sénateur et chevalier de l'Ordre militaire de Savoie.

En 1919, Fulco épouse à Turin la comtesse Luisa Gazelli di Rossana e di Sebastiano, de douze ans sa cadette. Fille du comte Augusto Gazelli di Rossana e di Sebastiano et de la comtesse Maria-Cristina Rignon, elle appartient à une famille de la noblesse piémontaise des Alpes et descend par sa mère du marquis Gilbert Motier de La Fayette (1757-1834),  qui est devenu célèbre pour sa participation à la guerre d'Indépendance aux Etats-Unis aux côtés des insurgés.

Mario Danneels écrit dans son livre "Paola : de la dolce vita à la couronne" :   "Donna Luisa était une personnalité flamboyante et énergique qui ne se laissait pas facilement démonter. L'importance de sa fonction fut au centre de son éducation. Ses parents lui apprirent qu'elle devait se montrer digne de son titre, mais qu'elle pouvait aussi tirer avantage de sa position privilégiée pour soulager le sort des personnes défavorisées. C'est ce qui explique pourquoi elle se montra très sensible aux questions sociales, dès son jeune âge".

Le couple s'installe d'abord à Turin, la ville natale de Luisa, avant de déménager ensuite à la via Jacopo Peri à Rome, non loin de la célèbre Villa Borghese. Ils auront sept enfants :   Maria-Cristina (1920-2003),  Laura (1921-1972),  Fabrizio (1922-2005),  Augusto (1925-1943),  Giovanella (1927-1941),  Antonello (1930-2017), et Paola (1937) qui est donc la dernière survivante de la fratrie.

Suite à l'absence d'héritiers du roi Baudouin et de la reine Fabiola, la famille de Paola retrouve une place prestigieuse au sein du Gotha européen :  toute la famille royale descend désormais des Ruffo di Calabria...   C'est le fils aîné de Fabrizio (et donc le neveu de Paola) qui est l'actuel chef de famille.

A noter que Paola avait pour marraine la marquise Margherita Visconti, dont la résidence à Grosio (Lombardie) a été transformée en Musée Villa Visconti Venosta. 

Bibliographie :
- DANNEELS Mario, "Paola : de la dolce vita à la couronne",  1999
- LEROY Vincent,  "Les 75 ans de la reine Paola",  2012

1 commentaire :