jeudi 30 décembre 2010

Activités royales en 2010

Activités officielles en 2010 (source : www.monarchie.be) :

Roi : 46 activités officielles + 197 audiences + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Prince Philippe : 94 activités officielles + missions économiques au Brésil, en Inde, au Kazakhstan et en Ukraine.

Princesse Mathilde : 95 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde + voyage au Liberia avec Unicef et Onusida.

Princesse Astrid : 79 activités officielles + voyage aux Etats-Unis et au Canada pour la Semaine Mondiale contre la Malaria.

Reine Paola : 42 activités officielles + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Princesse Claire : 41 activités officielles

Prince Laurent : 40 activités officielles

Reine Fabiola : 21 activités officielles

Prince Lorenz : 18 activités officielles

Que peut-on conclure?

Suite aux problèmes politiques, le couple royal a diminué ses activités publiques pour disposer de plus de temps pour les rencontres avec les présidents de partis : 46 au lieu de 67 en 2009 pour le Roi et 42 au lieu de 68 en 2009 pour la reine Paola. Par contre, Albert II a battu son record d'audiences : 197 audiences en 2010 contre 145 en 2009. Nos souverains ont effectué un seul voyage à l'étranger mais qui était très important sur le plan politique : les 50 ans de l'indépendance du Congo.

Toujours très actifs, le prince Philippe et la princesse Mathilde ont quelques activités officielles en plus que l'an dernier : 94 au lieu de 89 en 2009 pour le prince ; 95 au lieu de 92 en 2009 pour la princesse. On notera que le prince Philippe effectue de plus en plus de visites dans le domaine social. A ces activités, il faut également ajouter les missions économiques de plusieurs jours à l'étranger.

Le nombre d'activités officielles de la reine Fabiola (21 au lieu de 16 en 2009), de la princesse Astrid (79 au lieu de 63 en 2009), du prince Laurent (40 au lieu de 30 en 2009) et de la princesse Claire (41 au lieu de 30 en 2009) est en hausse par rapport à l'an dernier. Quant au prince Lorenz, il continue de travailler à temps plein dans une banque.

Activités royales en décembre 2010

10 audiences pour le Roi : le premier ministre Yves Leterme (reçu 2 fois), le ministre d'Etat Johan Vande Lanotte, le président de la Cour Constitutionnelle Michel Melchior, ainsi que les ambassadeurs d'Espagne, de Guinée-Bissau, Jordanie, Erythrée, Gabon et Trinidad.

3 activités officielles pour le Roi : déjeuner avec le président russe Dimitri Medvedev et son épouse, déjeuner avec le roi Abdallah de Jordanie, concert de Noël au palais royal.

3 activités officielles pour la reine Paola : concert au profit de la Fondation Reine Paola, déjeuner avec le président russe Dimitri Medvedev et son épouse, concert de Noël au palais royal.

1 activité officielle pour la reine Fabiola : concert de Noël au palais royal.

8 activités officielles pour le prince Philippe : réception au palais royal pour les membres du conseil des présidents de Businesseurope, session d'ouverture des Journées Européennes de Développement, déjeuner avec le président russe Dimitri Medvedev et son épouse, visite de l'entreprise Lambda X à Nivelles, visite de l'entreprise Puratos à Grand-Bigard, concert de Noël au palais royal, avant-première du film "Les Ailes du Soleil", remise des prix Belgodyssée 2010.

8 activités officielles pour la princesse Mathilde : réception au palais royal pour les membres du conseil des présidents de Businesseurope, 100ème anniversaire de l'hôpital psychiatrique Onze Lieve Vrouw à Bruges, visite de l'exposition "Van Eyck à Dürer" à Bruges, Journée Nationale Info-Familles organisée par la Défense, session d'ouverture des Journées Européennes de Développement, forum international "End Trafficking Now" à Louxor (Egypte), concert de Noël au palais royal et visite de l'exposition "Ensor démasqué" à Bruxelles.

6 activités officielles pour la princesse Astrid : 50ème anniversaire de l'Orchestre Philharmonique de Liège, 10ème anniversaire du Prix Gert Noël, concert Stars of the Violin à Gand, Hommage National au Travail et aux Travailleurs, concert de Noël au palais royal, clôture de l'Année européenne de lutte contre la pauvreté.

1 activité officielle pour le prince Lorenz : concert de Noël au palais royal.

3 activités officielles pour le prince Laurent : réception à l'ambassade d'Italie pour les 100 ans d'Alfa Roméo, présentation du nouveau livre du père Guy Gilbert au Cercle de Lorraine, concert de Noël au palais royal.

2 activités officielles pour la princesse Claire : réception à l'ambassade d'Italie pour les 100 ans d'Alfa Roméo et concert de Noël au palais royal.

mercredi 22 décembre 2010

Belgodyssée 2010

Le prince Philippe a remis aujourd'hui les prix du concours Belgodyssée 2010 au palais royal de Bruxelles. Ce projet a été mis sur pied dans le cadre des festivités 175/25. Belgodyssée est une initiative du Fonds Prince Philippe, de Radio 2 (VRT) et de Vivacité (RTBF), soutenus par Metro, Vers l'Avenir, Brussels Airlines et la Chancellerie du premier ministre. Il a pour objectif de promouvoir la collaboration en duos bilingues entre des futurs journalistes des trois communautés linguistiques du pays. Voici le discours prononcé par le prince à cette occasion :

"Mesdames, Messieurs,

Je suis particulièrement heureux de faire aujourd'hui la connaissance des lauréats du concours Belgodyssée 2010, et de les féliciter pour ce qu'ils ont réalisé. Depuis 2005, près de 100 jeunes Belges ont pu bénéficier - via Belgodyssée - d'un coup de pouce pour vivre une expérience unique entre leurs études de journalisme et leur carrière professionnelle. Mais Belgodyssée va bien au-delà de la seule passion pour le journalisme. Belgodyssée est également synonyme de découverte, de rencontre, de dialogue et de collaboration harmonieuse entre néerlandophones, francophones et germanophones de notre pays. Et si des liens d'amitié se tissent pour la vie, chaque nouvelle édition est une nouvelle réussite.

En ce sens, le concept de Belgodyssée est une illustration parfaite de l'action du Fonds depuis plus de dix ans : offrir aux gens la possibilité de se rencontrer et de se découvrir, pour ainsi apprendre à mieux se comprendre et se respecter. Cette approche permet de sortir des clichés et de remplacer progressivement une certaine perception des choses par la connaissance et l'estime de l'autre. Tout récemment encore, je suis entré à de multiples reprises en contact avec des dirigeants d'entreprises des différentes régions de notre pays dans le cadre d'autres projets menés par le Fonds ou en collaboration avec le Fonds. Il est agréable de constater que ces échanges donnent rapidement naissance à une dynamique et que d'innombrables intérêts, préoccupations et défis communs unissent les gens. D'ailleurs, nous continuons, au sein du Fonds, à faire preuve d'une certaine créativité pour donner à des compatriotes l'occasion de se rencontrer ou pour reconnaître et soutenir des projets intéressants poursuivant la même finalité. Dans cette optique, les premiers prix du Fonds Prince Philippe seront proclamés au printemps 2011.

Ce fut une excellente idée de donner une tonalité européenne à Belgodyssée pendant la présidence belge du Conseil de l'Union Européenne et de nouer des contacts avec des citoyens européens dans notre pays. Le principe de Belgodyssée est, en effet, d'aller à la rencontre de l'autre. Nous le faisons en Belgique mais le projet européen est, à vrai dire, identique, bien qu'à une autre échelle.

Pour découvrir l'autre, plurilinguisme et mobilité sont indispensables et indissociablement liés, en Belgique comme en Europe. L'intérêt que la Commission Européenne porte à ces deux aspects, pour l'avenir de nos jeunes, en est la meilleure preuve. Le projet "Jeunesse en mouvement", récemment lancé dans le cadre de la stratégie 2020, accorde une grande importance à la mobilité des étudiants et des jeunes, car elle est le vecteur de l'épanouissement individuel et du développement des aptitudes linguistiques et des compétences interculturelles.
Mais un facteur doit également, selon moi, être pris en considération pour le journalisme en particulier. Le plurilinguisme et la disposition à vouloir découvrir l'autre, dans son propre pays comme à l'étranger, doivent permettre de rendre compte d'événements de manière correcte et objective, en s'appuyant sur ses connaissances et son expérience, sur la base de faits et sans préjugés.

Nos lauréats peuvent être fiers des prestations qu'ils ont fournies, compte tenu des exigences de qualité élevées et des contraintes de temps à respecter. Mais avant tout, je tiens à les féliciter pour leur dynamisme et leur ouverture à l'inconnu et à la découverte d'autres personnes et cultures. Chers lauréats, il était réconfortant de constater à quel point vos échanges étaient spontanés et emplis de gaieté. Je suis également impressionné par vos qualifications. En effet, nombre d'entre vous ont déjà un ou plusieurs diplômes en poche, ont voyagé ou étudié à l'étranger ou, via Erasmus Belgica, dans une autre communauté linguistique de notre pays. Aussi je tiens également à m'adresser à vos parents, qui sont présents aujourd'hui, ainsi qu'à vos responsables de formation. Mesdames, Messieurs, vous les avez guidés avec succès là où ils se trouvent aujourd'hui et je vous en félicite.

Je tiens également à adresser un salut particulier à tous les anciens lauréats présents. Nous sommes heureux de vous revoir et j'espère du fond du coeur que les amitiés nouées grâce à Belgodyssée se sont renforcées et qu'elles vous apportent également une valeur ajoutée dans votre vie professionnelle. Nous examinons d'ailleurs au sein de notre comité de gestion comment créer sur le site web du Fonds une plate-forme de rencontre électronique permettant aux lauréats de continuer à suivre les trajets des uns et des autres.

Je remercie également tous ceux qui ont porté ce projet : les partenaires structurels, la RTBF et la VRT, la chancellerie du premier ministre, l'Avenir, Métro et Brussels Airlines. Un grand merci également à Adrien Joveneau et Kathy Lindekens et à tous leurs collaborateurs qui travaillent dans l'ombre. Malgré vos occupations accaparantes, vous avez consacré du temps pour accompagner des jeunes tout au long de ce parcours. Cette disponibilité vous honore.

Enfin, je tiens à dire à tous les lauréats, qu'ils reçoivent un prix spécial aujourd'hui ou non : vous êtes tous des vainqueurs, car vous vous êtes tous surpassés et vous avez eu le courage de vous lancer dans l'inconnu. Je vous souhaite à tous beaucoup de bonheur dans votre carrière future, ainsi que dans votre vie. Merci de votre attention".

mardi 7 décembre 2010

Les livres de Vincent Leroy

Passionné par l'histoire belge contemporaine, Vincent Leroy est l'auteur de six ouvrages :

1° "Chroniques du règne d'Albert II" de Vincent Leroy, éditions Azimuts, 2005, ré-actualisé en 2006 (livre épuisé)
A la surprise générale, Albert II succède en 1993 à son frère défunt et devient le premier roi de la Belgique fédérale. S'il conserve les mêmes combats et les mêmes valeurs que son prédécesseur, le roi Albert a transformé la monarchie en une institution moderne et dynamique. Sa personnalité joviale, simple et chaleureuse plaît beaucoup aux Belges. Année après année, cet ouvrage raconte de manière objective et neutre les événements politiques, économiques, dynastiques, sociaux, culturels et sportifs qui se sont déroulés depuis l'accession au trône du roi Albert II.

2° "Le poète belge Emile Verhaeren" de Vincent Leroy, éditions Azimuts, 2006 (livre épuisé)
Né à Gand en 1855, Emile Verhaeren effectue des études de droit à l'UCL, mais une carrière d'avocat ne l'intéresse pas. "Les Flamandes", son premier recueil de poésies, est publié en 1883. Sa bibliographie contient une longue liste de critiques d'art, d'essais, de poèmes et de pièces de théâtre rédigés pendant trente-trois ans. Sur le plan personnel, après une série de deuils successifs qui ébranlent sa santé mentale, il rencontre sa future épouse, Marthe Massin, qui lui apporte bonheur et sérénité. Ami du roi Albert Ier et de la reine Elisabeth de Belgique, Emile Verhaeren a côtoyé au cours de sa vie de nombreux écrivains, artistes et leaders socialistes. Lors de la première guerre mondiale, Emile Verhaeren est trop âgé pour se battre, mais il défend et glorifie la Belgique et ses souverains à travers ses poésies, ses articles de journaux et ses conférences. Ce grand poète belge décède accidentellement en 1916 à la gare de Rouen en France. Ses derniers mots seront : "Je meurs...ma femme...ma patrie!".

3° "Le prince Charles de Belgique" de Vincent Leroy, éditions Imprimages, 2007
Le prince Charles de Belgique (1903-1983) était le deuxième enfant du roi Albert Ier et de la reine Elisabeth. Après sa formation militaire dans la marine britannique, il mène une vie tranquille et discrète jusqu'en 1944. Suite à la déportation du roi Léopold III en Allemagne, les Chambres réunies le nomment régent du royaume. Il exerce pendant six ans ses nouvelles fonctions avec sérieux et simplicité, et est apprécié du monde politique. Par contre, son frère lui reproche son manque de soutien durant la Question Royale. Après 1950, Charles coupe les ponts avec sa famille et se réfugie dans sa propriété de Raversijde à la côte belge, où il s'adonne à sa passion pour la peinture sous le nom de Karel van Vlaanderen. Les dernières années de sa vie sont marquées par plusieurs procès intentés par le prince et par ses expositions de peinture qui suscitent la curiosité et l'intérêt du public. Il décède en 1983 à Ostende et la Belgique organise des funérailles nationales pour son ancien régent oublié de tous.

Pour commander : www.imprimages.be/catalogue-des-livres/catalogue/11/livres/biographie

4° "Les 70 ans de la reine Paola" de Vincent Leroy, éditions Imprimages, 2008
Issue de l'aristocratie italienne, Paola Ruffo di Calabria naît en 1937 à Forte dei Marmi. Son enfance est marquée par la deuxième guerre mondiale et le décès de son père. En 1958, le destin de Paola bascule : elle rencontre le prince Albert de Belgique. C'est le coup de foudre. Un an plus tard, ils se marient à Bruxelles et auront trois enfants : Philippe, Astrid et Laurent. Ils connaissent ensuite une longue crise conjugale. Suite au décès du roi Baudouin en 1993, Albert II monte sur le trône et Paola devient la sixième reine des Belges. L'auteur nous explique toutes les initiatives de la souveraine dans les domaines socio-culturels : l'art contemporain, la Fondation Reine Paola, Child Focus, etc. Il dresse ensuite le portrait de son époux le roi Albert, de leurs enfants et petits-enfants.

Pour commander : www.imprimages.be/catalogue-des-livres/catalogue/11/livres/biographie

5° "Le prince Laurent et la princesse Claire" de Vincent Leroy, éditions Imprimages, 2009
Né en 1963, le prince Laurent est le fils cadet du roi Albert et de la reine Paola. Sa jeunesse n'est pas très heureuse entre les problèmes conjugaux de ses parents et ses résultats scolaires médiocres. Après l'accession au trône de son père en 1993, Laurent sort de l'ombre et trouve sa voie en s'investissant en faveur de l'eau, de l'environnement et des animaux. En 2007, le prince est cité comme témoin dans un procès à Hasselt et est emporté par une tempête médiatique qui ternit sa popularité. Sur le plan privé, il fait un mariage d'amour en 2003 avec Claire Coombs, une charmante géomètre belgo-britannique. Leur mariage est marqué par la méditation du père Guy Gilbert. Le couple a trois enfants : la princesse Louise, les princes Nicolas et Aymeric.

Pour commander : www.imprimages.be/catalogue-des-livres/catalogue/11/livres/biographie

6° "Les 180 ans de la Belgique" de Vincent Leroy, éditions Imprimages, 2010
A l'occasion des 180 ans de la révolution et de l'indépendance de la Belgique, Vincent Leroy a choisi de donner un petit aperçu de l'histoire de notre pays et de notre dynastie. Destiné au grand public, ce livre évoque notamment la révolution de 1830, notre drapeau, la Brabançonne, nos rois, l'Atomium, les 10 Prix Nobel belges...sans oublier nos problèmes communautaires.

Pour commander : www.imprimages.be/catalogue-des-livres/produit/36/9/livres/histoire-chroniques/les-180-ans-de-la-belgique (8 euros + frais de port)

jeudi 2 décembre 2010

Activités royales en novembre 2010

12 audiences pour le Roi : le ministre d'Etat Johan Vande Lanotte (reçu 3 fois), le commissaire général belge à l'Expo Universelle de Shanghai Léo Delcroix, l'aide de camp honoraire Jacques De Winter, l'aide de camp honoraire Jean-Pierre Bovy, le commandant de l'Escorte Royale Jean-Jacques Rousseaux, ainsi que les ambassadeurs de Moldavie, Indonésie, Montenegro, Salvador et Uruguay venus remettre leurs lettres de créance.

5 activités officielles pour le Roi : déjeuner avec la chancelière allemande Angela Merkel, réception pour les Belges anoblis en 2009, dîner à Laeken pour les invités d'honneur de la conférence, conférence "Les enfants vulnérables en situation d'errance, un défi européen" au palais royal, remise des prix scientifiques d'excellence du FNRS.

4 activités officielles pour la reine Paola : dîner à Laeken pour les invités d'honneur de la conférence, conférence "Les enfants vulnérables en situation d'errance, un défi européen", dîner de travail à la Commission Européenne, lancement du comité de parrainage de Missing Children Europe.

2 activités officielles pour la reine Fabiola : Te Deum pour la fête du Roi et hommage à Soeur Léontine pour les 20 ans du service de soins palliatifs qu'elle a créé à la clinique Saint-Jean.

9 activités officielles pour le prince Philippe : audience pour les pêcheurs à crevettes à cheval d'Ostduinkerke, clôture des Assises de l'Interculturalité, rencontre avec les éducateurs de rue de Schaerbeek, commémoration de l'Armistice, Te Deum pour la fête du Roi, visite auprès des sinistrés des inondations, conférence européenne sur les drogues, conférence sur les PME, visite de la Bourse du Livre d'Anvers + mission économique en Ukraine.

12 activités officielles pour la princesse Mathilde : Te Deum pour la fête du Roi, réception au Parlement pour la fête du Roi, réunion du groupe intergouvernemental Europe de l'Enfance, dîner à Laeken pour les invités d'honneur de la conférence, conférence "Les enfants vulnérables en situation d'errance, un défi européen" au palais royal, dîner de travail à la Commission Européenne, lancement du comité de parrainage de Missing Children Europe, colloque "La parole aux enfants", 30ème anniversaire de la Nederlandse Taalunie à Bruges, réception pour les ministres de l'emploi de l'Union pour la Méditerranée, semaine de la lecture à voix haute à Schaerbeek, visite de la Bourse du Livre d'Anvers.

10 activités officielles pour la princesse Astrid : 1ère conférence des parties signataires de la convention sur les sous-munitions au Laos, Te Deum pour la fête du Roi, réception au Parlement pour la fête du Roi, dîner à Laeken pour les invités d'honneur de la conférence, conférence "Les enfants vulnérables en situation d'errance, un défi européen" au palais royal, dîner de travail à la Commission Européenne, 175ème anniversaire de l'Institut Royal pour Sourds et Aveugles, conférence européenne sur les personnes handicapées, lancement de la campagne 2011 de l'Action Damien, concert au profit de l'AMADE-Belgique.

3 activités officielles pour le prince Lorenz : 1ère conférence des parties signataires de la convention sur les sous-munitions au Laos, Te Deum pour la fête du Roi et réception au Parlement pour la fête du Roi.

8 activités officielles pour le prince Laurent : Te Deum pour la fête du Roi, réception au Parlement pour la fête du Roi, visite auprès des sinistrés des inondations, remise de la Coupe du Roi et du Prix Roi Baudouin par la Fédération Royale Colombophile Belge, 175ème anniversaire des Commissions Royales des Monuments et Sites, spectacle "Le souffle d'Ylang-Ylang" organisé par l'asbl L'Enfant des Etoiles, jumping de Bruxelles, vernissage à Waterloo de l'exposition sur la vie du prince Alexandre de Belgique.

10 activités officielles pour la princesse Claire : Te Deum pour la fête du Roi, réception au Parlement pour la fête du Roi, dîner à Laeken pour les invités d'honneur de la conférence, conférence "Les enfants vulnérables en situation d'errance, un défi européen" au palais royal, dîner de travail à la Commission Européenne, lancement du comité de parrainage de Missing Children Europe, 175ème anniversaire des Commissions Royales des Monuments et Sites, spectacle "Le souffle d'Ylang-Ylang" organisé par l'asbl L'Enfant des Etoiles (à qui la princesse accorde son Haut Patronage), jumping de Bruxelles, vernissage à Waterloo de l'exposition sur la vie du prince Alexandre de Belgique.

Résumé des activités officielles de janvier à novembre 2010 (source : http://www.monarchie.be/) :

Roi : 43 activités officielles + 187 audiences + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Prince Philippe : 86 activités officielles + missions économiques au Brésil, en Inde, au Kazakhstan et en Ukraine

Princesse Mathilde : 87 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde + voyage au Liberia avec l'Unicef et Onusida

Princesse Astrid : 73 activités officielles + voyage aux Etats-Unis et au Canada pour la Semaine Mondiale contre la Malaria

Reine Paola : 39 activités officielles + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Princesse Claire : 39 activités officielles

Prince Laurent : 37 activités officielles

Reine Fabiola : 20 activités officielles

Prince Lorenz : 17 activités officielles

mardi 23 novembre 2010

Le prince Alexandre de Belgique

                                                                    
Le prince Alexandre, Emmanuel, Henri, Albert, Marie de Belgique est né le 18 juillet 1942 au château de Laeken dans un contexte difficile. C'est la deuxième guerre mondiale et son père le roi Léopold III est prisonnier des Allemands. Son remariage en 1941 avec Lilian Baels suscite la controverse. C'est la raison pour laquelle ils annoncent que leurs enfants n'entreront pas dans l'ordre de succession au trône.

En juin 1944, les Allemands déportent la famille royale belge dans la forteresse d'Hirschtein, puis en Autriche où ils seront libérés par les Alliés. Les Chambres réunies nomment le prince Charles régent du royaume. Suite à la Question Royale, Léopold III, Lilian et leurs enfants vivent en exil en Suisse de 1945 à 1950. Alexandre gardait un excellent souvenir de cette période où il a connu une vie de famille heureuse à la villa "Le Reposoir" à Prégny, face au lac Léman, loin du protocole de la Cour. Ils rentrent en Belgique durant l'été 1950.

De 1950 à 1960, le prince vit avec ses parents dans le domaine de Laeken et participe régulièrement à des activités publiques. Les photos de cette décennie montrent l'amour et la complicité qui régnaient au sein de cette "famille recomposée", un terme peu utilisé à cette époque. Alexandre était très proche de ses demi-frères Baudouin et Albert. Le 10 juin 1954, il fait sa communion solennelle et sa confirmation avec le cardinal Van Roey. Il poursuit ses études à Laeken dans la section latin-grec avec quelques condisciples triés sur le volet. En 1957, le prince est opéré à Boston (Etats-Unis) d'une coarctation de l'aorte par le professeur Grooz, ce qui incite sa mère à créer la Fondation Cardiologique Princesse Lilian.

Le roi Léopold III accepte, en 1959, la demande du gouvernement belge de quitter le château de Laeken et de s'installer au domaine royal d'Argenteuil. Après un an de travaux, le déménagement a lieu en décembre 1960. Après avoir suivi les cours de la division polytechnique de l'Ecole Royale Militaire durant l'année scolaire 1960-1961, le prince réussit ses trois premières candidatures de médecine à l'Université Catholique de Louvain, puis y suit des cours en élève libre jusqu'en 1968. Son statut l'empêche d'exercer cette profession, à son grand regret.

Durant ses temps libres, Alexandre joue au golf (il sera champion de Belgique junior) et profite de sa jeunesse. Léopold Lippens raconte dans le livre "Noblesse oblige" de Jan van den Berghe :
"Tous deux, nous avions soif de vivre, nous en avons aujourd'hui d'excellents souvenirs. J'ai fait sa connaissance aux Etats-Unis, alors que je travaillais pour un des beaux-fils de la famille Kennedy et qu'il étudiait la médecine à Harvard. Au grand dam de nos parents, nous avons fait la noce à plus d'une reprise... Aujourd'hui encore, le prince vient chaque week-end à Knokke. C'est un homme agréable, qu'on perçoit hélàs de façon négative : la dynastie joue un rôle important dans notre pays, et cela ne semble pas vouloir changer. Alexandre est quelque peu en retrait, il est pour ainsi dire ignoré, voire renié. C'est pourtant quelqu'un doté de qualités fantastiques". Par ailleurs, sa soeur la princesse Marie-Christine confie dans son autobiographie : "Alexandre était proche d'Albert et le voyait en cachette".

On a très peu d'informations et de photos du prince Alexandre dans les années 70 et 80. Il a travaillé pour Mercedes en Australie. On le revoit en public lors des funérailles du prince Charles et du roi Léopold III en 1983, du mariage de la princesse Astrid en 1984 et des funérailles du roi Baudouin en 1993.

Le prince revient à la "une" des journaux en septembre 1995 lorsque l'écrivain belge Pierre Mertens (Prix Médicis 1987) sort "Une paix royale" qui retrace l'histoire de la Belgique et principalement le règne et l'abdication du roi Léopold III. L'auteur avait rencontré à plusieurs reprises la princesse Lilian et le prince Alexandre à Argenteuil en vue de préparer ce livre peu flatteur envers certains membres de la famille royale. La princesse de Réthy et son fils intentent une action en référé pour imposture devant le tribunal de grande instance de Paris (où se situait le siège des Editions Le Seuil) et réclament le retrait provisoire du livre de la vente afin que des pages soient expurgées. Ce procès très médiatisé fait une énorme publicité à l'ouvrage de Pierre Mertens.

Surprise en octobre 1996 dans la nécrologie de plusieurs quotidiens : le nom du prince figure aux côtés de Léa Wolman sur le faire-part de décès de la mère de cette dernière. Discrètement, il tient à faire savoir qu'il n'était plus célibataire et que Mme Wolman est la femme qui partage sa vie dans leur maison de Rhode-Saint-Genèse ayant autrefois appartenu au premier ministre Paul-Emile Janson.

Nouvelle surprise en juillet 1998 : l'hebdomadaire satirique "Pan" révèle que le prince (56 ans) avait épousé Léa Wolman (46 ans) le 14 mars 1991 en toute discrétion près de Londres. Le Palais confirme l'information. Le couple officialise son union le 4 septembre 1998 en posant ensemble pour la presse et en organisant un dîner pour 150 convives au château de Corroy-le-Château de leur ami le marquis Olivier de Trazegnies. Le prince Laurent y représente ses parents.

Née le 2 décembre 1951 à Etterbeek, Léa Wolman a effectué dans notre capitale ses études secondaires, suivies d'un brevet commercial. Divorcée, elle a deux enfants : Laetitia Spetschinsky (née en 1976) et Renaud Bichara (né en 1983). Elle rencontre le prince Alexandre chez un ami commun avec le ministre Mundeleer. La princesse Léa est une femme charmante, élégante et intelligente qui a incontestablement apporté le bonheur et la sérénité à son mari.

Le couple apparaît aux côtés de toute la famille royale belge en 1999 lors des 65 ans d'Albert II et lors du mariage du prince Philippe. Ils accompagnent le Roi et la Reine à une exposition de photos de leur père en 2000, et à l'inauguration de la Salle Léopold III au Musée de la Dynastie en 2001.

En juin 2002, Alexandre perd sa maman la princesse Lilian qu'il allait voir presque tous les jours. Ses funérailles ont lieu en l'église Notre-Dame de Laeken en présence de toute la famille royale. Le domaine royal d'Argenteuil (qui n'appartient pas à la Donation Royale) revient à l'Etat belge et le gouvernement Verhofstadt Ier rejette l'idée d'Alexandre et de Marie-Esméralda d'y créer un mémorial sur leurs parents. Les meubles du château de Laeken emmenés en 1960 par Léopold III et Lilian sont restitués au Roi et à la Reine. Les archives d'Argenteuil prennent la direction du palais royal. Au cours de l'année 2003, le prince Alexandre, les princesses Marie-Christine et Marie-Esméralda décident de vendre aux enchères les biens personnels de leurs parents : mobilier, argenterie, tableaux, photos, bijoux, robes, accessoires, voitures, livres, etc. Les raisons sont simples : les trois héritiers doivent payer d'importants frais de succession (ils n'ont jamais perçu de dotation) et vivent dans une villa ou un appartement, où il n'y a pas de place pour ces très nombreux souvenirs. Les ventes ont lieu à Bruxelles, Amsterdam, Londres et Paris, et remportent un grand succès. Le gouvernement belge vend le domaine royal d'Argenteuil à Jean-Marie Delwart en 2004. Une page se tourne...

Le prince Alexandre est très triste de cette décision. Il fait publier un album-photos montrant la vie à Argenteuil de 1960 à 2002 : "Argenteuil pour garder intacte la mémoire du domaine royal" (éditions Alice) et collabore à l'ouvrage bien documenté du professeur Michel Verwilghen sur l'histoire du domaine.

Si on ne voit plus Alexandre en public aux côtés de son demi-frère Albert II et de sa demi-soeur Joséphine-Charlotte à partir de 2003, les contacts ne sont pas rompus. S'il n'assiste pas aux funérailles de la grande-duchesse de Luxembourg en 2005, c'est parce qu'il est alité à Verbier. Il envoie son épouse pour le représenter. Alexandre et Léa sont parfois invités en privé chez le couple royal au Belvédère et chez la reine Fabiola au Stuyvenbergh.

Cet homme discret et réservé vit désormais une existence paisible à Rhode-Saint-Genèse où il passe de nombreuses heures à lire (il apprécie beaucoup Proust) et à s'informer. Il y reçoit des personnalités importantes, comme l'astronaute Dirk Frimout, le président de la Chambre Herman De Croo ou les Prix Nobel Ilya Prigogine et Christian de Duve, p.ex. Il aime se promener avec ses chiens dans la forêt de Soignes, toute proche. Il n'est pas mondain. Sa vie de famille est très heureuse avec la princesse Léa, Laetitia (qui épouse en 2006 Didier Nagant de Deuxchaines), Renaud dont il est très proche, et la princesse Marie-Esméralda qui revient très souvent en Belgique. Ils créent en 2006 le Fonds d'entraide Prince et Princesse Alexandre qui soutient financièrement un domaine différent chaque année : le cancer en 2006, les personnes handicapées en 2007, les enfants hospitalisés et l'anorexie en 2008, les sans-abris en 2009.

A l'occasion de son 65ème anniversaire en juillet 2007, la princesse Léa lui fait la surprise de faire publier un album-photos racontant sa vie et paru aux Editions de l'Arbre.

En septembre 2008, le prince Alexandre avait exceptionnellement accepté de répondre à quelques questions d'Anne Quevrin pour "Place Royale" (RTL-TVI) à l'occasion des 25 ans du décès du roi Léopold III pour lequel il avait une grande admiration. Au printemps 2009, il avait autorisé une équipe de "C'est du belge" (RTBF) à le suivre lors de sa visite de la villa "Le Reposoir" au bord du lac Léman en Suisse, où la famille royale vécut de 1945 à 1950. Le prince confia qu'il gardait de cette période le souvenir des difficultés sur le plan politique d'une part, et d'une vie familiale très heureuse loin du protocole de la Cour d'autre part. Une de ses dernières apparitions publiques sera le mariage de son ami le comte Henri de Paris au château d'Arcangues dans le pays basque en septembre 2009. En octobre, Alexandre et Léa avaient organisé un rallye de voitures anciennes au profit d'un jeune homme autiste, et s'étaient rendus en Espagne.

Le 29 novembre 2009, alors qu'il faisait sa gymnastique comme tous les jours dans sa résidence de Rhode-Saint-Genèse, le prince Alexandre est terrassé par une embolie pulmonaire foudroyante. C'est son beau-fils Renaud qui l'a retrouvé, allongé au sol entre le vélo d'appartement et le tapis roulant. Ayant reçu une formation de secouriste, il lui pratique immédiatement un message cardiaque. Les secours arrivent rapidement mais rien n'y fait. Le prince avait 67 ans. Il repose dans la crypte royale de Laeken.

A l'occasion du premier anniversaire de son décès, la crypte sera accessible au public ce lundi 29 novembre 2010 de 14h à 17h. Une Salle Prince Alexandre sera inaugurée au musée communal de Waterloo (où on peut déjà voir une reconstitution du bureau du roi Léopold III), et pourra être visitée dès le 30 novembre.

lundi 15 novembre 2010

"Reines de pouvoir : la face cachée des reines de Belgique"

Les deux premiers mariages royaux sont des unions politiques destinées à renforcer la position de la Belgique : Louise-Marie pour avoir le soutien de la France, Marie-Henriette celui de l'Autriche. Elles ne seront pas heureuses et devront vivre avec les infidélités de leur époux. Marie-Henriette quitte même la Cour pour s'installer à Spa. Excepté quelques apparitions publiques, elles n'ont aucun rôle et aucune influence sur la vie du pays. Ainsi la reine Louise-Marie est contre la peine de mort et tente sans grand succès de rallier son mari Léopold Ier et son père Louis-Philippe à sa cause.

L'énergique et anticonformiste Elisabeth, troisième reine des Belges, a joué un rôle nettement plus important et a multiplié les initiatives sociales et culturelles. Durant la première guerre mondiale, elle reste derrière les tranchées aux côtés de son époux Albert Ier et est surnommée la "Reine Infirmière". Lors de la deuxième guerre mondiale, Elisabeth prend le parti de Léopold III et ne soutient pas beaucoup la régence de son fils cadet Charles. A la fin de sa vie, ses voyages dans des pays communistes lui valent de nombreuses critiques et le surnom de "reine rouge".

Les auteurs démontent les mythes autour de la gentille reine Astrid, décédée à l'âge de 30 ans dans un accident de voiture en Suisse. Leur mariage avait été arrangé et Astrid a dû composer avec les infidélités de son époux. Elle n'était pas une mère très présente et a effectué sans ses enfants des voyages à l'étranger de plusieurs mois. L'Appel de la Reine en 1935 est jugé paternaliste par les auteurs.

Fabiola ne donne pas d'héritiers à la Couronne, mais elle rend heureux son mari Baudouin (le seul roi des Belges à ne pas avoir eu de relations extraconjugales!) et remplit son rôle de reine à la perfection. Elle a le sens du contact et n'a pas peur des caméras. On lui reproche ses liens avec Franco et l'Eglise, ses goûts vestimentaires démodés et certaines tensions au sein de la famille royale et de sa propre famille.

Paola est la première reine à avoir des origines belges grâce à sa grand-mère paternelle Laure Mosselman du Chenoy. Elle souhaite volontairement rester à l'arrière-plan et ne pas faire de l'ombre à son mari. Elle se consacre à sa fondation, au centre Child Focus, à l'art contemporain et à la restauration des demeures royales. Sa mauvaise connaissance du néerlandais et sa réserve lors de ses apparitions publiques ternissent son image.

Co-écrit par les auteurs flamands Misjoe Verleyen, Lieve Beullens et Mark Van den Wijngaert, cet ouvrage bien documenté et destiné au grand public ne contient aucune erreur historique, mais en insistant plus sur les défauts de nos reines que sur leurs qualités, il donne l'impression de vouloir casser des mythes (Astrid, p.ex.) ou affaiblir leur image (Paola, p.ex.).

lundi 1 novembre 2010

Activités royales en octobre 2010

32 audiences pour le Roi : les présidents de la Chambre André Flahaut et Danny Pieters (reçus ensemble), le premier ministre Yves Leterme (reçu 2 fois), le sultan de Brunéi, la présidente du SPA Caroline Gennez (reçue 2 fois), le président du CD&V Wouter Beke (reçu 2 fois), le président du PS Elio Di Rupo (reçu 2 fois), le président de la NVA Bart De Wever (reçu 3 fois), le premier ministre de Chine Wen Jiabao, le président de Groen Wouter Van Besien (reçu 2 fois), le président d'Ecolo Jean-Michel Javaux (reçu 2 fois), la présidente du CDH Joëlle Milquet (reçue 3 fois), le ministre d'Etat Johan Vande Lanotte, le vice-premier ministre Didier Reynders, le président du Kazhakhstan Nursultan Nazarbayev, la vice-première ministre Laurette Onkelinx, le vice-premier ministre Guy Vanhengel, le vice-premier ministre Steven Vanackere, le ministre de la justice Stefaan De Clerck, ainsi que les ambassadeurs de la Barbade, du Swaziland, du Nicaragua et d'Irlande venus apporter leurs lettres de créance.

6 activités officielles pour le Roi : réception au palais royal pour les chefs d'Etat et de gouvernement participant au sommet Europe-Asie, dîner avec le président de Corée du Sud et son épouse, réception pour les chefs de délégation au sommet Europe-Asie, table ronde sur la pauvreté et l'exclusion sociale, conférence sur la traite des êtres humains, dîner avec le président du Kazakhstan.

8 activités officielles pour la reine Paola : réception au château de Laeken pour les conjoints des chefs d'Etat et de gouvernement participant au sommet Europe-Asie, dîner avec le président de Corée du Sud et son épouse, table ronde sur la pauvreté et l'exclusion sociale, conférence sur la traite des êtres humains, audience pour la reine mère du Bhoutan, visite de l'entreprise sociale Fournipac à Seilles, conférence sur l'inclusion sociale des familles, visite de l'exposition sur le fleuve Congo au Musée de l'Afrique à Tervuren.

0 activité officielle pour la reine Fabiola.

16 activités officielles pour le prince Philippe : inauguration du nouveau bâtiment De Singel à Anvers, inauguration de l'exposition "Belgians can do too", session inaugurale du sommet Europe-Asie, visite de l'exposition "A passage to Asia" au palais des Beaux-Arts, visite de l'entreprise Clarysse à Pittem, 7ème édition du programme Young Executive Stay à Saint-Nicolas, visite de la Banque Alimentaire à Anderlecht, rencontre avec des étudiants de l'Ecole Royale Militaire, 2ème conférence internationale sur l'exploration spatiale au niveau ministériel, table ronde sur la prévention du suicide chez les jeunes, dîner avec le président du Kazakhstan, rencontre avec les cavaliers belges s'étant distingués aux Jeux Equestres Mondiaux, remise du prix Entreprise de l'Année, visite du CPAS de Namur, remise du 1er Prix Développement Durable pour la presse, rencontre avec des jeunes participant au programme de l'asbl Youth at Risk. + mission économique au Kazakhstan

10 activités officielles pour la princesse Mathilde : inauguration du nouveau bâtiment De Singel à Anvers, visite de l'exposition "A passage to Asia" au palais des Beaux-Arts, visite de l'entreprise Clarysse à Pittem, visite du CPAS de Namur, table ronde sur le cancer du sein, déjeuner de l'Association Femmes d'Europe, visite de l'asbl Les Câlinous à Charleroi, visite de l'Arteveldehogeschool à Gand, dîner de la Solvay Brussels School of Economics and Management, conférence à Gand sur l'exécution des peines. + voyage au Liberia avec l'Unicef et l'Onusida

11 activités officielles pour la princesse Astrid : inauguration de l'exposition "Dessine-moi un futur" à Bruxelles, visite de l'asbl Heureux Abri à Momignies, visite de l'asbl Albatros à Petite-Chapelle, visite de l'asbl La Ferme de l'Aubligneux à Couvin, remise du Prix 2010 de la Fondation Caritas International-Deckers, séance inaugurale des Etats Généraux des Alliances Françaises d'Europe, clôture de la Journée Mondiale du refus de la misère sur la grand-place de Bruxelles, inauguration de l'Institut de Neurosciences de l'UCL, soirée des Ladies Night consacrée au progrès médical en neurosciences, concert pour les 35 ans de la Fondation Salus Sanguinis, séance académique pour les 50 ans du Belgian Paralympic Committee.

1 activité officielle pour le prince Lorenz : remise d'un tableau de Jan Mandijn au Fonds du Patrimoine dont le prince est président d'honneur.

7 activités officielles pour le prince Laurent : soirée d'ouverture du 25ème Festival International du Film Francophone de Namur, remise des prix aux lauréats d'un concours de dessins sur le bien-être animal, remise d'un chien d'aveugle à son nouveau maître, inauguration d'un éco-quartier à Visé réunissant 200 logements bioclimatiques, inauguration du Centre de revalidation pour oiseaux et animaux sauvages à Ostende, lancement d'une campagne sur les systèmes de sécurité électroniques dans les véhicules, première du spectacle "Fantasia" à Malines.

4 activités officielles pour la princesse Claire : soirée d'ouverture du 25ème Festival International du Film Francophone de Namur, soirée de gala à Verviers au profit du Fonds Ariane, audience avec la reine mère du Bhoutan, première du spectacle "Fantasia" à Malines.

Résumé des activités officielles de janvier à octobre 2010 (source : http://www.monarchie.be/) :

Roi : 38 activités officielles + 175 audiences + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Prince Philippe : 77 activités officielles + missions économiques au Brésil, en Inde et au Kazakhstan

Princesse Mathilde : 75 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde + voyage au Liberia avec l'Unicef et Onusida

Princesse Astrid : 63 activités officielles + voyage aux Etats-Unis et au Canada pour la Semaine Mondiale contre la Malaria

Reine Paola : 35 activités officielles + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Prince Laurent : 29 activités officielles

Princesse Claire : 29 activités officielles

Reine Fabiola : 18 activités officielles

Prince Lorenz : 14 activités officielles

mardi 26 octobre 2010

Interview de la princesse Mathilde au Liberia

Lors de son voyage au Liberia avec l'Onusida et l'Unicef début octobre, la princesse Mathilde a accordé une interview au journaliste Pierre Nizet pour les quotidiens du groupe Sud Presse :

"Madame, que retiendrez-vous de ces trois jours passés au Liberia, qu'est-ce qui vous a le plus touchée?
- Je viens ce matin de passer deux heures avec des femmes et des enfants atteints du sida. Je vous promets, c'était vraiment poignant. J'ai parlé avec une femme victime de ce fléau, cela se voyait dans ses yeux qu'elle avait le sida. Beaucoup d'entre elles ont été abandonnées par leur famille, jetées dehors. J'ai eu beaucoup de rencontres émotionnelles. Je pense à ces soeurs travaillant à l'hospice. J'ai été frappée par leur dévouement. Elles ont redonné une dignité à ses femmes, en tant que mères, en tant que personnes humaines. Sinon, le Liberia est un pays qui a connu plusieurs années de conflit. Il est lancé dans un processus de reconstruction mais il y a encore énormément de défis.
- Pourquoi avoir choisi de venir ici, un pays dont on parle si peu?
- Je suis venue ici pour soutenir les projets aidant les femmes et les enfants victimes de la violence. J'ai aussi beaucoup parlé de l'éducation aux gens que j'ai rencontrés. Pour moi, l'éducation est la clé pour l'avenir du pays. J'ai aussi rencontré des leaders religieux, des imams notamment. J'ai pu discuter avec eux du respect des femmes. Il faut en parler, c'est important. Mon objectif aussi est de donner ma voix à ceux qui n'en ont pas. Voilà les raisons de mon voyage.
- Franchement, vous qui êtes princesse dans un pays riche, qu'est-ce qui peut vous motiver à aller au Liberia?
- J'étais déjà une passionnée avant mon mariage. J'ai toujours eu un intérêt pour les gens qui ont beaucoup de problèmes. Je suis, je le rappelle, logopède et psychologue de formation. J'ai toujours voulu écouter les personnes, leur apporter mon soutien. Je veux faire du terrain, voir la réalité, je veux en parler et que vous en parliez.
- Que peut apporter Unicef Belgique à ce pays?
- Vous l'avez entendu : l'organisation va lui donner 500.000 euros pour l'enregistrement des naissances. Il faut investir dans les enfants, c'est le futur du pays. L'important, c'est qu'ils gardent l'espoir et, dans ce pays, j'ai entendu beaucoup de messages d'espoir. Les gens mettent beaucoup d'énergie à vouloir s'en sortir.
- On a beaucoup parlé, lors de cette visite, de l'usage du préservatif pour réduire le nombre de personnes atteintes du sida. Quelle est votre position à ce sujet?
- Je suis ici en tant que représentante de l'Unicef. Je parle des enfants et des femmes...
- Comment allez-vous parler de cette expérience et avec qui?
- Je vais d'abord en parler avec mon mari, puis avec mes enfants. Ensuite, je vais aller plus loin sur cette problématique.
- Quand vous serez reine, vous vous occuperez encore des moins nantis, des plus vulnérables?
- Quand je serai reine? Chaque chose en son temps. Là, je vais d'abord penser à l'après-mission. Vous savez, je m'investis à fond en tant qu'épouse de mon mari et que mère.
- Vous parlez beaucoup de l'éducation des jeunes filles?
- Parce qu'elles sont les plus vulnérables mais je n'oublie pas non plus les jeunes garçons qui doivent apprendre à être tolérants, à respecter les jeunes filles, à être non-violents.
- Vous appliquez ce principe à la maison avec vos propres enfants?
- Bien sûr que oui... Qui serais-je si je ne faisais pas ce que je dis?".

jeudi 21 octobre 2010

Portrait du prince Laurent de Belgique

Il est impossible de dire quelle place l'imprévisible et anticonformiste prince Laurent occupera dans les livres sur la dynastie belge. Après avoir vécu trente ans à l'abri des caméras, il sort de l'ombre en 1993 et devient l'un des membres les plus actifs et les plus populaires de la famille royale. Il ne se contente pas de patronner des associations, mais se mobilise efficacement pour la protection de l'eau, des animaux et de l'environnement. Sa communication vis-à-vis des médias est très bonne à cette époque. Sa réalisation la plus concrète et la plus utile est les dispensaires de la Fondation Prince Laurent car en soignant les animaux des personnes démunies, ils participent à la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales. Son mariage avec Claire Coombs et la méditation de son ami le père Guy Gilbert lui valent une énorme popularité et un état de grâce médiatique qui ne dureront cependant pas.

Le début de leur mariage est heureux avec la naissance de leurs trois enfants Louise, Nicolas et Aymeric qu'ils élèvent en toute simplicité à la Villa Clémentine à Tervueren, loin du protocole de la Cour. Lorsqu'ils se sont dits oui il y a sept ans pour le meilleur et pour le pire, le prince Laurent et la princesse Claire n'imaginaient sans doute pas les difficultés qui les attendaient à partir de 2007 : procès d'Hasselt, campagne de presse très dure, rumeurs d'infidélité, relations tendues avec la famille royale, rupture avec plusieurs anciens collaborateurs du prince (Noël Vaessen, Jacques Wirtgen et Jean Bastien), dotation critiquée, suppression de l'IRGT. Leur couple a tenu bon et Claire a incontestablement été la meilleure alliée de Laurent.

2009 marque un nouveau départ pour le couple qui a retrouvé toute sa place au sein de la famille royale (30 activités officielles l'an dernier). La pression médiatique est retombée. Avec la complicité de la reine Paola, la charmante princesse Claire est sortie de l'ombre pour remplir avec beaucoup d'aisance ses premiers engagements officiels en solo et, indirectement, redorer l'image de son époux. Quant au prince Laurent, il doit, au cours des prochains mois, démontrer à ses détracteurs l'utilité de la Fondation Prince Laurent, comme il l'avait si bien fait avant 2007.

lundi 11 octobre 2010

Projection d'un film sur Léopold II (9/11/2010)

A l'initiative de l'Association Dynastie et Patrimoine Culturel, le film "Léopold II, l'homme derrière la barbe" de Patrick Weber sera projeté le mardi 9 novembre 2010 à 14h30 au Club Prince Albert (20, rue des Petits Carmes à Bruxelles). Patrick Weber collabore depuis de nombreuses années à la presse écrite, à la bande dessinée, à la télévision en tant que journaliste, puis rédacteur en chef et scénariste. Il est l'auteur de nombreux romans historiques et se passionne pour le système monarchique. En tant que chroniqueur royal, il participe à diverses émissions télévisées. Dans son film, Patrick Weber nous fait découvrir une multitude d'images originales du Roi en villégiature, en représentation, et ce sur base de photographies, documents et exceptionnels films d'archive. Il tente de dicerner la véritable personnalité du souverain, les moteurs de son existence, ses motivations politiques, et de soulever le voile de la controverse. Cette projection est gratuite mais la réservation est indispensable (nombre de places limité).

L'Association Royale Dynastie et Patrimoine Culturel a été créée en 2007 et succède à l'asbl Les Amis du Musée de la Dynastie, qui n'avait plus de raison d'être car le Musée de la Dynastie a été remplacé en 2005 par le Musée Bellevue, qui raconte l'histoire de notre pays depuis son indépendance. L'Association Royale Dynastie et Patrimoine Culturel, dont le roi Albert II est le président d'honneur, gère les collections de l'ancien Musée de la Dynastie, organise des conférences et expositions (p.ex. celles organisées en 2005 sur la reine Astrid et en 2009 sur le roi Albert Ier), et publie, deux fois par an, un bulletin bilingue très intéressant avec des articles objectifs d'historiens sur notre famille royale, et des critiques de livres qui y sont consacrés. C'est donc plus une association culturelle que patriotique (à ne pas confondre avec le Mouvement Dynastique). Pour plus d'infos : rue Ducale, 2 à 1000 Bruxelles (email : musdyn@skynet.be).

lundi 4 octobre 2010

Activités royales en septembre 2010

20 audiences pour le Roi : le président du parlement de la communauté française Jean-Charles Luperto, le président d'Afrique du Sud Jacob G. Zuma, la présidente du parlement wallon Emily Hoyos, le premier ministre Yves Leterme, le sous-lieutenant Arne Sohier (Epée du Roi 2010), les présidents de la Chambre André Flahaut et du Sénat Danny Pieters (reçus ensemble deux fois), le président de Groen Wouter Van Besien, le président de la NVA Bart De Wever, la présidente du CDH Joëlle Milquet, le co-président d'Ecolo Jean-Michel Javaux, la présidente du SPA Caroline Gennez, le président du PS Elio Di Rupo, le président du CD&V Wouter Beke, le président de Pologne Bronislaw Komorowski, ainsi que les ambassadeurs d'Ukraine, de Zambie, de Myanmar, d'Albanie et du Liechtenstein.

1 activité officielle pour la reine Paola : visite de l'école communale d'Ostduinkerke.

10 activités officielles pour le prince Philippe : visite de l'asbl De Kiem à Gavere, visite de l'entreprise Waterleau à Herent, bicentenaire de l'indépendance du Mexique, concert à Gand pour la réunion des ministres européens de la défense, séance académique sur la fusion nucléaire, inauguration de l'exposition des projets de la conférence ICT 2010, messe à Notre-Dame du Sablon pour la présidence belge de l'UE, journée sur l'entreprenariat organisé par le Fonds Prince Philippe à Vilvorde et Liège, remise du diplôme de membre d'honneur du Club de Rome au professeur Jean-Pascal van Ypersele de Strihou, soirée de gala à Ostende au profit de la Fondation Roi Baudouin.

10 activités officielles pour la princesse Mathilde : visite du Centre Belge d'Education Thérapeutique pour infirmes moteurs cérébraux à Etterbeek, conférence à Marche-en-Famenne sur la pauvreté des enfants, présentation des projets sélectionnés par le Fonds de la Poste pour l'Alphabétisation, symposium "Maman souffre d'un cancer...et maintenant?", présentation à Anvers du documentaire "Emois dans la maison Mémoire" (alzheimer), visite du village SOS Villages d'Enfants à Bande, congrès international de la KUL sur l'accueil familial, visite du centre De Kleine Vos à Borgerhout, messe à Notre-Dame du Sablon pour la présidence belge de l'UE, soirée de gala à Ostende au profit de la Fondation Roi Baudouin.

5 activités officielles pour la princesse Astrid : conférence à Marche-en-Famenne sur la pauvreté des enfants, conférence internationale sur la participation des femmes dans la paix et la sécurité, inauguration de l'auditoire Albert II au palais des Académies, 125ème anniversaire de l'Institut Royal Militaire d'Education Physique, avant-première d'un documentaire sur la malaria.

4 activités officielles pour le prince Laurent : inauguration de l'exposition SOS Planète à Liège, 125ème anniversaire de l'Union Internationale des Transports Publics, réception à l'ambassade de Chine pour le Chinese National Day, spectacle du cirque Bouglione au profit de l'asbl Delphus.

1 activité officielle pour la princesse Claire : spectacle du cirque Bouglione au profit de l'asbl Delphus.

0 activité officielle pour la reine Fabiola et le prince Lorenz.

Résumé des activités officielles de janvier à septembre 2010 (source : www.monarchie.be) :

Roi : 32 activités officielles + 143 audiences + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Princesse Mathilde : 65 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde

Prince Philippe : 61 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde

Princesse Astrid : 52 activités officielles + voyage aux Etats-Unis et au Canada pour la Semaine Mondiale contre la malaria.

Reine Paola : 27 activités officielles + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Princesse Claire : 25 activités officielles

Prince Laurent : 22 activités officielles

Reine Fabiola : 18 activités officielles

Prince Lorenz : 13 activités officielles

lundi 13 septembre 2010

Le prince Joachim de Belgique

                                     
                                    14925521_1757293917867574_1645308265591120279_n

(Article actualisé en juillet 2017)

Contrairement à Amadeo et Maria-Laura, Joachim reçoit, dès sa naissance, les titres de prince de Belgique, archiduc d'Autriche-Este, et entre dans l'ordre de succession au trône. L'abrogation de la loi salique avait, en effet, été votée quelques mois plus tôt par le parlement belge.

Joachim, Carl-Maria, Nikolaus, Isabelle, Marc d'Aviano naît le lundi 9 décembre 1991 à 1h55 aux Cliniques Universitaires Saint-Luc à Woluwé-Saint-Lambert. Sa grand-mère maternelle la princesse Paola assiste à l'accouchement. Le petit prince pèse 3,285 kg et mesure 50 cm ; il a les yeux bleus et les cheveux blonds. Sa marraine est sa tante l'archiduchesse Isabelle d'Autriche-Este et son parrain est le prince Nicolas de Liechtenstein, époux de la princesse Margaretha de Luxembourg.

Comme Amedeo et Maria-Laura, Joachim effectue en néerlandais ses études primaires et une partie de ses secondaires au collège Sint-Jan Berchmans à Bruxelles. A cette époque, une chute à moto dans le domaine du Stuyvenbergh lui cause plusieurs infections. En septembre 2007, il part terminer ses études secondaires au Malvem College en Grande-Bretagne.

Le 16 novembre 2010, le prince Joachim est incorporé au Centre d'Instruction et d'Ecolage Sud à Arlon pour suivre la formation militaire de base avec les jeunes qui sont engagés pour le service militaire volontaire. Ensuite, il rejoint l'Ecole Nautique de la Marine à Bruges pour y suivre une formation d'officier de quart à la passerelle jusqu'en juillet 2011. Le 17 juillet 2011, Joachim défile avec l'équipage du navire de commandement et de soutien logistique "Godetia" (amarré le long de la Tamise) dans le centre de Londres à l'occasion de la 77ème cérémonie annuelle organisée au Cénotaphe en hommage aux victimes belges et britanniques de la première guerre mondiale. Un honneur réservé à la seule Belgique depuis 1934.

Après son passage dans l'armée durant l'année académique 2010-2011, Joachim effectue des études commerciales à l'Université Bocconi à Milan (Italie).

En mars 2012, à la base navale de Zeebrugge, le prince prête serment à la Marine comme officier de quart à la passerelle, en présence de ses parents, de la reine Paola et du ministre de la Défense Pieter De Crem. En octobre 2016, en tant qu'officier de réserve, il effectue un rappel de deux jours à bord du patrouilleur P901 Castor de la Marine belge au large de Zeebrugge.

Après deux stages professionnels aux Etats-Unis,  Joachim revient vivre en Belgique en 2016. Il travaille comme analyste de portefeuille pour l'entreprise Atlas Invest, une holding financière basée à Bruxelles.

Le prince apparaît peu en public. En 2017, on l'a vu aux 80 ans de sa grand-mère la reine Paola, au concert de Coldplay à Bruxelles, et au mariage de la princesse Eliane de Merode et de Charles Astor de Hever. D'après la presse, il aurait une petite amie :  Victoria Ortiz Martinez-Sagrera.

Par ailleurs, Joachim est le parrain de sa petite soeur Laetitia Maria  (née en 2003) et de sa nièce l'archiduchesse Anna Astrid (née en 2016).

mardi 7 septembre 2010

"Léopold II : une vie à pas de géant" (Matthieu Longue)

                                             Résultat d’images pour matthieu longue 

Fils du roi Léopold Ier et de la reine Louise-Marie, Léopold naît en 1835 à Bruxelles. Des professeurs viennent lui enseigner l'histoire, la géographie, l'économie politique, la religion, etc. L'écrivain Henri Conscience lui apprend le néerlandais. Son enfance est assombrie par le décès de sa mère en 1850.

En 1853, le prince Léopold devient sénateur de droit. A plusieurs reprises, il prononce des discours suggérant l'agrandissement du port d'Anvers, la nécessité d'une politique d'expansion coloniale et de grands travaux dans la capitale. Sa vie familiale n'est pas très heureuse : mariage politique sans aucun amour avec l'archiduchesse Marie-Henriette d'Autriche, décès de leur fils Léopold, mariages ratés de leurs filles Louise et Stéphanie. Seule la princesse Clémentine trouvera le bonheur...après la mort de ses parents.

Léopold II monte sur le trône en 1865. Grâce à son statut de neutralité, la Belgique réussit à se maintenir en dehors des conflits internationaux du XIXème siècle. Léopold II s'efforce de rendre notre pays moins vulnérable : il obtient la construction des fortifications de Liège, Namur et Anvers, et la réforme du service militaire qu'il signe quelques jours avant sa mort en 1909. Auparavant, le recrutement de l'armée belge se faisait sur le volontariat et le tirage au sort avec possibilité de se faire remplacer (moyennant une somme d'argent). Ce système est aboli en 1909 et remplacé par le service d'un fils par famille.

C'est sous le règne de Léopold II que sont votées d'importantes lois sociales : suppression du livret d'ouvrier, droit de former des syndicats, âge d'admission des enfants dans les usines fixé à 12 ans, interdiction du travail de nuit aux enfants de moins de 16 ans et du travail souterrain pour les femmes de moins de 21 ans, réparations pour les accidents de travail, repos dominical, etc.

Fortement industrialisée, la Belgique manque de matières premières. C'est la raison principale pour laquelle Léopold II s'intéresse à l'Afrique centrale et plus précisément à la région du fleuve Congo que vient de reconnaître l'explorateur anglo-américain Stanley. Dès son retour en Europe, il rencontre le Roi qui fonde en 1878 le Comité d'études du Haut-Congo. Le Congrès de Berlin en 1885 reconnaît l'Etat indépendant du Congo avec le roi Léopold comme souverain. Ce dernier lègue sa colonie à la Belgique en 1908.

Surnommé le roi bâtisseur, Léopold II entreprend de grands travaux dans la capitale : transformation du palais royal, création de grandes avenues et de parcs publics, construction des serres royales de Laeken et des arcades du Cinquantenaire, etc. Il développe également la station balnéaire d'Ostende où il séjourne régulièrement.

Matthieu Longue a écrit une biographie objective, sérieuse et agréable à lire. Il parle à la fois de la vie privée et du règne de Léopold II, tout en rappelant la situation politique, économique, sociale, religieuse et militaire de la Belgique à cette époque. Seule lacune : il manque un chapitre sur les origines et le fonctionnement de la Donation Royale, créée en 1903 par Léopold II.

Je laisse à l'auteur le soin de conclure : "Léopold II s'est vu affublé d'une bien vilaine étiquette dans la mémoire collective belge et ne mérite pas la réputation infamante qu'on lui attribue généralement car, d'après nous, sans sombrer dans l'apologie léopoldiste, il demeure, sans doute encore plus que son père, notre plus grand roi et nous lui souhaitons de reposer en paix, pour l'éternité, au panthéon des hommes illustres qui, de par leur destinée, ont écrit l'Histoire. Toujours à notre avis, seules ses frasques et sa passivité complice concernant les crimes du régime léopoldien au Congo ternissent le blason royal. Pourtant, sans oublier ce fait déplorable, cette bien vilaine souillure ne suffit pas à effacer le souvenir de l'action bénéfique d'un souverain qui oeuvra au service de ses compatriotes et de la grandeur de la nation".

"Léopold II : une vie à pas de géant" de Matthieu Longue, éditions Racine

mercredi 1 septembre 2010

Activités royales en août 2010

3 activités officielles pour le Roi : 150ème anniversaire du Comité Agricole à Jodoigne, messes à Briquemont et Küssnacht pour le 75ème anniversaire du décès de la reine Astrid.

10 audiences pour le Roi : le président du PS Elio Di Rupo (reçu 3 fois), le premier ministre Yves Leterme, le président de Groen Wouter Van Besien, la présidente du CDH Joëlle Milquet, le co-président d'Ecolo Jean-Michel Javaux, le président du CD&V Wouter Beke, la présidente du SPA Caroline Gennez et le président de la NVA Bart De Wever.

1 activité officielle pour le prince Philippe : les Jeux Olympiques de la Jeunesse à Singapour.

1 activité officielle pour le prince Lorenz : les 30èmes fêtes tyroliennes à Eupen.

0 activité officielle pour la reine Paola, la reine Fabiola, la princesse Mathilde, la princesse Astrid, le prince Laurent et la princesse Claire.

Résumé des activités officielles de janvier à août 2010 (source : http://www.monarchie.be/) :

Roi : 32 activités officielles + 123 audiences + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Princesse Mathilde : 55 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde

Prince Philippe : 51 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde

Princesse Astrid : 47 activités officielles + voyage aux Etats-Unis et au Canada pour la Semaine Mondiale contre la Malaria

Reine Paola : 26 activités officielles + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Princesse Claire : 24 activités officielles

Prince Laurent : 18 activités officielles

Reine Fabiola : 18 activités officielles

Prince Lorenz : 13 activités officielles

lundi 16 août 2010

Visite du palais royal de Bruxelles

Le premier étage du palais royal de Bruxelles est actuellement ouvert gratuitement au public (plus d'infos sur les horaires : www.monarchie.be). Les photos sont interdites. Lors de la période hollandaise (1815-1830), Guillaume Ier choisit comme résidence à Bruxelles les hôtels Bender et Belgiojoso (situés sur l'actuelle place des Palais) qu'il fait relier. Sous le règne de Léopold II, "le roi bâtisseur", le palais royal est considérablement agrandi par l'architecte Alphonse Balat. Après le décès de ce dernier, c'est Henri Maquet qui va transformer la façade et la rendre plus majestueuse, telle que nous la connaissons aujourd'hui.

La visite commence par l'escalier d'honneur qui permet d'accéder à la Grande Antichambre. Celle-ci donne sur le grand balcon et la place des Palais. La dernière apparition au balcon de la famille royale belge remonte au mariage du prince Laurent et de la princesse Claire en 2003.

On traverse ensuite la Salle Empire (ancienne salle de bal de l'hôtel Belgiojoso, c'est là qu'a eu lieu le mariage civil du roi Albert II et de la reine Paola en 1959), le petit salon blanc et le grand salon blanc. Après avoir tourné à droite, on arrive dans le très beau Escalier de Venise dont les quatre murs sont ornés de tableaux de Jean-Baptiste van Moer représentant la ville de Venise. L'Escalier de Venise permet d'accéder au Salon Goya et au Salon Léopold Ier qui donnent sur la cour intérieure du palais royal.

Les trois salons reliant la Salle Empire à la Salle du Trône (Salon Louis XVI, Salon Bleu et Salon des Maréchaux) viennent d'être restaurés en 2010 dans le cadre des travaux pour le sommet de la présidence belge de l'Union Européenne qui y aura lieu. Les tentures et tapis sont désormais dans des couleurs chaudes faisant penser au sud (on y sent toute l'influence de la reine Paola). Dans le cadre de l'introduction de l'art contemporain belge par la Reine dans le palais royal, on a placé six tableaux du peintre Michaël Borremans (né en 1963 à Grammont) dans le Salon des Maréchaux. Ils représentent le personnage du laquais, toujours présent d'une façon ou d'une autre dans la vie d'une Cour.

Place maintenant à la Salle du Trône qui est la salle la plus majestueuse et qui donne sur l'arrière du palais royal. Mesurant 41m sur 27m, elle est divisée en trois parties par des arcades en plein cintre reposant sur quatre pilastres. Inspirée des salons des Tuileries et de Versailles, l'ornementation est composée de motifs décoratifs dorés à la feuille. Des portraits d'artistes du 17ème siècle (Pierre-Paul Rubens, Antoine van Dijck, Jacob Jordaens et Jérôme Duquesnoy) occupent les dessus des portes. Onze grands lustres en bronze à cristaux et vingt-huit appliques éclairent cette salle. Le parquet est fait de lames de chêne, d'érable, d'acajou et d'ébène formant des mosaïques. Dans le haut de la partie centrale, une loge a été aménagée pour un orchestre. Le roi Baudouin et la reine Fabiola se sont mariés civilement en 1960 dans la Salle du Trône.

Les murs de la Salle de Marbre sont lambrissés de marbre vert. Deux grandes cheminées faites de marbres verts, roses et noirs sont surmontées des portraits équestres de Godefroid de Bouillon et Charles-Quint. Après avoir traversé la Grande Galerie, on revient à l'avant du palais royal avec le Salon du Penseur qui a été plusieurs fois transformé en chapelle ardente lors du décès d'un membre de la famille royale (la dernière fois, c'était pour le roi Baudouin en 1993).

Dernière salle à visiter : la Salle des Glaces (26m de long et 11m de large) a été construite par l'architecte Henri Maquet dans le cadre des travaux de renouvellement de la façade entrepris en 1905. Au plafond, des fresques devaient évoquer le Congo, mais suite au décès du roi Léopold II, ce projet sera abandonné par son successeur le roi Albert Ier. On remarque, par contre, une carte de l'Afrique en haut de chacune des deux grandes cheminées. Un siècle plus tard, le plafond sera terminé en 2002 sous l'impulsion de la reine Paola qui avait été séduite par le travail de Jan Fabre. Celui-ci lui proposa le revêtement du plafond par 1,4 million de carapaces de scarabés. Réverbérant la lumière, ces petites coques de 27 mm donnent des tons changeants passant de toutes les teintes de vert à certaines formes de bleu. En vrai mécène, la reine Paola monta un après-midi au sommet de l'échaffaudage et colla elle-même les carapaces formant la lettre P au centre du plafond.

lundi 9 août 2010

La princesse Maria-Laura de Belgique

                                                
                                        

(Article actualisé en juin 2016)

Deuxième enfant d'Astrid et Lorenz, l'archiduchesse Maria-Laura, Zita, Béatrice, Gerhard d'Autriche-Este naît le 26 août 1988 à 16h aux Cliniques Universitaires Saint-Luc à Woluwé-Saint-Lambert. Elle pesait 3,135 kg et mesurait 51 cm. Son parrain est son oncle l'archiduc Gerhard d'Autriche-Este ; sa marraine est sa tante l'archiduchesse Béatrice d'Autriche-Este. Maria-Laura est baptisée le 29 septembre 1988 à Laeken par le cardinal Godfried Danneels, primat de Belgique. Suite à l'abolition de la loi salique en 1991, Maria-Laura entre dans l'ordre de succession au trône et devient princesse de Belgique.

Quelques semaines plus tard, sa grand-mère la princesse Paola confie à l'hebdomadaire "Femmes d'aujourd'hui" : "Assister à la naissance de mes petits-enfants fut, sans conteste, le cadeau le plus touchant que pouvait me faire ma fille Astrid. Vivre ces naissances équivalait à participer une nouvelle fois au merveilleux moment de la création, répété par tant de femmes au monde. Une véritable continuation de soi".

Après cinq années passées à Bâle en Suisse, Maria-Laura revient avec ses parents à Bruxelles en septembre 1993 et suit les cours en néerlandais au collège Sint-Jan Berchmans. Elle y effectue ses études primaires et ses trois premières années secondaires. De septembre 2003 à juin 2006, elle fréquente la St-John School de Waterloo, une école internationale privée. Un jour, le minibus scolaire qui la ramenait à son domicile a fait un tonneau sur le ring de Bruxelles et s'est embrasé. La princesse (17 ans à l'époque) et les autres passagers du véhicule sont sortis indemnes de l'accident.

Passionnée par la sinologie, la princesse étudie pendant deux ans à la School of oriental and african studies à Londres et effectue un stage de plusieurs mois de perfectionnement de la langue en Chine. A partir de septembre 2008, elle poursuit ses études à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales à Paris. Maria-Laura fait aussi deux stages de plusieurs mois : à la mission belge auprès de l'Organisation des Nations Unies à New York (en 2011) et dans les bureaux de Shanghai du groupe de luxe français LVMH (en 2013). En 2015, elle reprend des cours de sciences politiques à l'Université de Londres.

Très discrète, la princesse apparaît rarement en public en Belgique. Certaines de ses photos postées sur son profil Facebook se retrouvent parfois dans la presse. On la voit aussi à des mariages dans le Gotha, comme ceux du prince Félix de Luxembourg (en 2013), du prince François d'Orléans (en 2014), de la princesse Amelia d'Orléans-Bragance (en 2014), du comte Philippe de Limburg Stirum (en 2015), de la princesse Alix de Ligne (en 2016), p.ex.

Plus de photos et d'infos sur la princesse Maria-Laura :   http://royalementblog.blogspot.fr/2013/08/les-25-ans-de-la-princesse-maria-laura.html

lundi 2 août 2010

Activités royales en juillet 2010

16 audiences pour le Roi : le président de la NVA Bart De Wever (reçu 2 fois), le président du PS Elio Di Rupo (reçu 3 fois), le président du Parlement flamand Jan Peumans, le premier ministre Yves Leterme, les ambassadeurs de Slovaquie, Grande-Bretagne, Tchad, Cap Vert, Pays-Bas, Estonie, Italie, Tuvalu et Panama.

6 activités officielles pour le Roi : concert de José Van Dam and friends à Laeken, arrivée du Tour de France au pied de l'Atomium, inauguration des nouvelles salles du palais royal ouvertes au public, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Bruxelles et défilé militaire.

6 activités officielles pour la reine Paola : concert de José Van Dam and friends à Laeken, inauguration des nouvelles salles du palais royal ouvertes au public, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Bruxelles, défilé militaire et visite de la foire agricole de Libramont.

4 activités officielles pour la reine Fabiola : concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Bruxelles, défilé militaire et messe à la mémoire du roi Baudouin en l'église Notre-Dame de Laeken.

7 activités officielles pour le prince Philippe : concert de José Van Dam and friends à Laeken, visite de la représentation permanente de la Belgique auprès de l'Union Européenne, soirée Best of Belgium au Stade Roi Baudouin, soirée I love Europe devant le Parlement Européen, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Bruxelles et défilé militaire.

8 activités officielles pour la princesse Mathilde : concert de José Van Dam and friends à Laeken, visite de la représentation permanente de la Belgique auprès de l'Union Européenne, soirée Best of Belgium au Stade Roi Baudouin, soirée I love Europe devant le Parlement Européen, visite d'une plaine de jeux à Maasmechelen, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Bruxelles et défilé militaire.

5 activités officielles pour la princesse Astrid : concert de José Van Dam and friends à Laeken, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Hasselt, défilé militaire et feu d'artifice sur la place des Palais.

5 activités officielles pour le prince Lorenz : concert de José Van Dam and friends à Laeken, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Hasselt, défilé militaire et feu d'artifice sur la place des Palais.

5 activités officielles pour le prince Laurent : concert de José Van Dam and friends à Laeken, 60ème anniversaire du Mardasson à Bastogne, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Arlon et défilé militaire.

6 activités officielles pour la princesse Claire : concert de José Van Dam and friends à Laeken, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Arlon, défilé militaire, inauguration de l'Eurojam 2010 à Villers-sur-Lesse et visite de la foire agricole de Libramont.

Résumé des activités officielles de janvier à juillet 2010 (source : www.monarchie.be) :

Roi Albert : 29 activités officielles + 113 audiences + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Princesse Mathilde : 55 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde

Prince Philippe : 50 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde

Princesse Astrid : 47 activités officielles + voyage aux Etats-Unis et au Canada pour la Semaine Mondiale contre la Malaria

Reine Paola : 26 activités officielles + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Princesse Claire : 24 activités officielles

Prince Laurent : 18 activités officielles

Reine Fabiola : 18 activités officielles

Prince Lorenz : 12 activités officielles

dimanche 25 juillet 2010

La reine Paola et l'art contemporain belge

                                              
Avec l'aide de la Donation Royale et de la Régie des Bâtiments, la Reine entreprend en 1993 un grand et ambitieux programme de rénovation et de mise en valeur du château et des serres de Laeken, du palais royal de Bruxelles et du château de Ciergnon. Tous les observateurs s'accordent pour dire que le résultat est magnifique.

A l'occasion de ses 65 ans, la reine Paola confie à l'agence Belga :  "Ayant vécu à Rome, cet environnement m'a tout naturellement sensibilisée à l'art classique. C'est dans les années 68-70, années de doute et de remise en question, que j'ai rencontré des artistes contemporains et j'ai compris alors que la peinture et la sculpture ne sont pas seulement une recherche de techniques et de couleurs, qu'elles sont aussi un langage, un message que l'artiste envoie à la société. Souvent, ce message est un cri d'angoisse. Il n'y a pas que la beauté et l'esthétique. Nous devons aussi être en mesure de comprendre ce qui est moins agréable. J'attache une grande importance à mes visites d'ateliers, à la conversation de l'artiste qui précise sa vision propre et qui commente son oeuvre. C'est enrichissant, à chaque fois, et je me rappelle avec émotion ma rencontre avec Magritte et plus tard avec Delvaux".

En accord avec le Roi, notre souveraine décide d'intégrer l'art contemporain belge dans le palais royal de Bruxelles, construit au 19ème siècle. L'idée aurait germé dans sa tête suite à la visite du couple royal à l'exposition "La peinture flamande et néerlandaise du 20ème siècle", organisée à Venise en 1997. Paola aurait été encouragée par sa belle-soeur la grande-duchesse Joséphine-Charlotte de Luxembourg, qui avait entamé depuis longtemps une importante collection privée d'oeuvres d'art contemporaines.

La Reine crée un comité artistique, composé notamment de Jan Hoet (directeur du Stedelijk Museum voor Actuele Kunst de Gand) et de Laurent Busine (directeur du Musée des Arts Contemporains du Grand Hornu). Ils lui ont proposé une liste d'ateliers à visiter ensemble en privé et en respectant le strict équilibre linguistique auquel le Palais tient beaucoup. Paola a aussi reçu des artistes en audience dans le cadre de son projet. Cette démarche unique en Europe déboucha sur l'inauguration en 2002 de trois oeuvres d'artistes belges : une série de photos de Dirk Braeckman, sept toiles de la peintre Marthe Wéry et, plus spectaculaire, le revêtement du plafond de la salle des Glaces par Jan Fabre.

La Reine avait été séduite par le travail de Jan Fabre. Celui-ci lui proposa le revêtement du plafond par 1,4 million de carapaces de scarabés. Réverbérant la lumière, ces petites coques de 27 mm donnent des tons changeants passant de toutes les teintes de vert à certaines formes de bleu. La confrontation avec les miroirs et les ors des murs donne un effet magistral montrant à quel point l'art contemporain et la tradition peuvent se compléter. En vrai mécène, Paola monta un après-midi au sommet de l'échafaudage et colla elle-même les carapaces formant la lettre P au centre du plafond.

En juillet 2004, la reine Paola inaugure une quatrième oeuvre d'art, intitulée "Les Fleurs du Palais Royal" et conçue par Patrick Corillon. Disposée dans la salle Empire, elle présente onze pots dorés et onze histoires évoquant des légendes ou des croyances imaginaires que l'on aurait vis-à-vis des fleurs originaires des dix provinces de Belgique et de Bruxelles. Chaque légende est traduite en plusieurs langues. Né à Knokke en 1959, Patrick Corillon vit et travaille à Liège et à Paris.

Quelques semaines après avoir visité avec l'artiste belge Pierre Alechinsky la rétrospective qui lui était consacrée aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles, la reine Paola se rend, le 9 avril 2008, à Paris pour l'inauguration de l'exposition "Jan Fabre, l'Ange de la métamorphose" au prestigieux Musée du Louvre. Elle était accompagnée des ministres flamand et français de la Culture Bert Anciaux et Christine Albinel. L'exposition montre le regard contemporain que porte l'artiste anversois sur des oeuvres de maîtres anciens flamands et hollandais (Van Eyck, Memling, Rubens, Rembrandt, Vermeer, p.ex.). Très heureux de la venue de Paola, Jan Fabre confie à la presse :  "Ce que j'apprécie, c'est que la Reine trouve réellement mon oeuvre passionnante. Cela n'a rien à voir avec le protocole. Elle vient ici parce qu'elle en a vraiment envie. C'est le plus important, non?".

Lors des travaux effectués au palais royal en 2010 pour accueillir un sommet organisé dans le cadre de la présidence belge de l'Union Européenne, une cinquième oeuvre d'art contemporaine est installée à l'initiative de la reine Paola. On peut désormais voir six tableaux du peintre Michaël Borremans (né en 1963 à Grammont) représentant le personnage du laquais, toujours présent d'une façon ou d'une autre dans la vie d'une Cour.

Rappelons que ces cinq oeuvres sont visibles lors de l'ouverture annuelle et gratuite du palais royal au public chaque été. Depuis le décès de Léopold II ("le roi bâtisseur") en 1909, aucun roi, aucune reine n'a marqué les domaines royaux de son empreinte autant que Paola. Elle confie à l'agence Belga en 2002 :   "Je serais heureuse si l'on pouvait retenir de moi que j'ai essayé de mettre la beauté en valeur, toute la beauté qui est en nous et hors de nous. La beauté peut se partager et ce partage rapproche".

En juin 2013, la Reine est l'invitée d'honneur du 77ème anniversaire de Jan Hoet au Musée Ghislain à Gand.

vendredi 16 juillet 2010

Marie-Esméralda nous parle de son frère Alexandre

A quelques jours de l'anniversaire du prince Alexandre (né le 18 juillet 1942 et décédé le 29 novembre 2009), sa soeur la princesse Marie-Esméralda a accepté de répondre par mail à mes questions pour ce blog et pour le blog Noblesse et Royautés de Régine Salens (http://www.noblesseetroyautes.com/nr01/?p=35820 ) :

"Madame, quels sont vos premiers souvenirs avec votre frère le prince Alexandre?
- Alexandre et moi-même étions particulièrement proches. La différence d'âge entre nous (14 ans) faisait qu'il était très protecteur. Après le décès de ma mère en 2002, il assurait le rôle de grand frère, protecteur et conseiller. Mes premiers souvenirs avec lui remontent au château de Laeken où il étudiait dans une petite classe avec six autres adolescents. Toute petite, j'allais leur lancer des jouets dans la piscine afin qu'ils aillent les repêcher, et ce jeu me divertissait énormément.

- Vous parlait-il des moments de la vie de la famille royale que vous n'avez pas ou peu connus? Si oui, quels souvenirs gardait-il de toute cette période?
- Il évoquait souvent la période de l'exil en Suisse entre 1945 et 1950 dont il avait conservé des souvenirs très heureux avec ses frères et sa soeur aînée. De même que la vie à Laeken ou à Ciergnon pendant les vacances d'été où toute la famille se retrouvait autour de la même passion pour le golf et la moto.

- Pouvez-vous nous parler de sa personnalité et de ses centres d'intérêt? Etait-il un grand voyageur comme votre frère?
- Mon frère était un grand lecteur, aussi bien de livres scientifiques que de romans. L'astronomie, la physique et la philosophie l'ont toujours passionné. Mais il s'intéressait également à la politique et aux sports. Nous avions l'habitude d'échanger des pronostics pour les grands matchs de football ou les championnats de tennis. Il avait voyagé en Australie, en Afrique et aux Etats-Unis lorsqu'il travaillait pour Mercedes-Benz dans sa jeunesse mais ne possédait pas le même virus des voyages comme mon père et moi-même. Il préférait, surtout dans les dernières années, rester chez lui et mener une existence paisible et studieuse.

- Quelles étaient ses relations avec vos parents? Il partageait votre attachement au domaine royal d'Argenteuil?
- Alexandre était très attaché à notre mère et jusqu'au décès de celle-ci, il essayait de déjeuner avec elle ou en tout cas de venir la voir à Argenteuil tous les jours. Il a soutenu mes efforts pour essayer de faire du domaine d'Argenteuil un lieu de mémoire pour nos parents et a publié un joli ouvrage sur cette maison qui fut la nôtre pendant plus de 40 ans...

- Son mariage avec la princesse Léa et sa complicité avec ses enfants ont été un grand bonheur dans la vie de votre frère?
- Son mariage avec Léa a été une source de grand bonheur dans sa vie. Il aimait énormément ses deux enfants et elle a organisé autour de lui un cocon familial et un environnement chaleureux pendant 20 ans.

- En tant qu'adultes, quelle relation aviez-vous? Venait-il vous voir à Londres?
- Nous nous parlions au téléphone une ou deux fois par semaine. Il était le parrain de ma fille Alexandra et il suivait avec intérêt le développement de mes deux enfants. Quelques semaines avant sa mort, nous avions déjeuné au restaurant avec mon fils Léopoldo, et ce fut un moment de réelle complicité et d'affection entre nous trois.

- Quel a été votre dernier contact avec lui avant son décès?
- Une semaine avant sa mort, nous avons passé le week-end ensemble à Bruxelles et mes enfants ont joué dans le jardin de sa maison. Mon frère les a emmenés voir, dans la forêt, la tombe de son chien qui venait de mourir. De retour à Londres, j'ai eu le bonheur de lui annoncer par téléphone que mon mari avait été anobli par la reine d'Angleterre pour service à la science. Alexandre en était profondément heureux. Nous partagions tellement de souvenirs et nous avions l'habitude de nous raconter tellement de choses importantes ou parfois anecdotiques de notre quotidien que le vide est vraiment immense pour moi.

- Avait-il des projets pour cette année 2010?
- Il avait le projet de visiter en France la maison de Proust, l'un de ses auteurs préférés.

- Quelle image souhaitez-vous que les Belges gardent de votre frère?
- Mon frère était peu connu des Belges. Il était très réservé, timide, n'aimant ni les mondanités, ni le devant de la scène. C'était un homme intelligent, infiniment cultivé, fidèle et loyal à sa famille et ses amis, et avec un grand sens de l'humour.

- Merci Madame".

samedi 10 juillet 2010

"Le prince Charles de Belgique" (Vincent Leroy)

                                            

1° Présentation de l'auteur : passionné par l'histoire belge contemporaine, Vincent Leroy est l'auteur de cinq ouvrages ("Chroniques du règne d'Albert II", "Le poète belge Emile Verhaeren", "Le prince Charles de Belgique", "Les 70 ans de la reine Paola" et "Le prince Laurent et la princesse Claire de Belgique"). Plus d'infos sur son site personnel :   www.vincentleroy.be

2° Présentation de cet ouvrage : le prince Charles de Belgique (1903-1983) était le deuxième enfant du roi Albert Ier et de la reine Elisabeth. Après sa formation militaire dans la marine britannique, il mène une vie tranquille et discrète jusqu'en 1944. Suite à la déportation du roi Léopold III en Allemagne, les Chambres réunies le nomment régent du royaume. Il exerce pendant six ans ses nouvelles fonctions avec sérieux et simplicité, et est apprécié du monde politique. Par contre, son frère lui reproche son manque de soutien durant la Question Royale. Après 1950, Charles coupe les ponts avec sa famille et se réfugie dans sa propriété de Raversijde à la côte belge, où il s'adonne à sa passion pour la peinture sous le nom de Karel van Vlaanderen. Les dernières années de sa vie sont marquées par plusieurs procès intentés par le prince et par ses expositions de peinture qui suscitent la curiosité et l'intérêt du public. Il décède en 1983 à Ostende et la Belgique organise des funérailles nationales pour son ancien régent oublié de tous.

3° Vous pouvez commander directement ce livre auprès d'Imprimages (http://www.imprimages.be/catalogue-des-livres/Catalogue/11/livres/biographie.html).

4° Comptes-rendus sur cet ouvrage :
Régine Salens : www.noblesseetroyautes.com/nr01/?p=32753
Association Royaliste de Belgique : http://royaliste.over-blog.com/article-le-prince-charles-de-belgique-de-vincent-leroy-51213484.html
Apolline Elter : http://editionsdelermitage.skynetblogs.be/post/7998711/le-prince-charles-de-belgique

mercredi 30 juin 2010

Activités royales en juin 2010

18 audiences pour le Roi : le premier ministre Yves Leterme (reçu 2 fois), le président du Sénat Armand De Decker, le président de la Chambre Patrick Dewael, le président du PS Elio Di Rupo (reçu 2 fois), la président de la NVA Bart De Wever (reçu 3 fois), la présidente du SPA Caroline Gennez, le co-président d'Ecolo Jean-Michel Javaux, le président de Groen Wouter Van Besien, le co-président du PP Michaël Modrikamen, le président de la List Dedecker Jean-Marie Dedecker, le président du VLD Alexander De Croo, la présidente du CD&V Marianne Thyssen, la présidente du CDH Joëlle Milquet et le président du MR Didier Reynders.

2 activités officielles pour le Roi : concert de clôture du Concours Musical Reine Elisabeth et le mariage de la princesse héritière Viktoria de Suède + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance du Congo.

3 activités officielles pour la reine Paola : remise des Prix Reine Paola pour l'enseignement 2009-2010, concert de clôture du Concours Musical Reine Elisabeth et mariage de la princesse héritière Viktoria de Suède + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance du Congo.

3 activités officielles pour la reine Fabiola : remise des prix du Concours Musical Reine Elisabeth, concert des 4ème, 5ème et 6ème lauréats du Concours Musical Reine Elisabeth, concert de clôture du Concours Musical Reine Elisabeth.

11 activités officielles pour le prince Philippe : après-midi d'étude sur les échanges linguistiques dans l'enseignement supérieur organisés par le Fonds Prince Philippe, concert à Beloeil du violoniste belge Lorenzo Gatto, remise du Prix Francqui 2010, Journée Belge à l'Exposition Universelle de Shanghaï, mariage de la princesse héritière Viktoria de Suède, visite du CPAS de Genk, visite du lac de Bambois à Fosses-la-Ville, visite de l'imprimerie Donneux à Mettet, visite de l'Atelier 85 à Florennes, réception à l'hôtel de ville de Florennes et 8ème European Business Summit.

12 activités officielles pour la princesse Mathilde : visite de la représentation à Bruxelles du Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés, 10ème anniversaire de Mamas for Africa, concert à Beloeil du violoniste belge Lorenzo Gatto, visite de Baboes à Bruxelles, concert de clôture du Concours Musical Reine Elisabeth, mariage de la princesse héritière Viktoria de Suède, visite du CPAS de Genk, visite du lac de Bambois à Fosses-la-Ville, visite de l'imprimerie Donneux à Mettet, visite de l'Atelier 85 à Florennes, réception à l'hôtel de ville de Florennes et 8ème European Business Summit.

5 activités officielles pour la princesse Astrid : 50ème anniversaire du Belgian Paralympic Committee, mariage de la princesse héritière Viktoria de Suède, journée nationale à Anvers du Cercle Royal Mars et Mercure, concert de clôture du Concours Musical Reine Elisabeth, visite de l'asbl Le Silex à Bruxelles.

2 activités officielles pour le prince Lorenz : assemblée générale de l'Association Royale des Demeures Historiques et Jardins de Belgique et mariage de la princesse héritière Viktoria de Suède.

2 activités officielles pour le prince Laurent : mise à l'eau du bateau viking Ferir dans le port de Genk et mariage de la princesse héritière Viktoria de Suède.

3 activités officielles pour la princesse Claire : remise des prix du concours d'épouvantails du château d'Hex, mariage de la princesse héritière Viktoria de Suède et inauguration du nouveau bâtiment de la Clinique Saint-Pierre à Ottignies.

Résumé de janvier à juin 2010 (source : http://www.monarchie.be/) :

Roi : 23 activités officielles + 97 audiences + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Mathilde : 47 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde

Philippe : 43 activités officielles + missions économiques au Brésil et en Inde

Astrid : 42 activités officielles + voyage aux Etats-Unis et au Canada pour la Semaine Mondiale contre la Malaria

Paola : 20 activités officielles + voyage au Congo pour les 50 ans de l'indépendance

Claire : 18 activités officielles

Fabiola : 14 activités officielles

Laurent : 13 activités officielles

Lorenz : 7 activités officielles

mardi 22 juin 2010

La princesse Mathilde et Unicef-Belgique

A l'occasion des 20 ans de la Convention des Droits de l'Enfant en 2009, la princesse Mathilde prend, pour la première fois, la parole en tant que présidente d'honneur de l'Unicef-Belgique :

"Il est important que les enfants soient entendus et que les adultes les écoutent pour que leur opinion soit prise en compte. Il est important de montrer que les adultes les prennent au sérieux et que les enfants et les jeunes ont leur mot à dire dans le façonnement de leur propre milieu de vie. Les enfants ont droit à un environnement social stimulant qui les aide à se respecter et à développer des capacités sociales. Toutefois, cela ne signifie pas que les enfants peuvent toujours faire ce qui leur plaît. Les enfants doivent apprendre à collaborer, en accord avec leurs parents et leurs enseignants. Ils doivent apprendre à devenir des citoyens responsables au sein de la société. C'est un processus d'apprentissage important. Aussi bien les adultes que les enfants doivent parfois adapter leur pensée pour rapprocher encore plus leurs points de vue.

La Convention relative aux droits de l'enfant représente aussi un progrès indéniable pour des millions d'enfants à travers le monde : le nombre d'enfants scolarisés a augmenté ; la mortalité infantile a diminué dans le monde ; de plus en plus d'enfants ont accès à de meilleurs soins de santé et à une eau pure ; en outre, ils reçoivent une protection particulière pendant les conflits et en situation d'urgence. Au cours des 20 dernières années, des résultats impressionnants ont donc été obtenus. Ce ne sont pas les défis qui manquent dans l'application de la convention. Aujourd'hui encore, 24.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour des suites de maladies et de privations. Même dans notre pays, les enfants et les jeunes n'ont pas toujours la vie facile et il est donc important d'être à l'écoute de leurs préoccupations, de leurs questions et de leurs propositions. L'opinion des enfants vulnérables de notre société doit continuer à retenir notre attention particulière".

P.S. Cliquez ci-dessous sur "Mathilde" pour retrouver mes autres articles sur la princesse.

mardi 15 juin 2010

1ère présidence d'honneur pour la princesse Claire

Le 23 mars 2010, la princesse Claire est l'invitée d'honneur de la pièce "Les Trois Mousquetaires se logent à Bruxelles" au Théâtre de marionnettes de Toone (Bruxelles) au profit de la Fondation Pro Renovassistance. Cette fondation a pour but de soutenir toutes les initiatives visant à mettre un logement décent à la disposition de personnes et de familles à faibles revenus, et ce à des conditions compatibles avec leurs ressources.

La princesse leur fait part de son souhait de mieux connaître leur travail et leurs projets. Un mois plus tard, une réunion de travail et une visite d'un immeuble rénové à Schaerbeek par Renovassistance sont organisées. Le 27 mai, Claire visite un autre chantier de rénovation d'un immeuble à Uccle et le Palais annonce qu'elle accepte la présidence d'honneur de la Fondation Pro Renovassistance (www.prorenovassistance.be).

Contactée par téléphone par le journaliste Pierre Nizet, la princesse lui confie : "C'est une cause très bonne. Avant d'en dire plus sur cette fondation, je vais d'abord apprendre à mieux la connaître. C'est un domaine qui m'intéresse énormément, qui est proche de ma profession".

mardi 8 juin 2010

"Clémentine, princesse Napoléon" (Dominique Paoli)

Comme tous les ouvrages de la collection "Les racines de l'histoire", ce livre est très bien documenté et agréable à lire. Dominique Paoli nous raconte avec objectivité la vie de la princesse Clémentine de Belgique (1872-1955), fille cadette du roi Léopold II et de la reine Marie-Henriette. Les très nombreuses lettres envoyées à sa soeur Stéphanie permettent de mieux comprendre sa personnalité.

Suite aux mariages de ses deux soeurs et au décès de son frère, Clémentine passe une enfance triste et solitaire au château de Laeken. Ses relations sont glaciales avec ses parents. Elle puise dans la foi le courage de surmonter la mort de son cousin et premier amour, le prince Baudouin. La reine Marie-Henriette fuyant de plus en plus souvent la Cour pour se réfugier à Spa, la princesse Clémentine remplit les fonctions de Première Dame aux côtés du roi Léopold II, qui la protège du caractère difficile de sa mère et lui donne une indépendance dont peu de princesses célibataires pouvaient jouir à cette époque. Mais le souverain reste intraitable sur ses projets de mariage : il ne veut pas qu'elle épouse le prince Victor Napoléon afin de ne pas compromettre les relations entre la Belgique et la République française.

Opposée aux scandales, Clémentine attend le décès de ses parents pour épouser, à l'âge de 38 ans, l'homme qu'elle aime. Le couple très uni habite en Belgique et a deux enfants : Marie-Clotilde (née en 1912) et Louis (né en 1914).

Ce bonheur est assombri par la première guerre mondiale, au cours de laquelle ils trouvent refuge en Angleterre chez l'impératrice Eugénie (veuve de Napoléon III) et apportent leur aide à des oeuvres de charité en faveur des soldats. Le prince Victor Napoléon s'éteint en 1926, laissant à Clémentine le devoir de s'occuper de l'éducation de leurs jeunes enfants avec qui elle s'entend très bien.

Après le mariage en 1938 de sa fille Marie-Clotilde avec le comte Serge de Witt et la naissance de son premier petit-enfant, la princesse Clémentine vit avec inquiétude la deuxième guerre mondiale car son fils Louis est engagé dans la Légion étrangère. Elle sera ensuite très fière de son comportement héroïque. La Question Royale qui sévit en Belgique autour du comportement du roi Léopold III l'attriste et l'incite à vivre la plupart du temps en France.

Les dix dernières années de sa vie sont heureuses et paisibles. En 1949, son fils épouse Alix de Foresta et peut enfin découvrir la France un an plus tard, suite à l'abrogation de la loi d'exil. Clémentine devient la grand-mère de onze petits-enfants et reçoit la Légion d'Honneur française à l'occasion de ses 80 ans. Elle s'éteint le 8 mars 1955 à la Côte d'Azur et est inhumée avec son époux dans la chapelle impériale d'Ajaccio.

Quand on termine de lire sa biographie, la princesse nous laisse l'impression d'une Grande Dame qui a réussi sa vie d'épouse et de mère, tout en remplissant les obligations de son rang. Je n'ai qu'un seul reproche pour l'auteur : l'absence du témoignage de ses deux enfants qui étaient encore en vie lors de la rédaction de cette biographie qui rend un très bel hommage à la princesse Clémentine.