lundi 4 novembre 2019

Activités royales en octobre 2019

                           13 audiences pour le Roi :   le président de Roumanie Klaus Iohannes, le ministre-président flamand Jan Jambon (prestation de serment), la ministre fédérale de l'Economie Nathalie Muylle (prestation de serment), le sous-lieutenant Jens Parisis (Epée du Roi 2019), le premier ministre Charles Michel, les co-informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte, les pré-formateurs Geert Bourgeois et Rudy Demotte, le ministre du Budget David Clarinval (prestation de serment), la nouvelle première ministre Sophie Wilmès (prestation de serment), ainsi que les ambassadeurs de Lettonie, Grèce, Norvège et Japon

27 activités officielles pour le Roi :   déjeuner de travail avec le président de Roumanie et sa délégation, inauguration d'Europalia Roumanie, rencontre avec les nouveaux officiers-élèves de l'Ecole Royale Militaire, visite de la Villa VIP à Herzele, remise du 25ème Prix Entreprise de l'Année, dîner avec des jeunes fonctionnaires fédéraux, 25ème Festival International Nature Namur, visite à bord de la frégate Léopold I dans le détroit de Gibraltar, cérémonie d'intronisation de l'empereur Naruhito du Japon, dîner de gala au palais impérial de Tokyo, rencontre avec le premier ministre japonais, cérémonie officielle pour les 18 ans de la princesse Elisabeth
+  15 activités officielles lors du voyage d'Etat au grand-duché de Luxembourg (accueil officiel devant le palais grand-ducal, rencontre avec différents responsables politiques luxembourgeois, promenade sur la Corniche, visite à l'hôtel de ville de Luxembourg, dîner de gala offert par les souverains luxembourgeois, visite au Centre Militaire de Diekirch, lunch offert par le gouvernement luxembourgeois, présentation de coproductions audiovisuelles belgo-luxembourgeoises, Belgium Space Symposium, concert de gala offert par les souverains belges, présentation de projets d'éco-construction, visite de l'exposition Schengen, croisière sur la Moselle, visite de l'Institut Viti-Vinicole à Remich, cérémonie de départ devant le palais grand-ducal)

24 activités officielles pour la Reine :  déjeuner de travail avec le président de Roumanie et sa délégation, inauguration d'Europalia Roumanie, 50ème anniversaire de l'ONG Via Don Bosco, inauguration du colloque "One Planet, One Health, One Future", dîner avec des jeunes fonctionnaires fédéraux, cérémonie d'intronisation de l'empereur Naruhito du Japon, dîner de gala au palais impérial de Tokyo, concert de clôture du programme "Merci voor de muziek", cérémonie officielle pour les 18 ans de la princesse Elisabeth
+ 15 activités officielles lors du voyage d'Etat au grand-duché de Luxembourg (accueil officiel devant le palais grand-ducal, rencontre avec différents responsables politiques luxembourgeois, promenade sur la Corniche, visite à l'hôtel de ville de Luxembourg, dîner de gala offert par les souverains luxembourgeois, visite de Belval News, visite du Learning Center de l'Université de Luxembourg, présentation de coproductions audiovisuelles belgo-luxembourgeoises, Belgium Space Symposium, concert de gala offert par les souverains belges, présentation de projets d'éco-construction, visite de l'exposition Schengen, croisière sur la Moselle, visite de l'Institut Viti-Vinicole à Remich, cérémonie de départ devant le palais grand-ducal)

1 activité officielle pour le roi Albert II :   cérémonie officielle pour les 18 ans de la princesse Elisabeth

2 activités officielles pour la reine Paola :   remise des Prix Terre d'Avenir de la Fondation Reine Paola, cérémonie officielle pour les 18 ans de la princesse Elisabeth

1 activité officielle pour la princesse Elisabeth, le prince Gabriel, le prince Emmanuel et la princesse Eléonore :   cérémonie officielle pour les 18 ans de la princesse Elisabeth

8 activités officielles pour la princesse Astrid :   Fastes de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles, rencontre avec le président du Liban Michel Aoun, rencontre avec le ministre libanais de la Défense Elias Bou Saab, dîner de gala de l'Institut de Duve, soirée du comité de soutien anversois de la Fondation Roi Baudouin, visite du groupe des sciences biomédicales de la KUL à Courtrai, visite du groupe Solvay, cérémonie officielle pour les 18 ans de la princesse Elisabeth

2 activités officielles pour le prince Lorenz :  dîner de gala de l'Institut de Duve, soirée du comité de soutien anversois de la Fondation Roi Baudouin

9 activités officielles pour le prince Laurent :   cérémonie de remise de la Légion d'Honneur à Mme Claude Solvay, célébration du cabinet d'avocat multinational Linklaters, visite de l'école Heilig Hart à Wezembeek-Oppem, ouverture du Waterloo Historical Film Festival, journée d'étude sur le bien-être des animaux dans le Limbourg, concert organisé par l'asbl Servio pour les 75 ans de la Libération, concert pour les 50 ans du chanteur Helmut Lotti, concert Solidarité Florian Noack à La Hulpe, cérémonie officielle pour les 18 ans de la princesse Elisabeth

2 activités officielles pour la princesse Claire :  concert Solidarité Florian Noack à La Hulpe, cérémonie officielle pour les 18 ans de la princesse Elisabeth

0 activité officielle pour la princesse Louise, les princes Nicolas et Aymeric

Récapitulatif de janvier à octobre (source :   www.monarchie.be) :

Roi :   170 activités officielles  +  120 audiences

Reine :   193 activités officielles

Prince Laurent :   70 activités officielles

Princesse Astrid :   61 activités officielles

Prince Lorenz :   18 activités officielles

Princesse Elisabeth :   13 activités officielles

Princesse Claire :   12 activités officielles

Princesse Louise :   8 activités officielles

Prince Emmanuel :  8 activités officielles

Princesse Eléonore :   7 activités officielles

Princes Nicolas et Aymeric :   7 activités officielles

Prince Gabriel :   6 activités officielles

Roi Albert II :   6 activités officielles

Reine Paola :   5 activités officielles

lundi 21 octobre 2019

La reine Elisabeth et Alfred Courtens

Je vous ai déjà parlé de l'excellente revue "Museum Dynasticum" publiée par l'Asbl Dynastie et Patrimoine Culturel. Dans un long et documenté article de 27 pages, intitulé "La reine Elisabeth et le mécénat artistique :  l'entre-deux-guerres, une période phare" ,  Barbara de Muyser Lantwyck revient sur les liens entre la souveraine et l'artiste belge Alfred Courtens :

"Homme discret, courtois et modeste, le sculpteur Alfred Courtens a les faveurs de la famille royale, comme son père le paysagiste Franz Courtens que quatre générations de souverains encouragèrent. C'est à Albert et Elisabeth que Franz Courtens devait la chance de bénéficier d'un atelier dans le parc de Laeken, où le Roi lui faisait de fréquentes visites, partageant avec lui son amour de la nature et des arbres en particulier. Le peintre s'en souviendra lors du décès du Roi, affirmant :   "J'ai eu l'honneur d'être son hôte pendant de nombreuses années. Le Roi était simple et doté de grandes qualités morales. Il avait en outre des compétences artistiques incontestables et ses remarques judicieuses m'enchantaient".

Quand à Alfred, c'est après la Grande Guerre qu'il rentre en contact avec la Cour, peut-être par l'intermédiaire de Jules Ingenbleek, intendant de la Liste Civile, dont il a réalisé le buste en 1923. Alfred Courtens consacrera une partie de son énergie à réaliser des bustes ou des monuments royaux. Dans l'entre-deux-guerres, il ne réalise pas moins d'une dizaine de groupes commémoratifs commandés par l'Etat ou les communes :  citons notamment Arendonk, St-Gillis-Waas, La Louvière, Virton, Sombreffe, Termonde et Dixmude. La postérité retient surtout de lui la grande statuaire royale, répondant parfaitement au sentiment national très vif en cette période, comme la statue en pied de la reine Elisabeth à Eisden, la statue équestre de Léopold II à Ostende ou encore celle d'Albert Ier au Mont des Arts qui lui valurent des jugements mitigés, mais mirent sa carrière sous le coup des projecteurs.

Ses œuvres sont en tout cas parfaitement exécutées, lisses, de facture classique voire académique, sans grande audace mais toutefois pleines de sensibilité. C'est la raison pour laquelle ses bustes plaisent à de nombreuses personnalités et que les distinctions honorifiques pleuvent. La Reine sera séduite elle aussi et lui accordera plusieurs séances de pose pour le buste que Jules Ingenbleek a commandé pour le cabinet du Roi. C'est l'occasion de longues discussions passionnantes où ils abordent mille sujets, à commencer par les techniques artistiques.

C'est Alfred Courtens qui dans l'ombre de l'atelier, apporte sa précieuse collaboration à l'activité sculpturale d'Elisabeth. Plusieurs photographies assez informelles le montrent en plein travail à Laeken, parfois sous l'œil vigilant de la Reine et de la princesse Joséphine-Charlotte. Elisabeth lui rendra visite en 1936 puis en 1943 dans son atelier de la rue Washington, où il aime se faire photographier au milieu des effigies royales…

Lorsqu'en 1936, sa situation matérielle se dégrade, la Reine ne l'abandonne pas et lui fait payer d'avance les 10.000 francs requis pour le buste commémoratif de la reine Astrid qu'elle veut offrir à son fils le roi Léopold.  Mais l'artiste en pleine dépression envoie plusieurs lettres exaltées à Willy de Grunne :   "La Reine si artiste et si clairvoyante a bien voulu me prendre par la main pour mener à bien les bustes commencés".  Plus tard, en mai 1937, il écrit à Elisabeth :  "C'est émerveillé de la si grande bonté de Votre Majesté, de sa vision si juste et si profonde de l'art, des œuvres qu'il m'a été donné d'admirer chez elle que je suis rentré à l'atelier avec un nouveau courage".

Lors de l'élaboration de la statue équestre du roi Albert au Mont des Arts, la Reine permet même à Alfred Courtens de disposer d'un cheval dans les écuries royales. Elle suivra avec attention ce long chantier et assistera même à la coulée de bronze de la statue. Par l'intermédiaire de son secrétaire, elle intercédera auprès du ministre des Travaux publics pour éviter l'expropriation de l'atelier de l'artiste. La Reine et le sculpteur échangeront compliments, lettres et bouquets, sur un ton affectueux, presque intime, jusqu'en 1965".


 
Cliquez ci-dessous sur "Elisabeth" pour retrouver mes autres articles sur la reine Elisabeth.

Cliquez ci-dessous sur "Asbl Dynastie et Patrimoine Culturel" pour avoir plus d'infos sur cette association et leur revue "Museum Dynasticum".


                            

lundi 30 septembre 2019

Activités officielles en septembre 2019

                           18 audiences pour le Roi :   le premier ministre Charles Michel (reçu 3 fois), les co-informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte, le président du Comité stratégique pour le Pacte d'Investissement Michel Delbaere, le ministre-président wallon Elio Di Rupo (prestation de serment), le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (prestation de serment), le président du Congo Felix Tshisekedi et son épouse, le président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte, le commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), ainsi que les ambassadeurs du Sri Lanka, Royaume-Uni, Afghanistan, Laos, Mali, Bosnie, France et Israël  venus remettre leurs lettres de créance

17 activités officielles pour le Roi :  visite du centre Arthur Regniers à Lobbes, visite de la collégiale de Lobbes, visite de Masthercell à Charleroi, visite de Quai 10 à Charleroi,  75ème anniversaire de la Libération à Anvers, soirée de gala du comité de soutien de Flandre Orientale de la Fondation Roi Baudouin, visite de la plate-forme offshore d'Elia en mer du Nord, forum d'inspiration chrétienne Session Lead Summer University pour les jeunes, 75ème pèlerinage national du fort de Breendonk, visite au groupe Terre à Herstal, visite au commissariat de police de Liège, ouverture conjointe de l'année académique de l'ULB et de la VUB, Journée Sans Voitures à Bruxelles, rencontre avec les lauréats du projet IDCity pour les jeunes, présentation d'un drone médical, cérémonie au cimetière militaire polonais de Lommel, déjeuner au château de Laeken avec le président de Pologne et son épouse.

26 activités officielles pour la Reine :  visite du centre Arthur Regniers à Lobbes, visite de la collégiale de Lobbes, visite de Masthercell à Charleroi, visite de Quai 10 à Charleroi, 75ème anniversaire de la Libération à Anvers, soirée de gala du comité de soutien de Flandre Orientale de la Fondation Roi Baudouin, table ronde avec trois lauréats du Prix Fédéral de lutte contre la pauvreté 2019, Sommet Mondial sur la Vaccination à Bruxelles, 100ème anniversaire de l'ONE, rencontre avec le président du Congo Felix Tshisekedi et son épouse, conférence sur le cancer du sein, déjeuner au château de Laeken avec le président de Pologne et son épouse
+ 5 activités officielles lors de sa visite à la Biennale de Venise (visite du pavillon belge, visite de la 58ème exposition internationale d'art contemporain, visite de l'exposition de l'artiste belge Luc Taymans, visite du pavillon japonais, visite du pavillon luxembourgeois)
+ 9 activités officielles à New York (réunion des défenseurs des ODD, The Missing Billion in UHC, 30ème anniversaire de la Convention des droits de l'enfant organisé par l'Unicef, 100ème anniversaire de Save the Children, visite de la Juilliard School, rencontre avec la représentante spéciale des Nations Unies pour les enfants et conflits armés, rencontre avec la directrice générale de l'Unicef, 7ème Annual International Conference on Sustainable Development, rencontre avec le directeur général du PNUD)

1 activité officielle pour le roi Albert :   messe à la mémoire du roi Baudouin en l'église Notre-Dame de Laeken

0 activité officielle pour la reine Paola

0 activité officielle pour la princesse héritière Elisabeth

1 activité officielle pour le prince Gabriel, le prince Emmanuel et la princesse Eléonore :   Journée Sans Voitures à Bruxelles

2 activités officielles pour la princesse Astrid :  ouverture de la plate-forme hospitalière Smart Space à Gand, messe à la mémoire du roi Baudouin en l'église Notre-Dame de Laeken

1 activité officielle pour le prince Lorenz :  messe à la mémoire du roi Baudouin en l'église Notre-Dame de Laeken

8 activités officielles pour le prince Laurent :   75ème anniversaire de la Libération à Bruges, soirée au château de Seneffe pour le lancement des Journées du Patrimoine en Wallonie, visite de la Lummense Paardenrusthuis dans le Limbourg, fête de la bande dessinée à Bruxelles, inauguration des jardins du Musée d'Histoire Naturelle de Tournai, soirée de gala du centre d'accueil La Fontaine, vernissage de "Beautiful Animals Art Expo", fête de retraite de policiers gantois

0 activité officielle pour la princesse Claire

0 activité officielle pour la princesse Louise, les princes Nicolas et Aymeric

Récapitulatif des activités officielles de janvier à septembre (source :  www.monarchie.be) :

Roi :  143 activités officielles  +  107 audiences

Reine :   169 activités officielles

Prince Laurent :   61 activités officielles

Princesse Astrid :   53 activités officielles

Prince Lorenz :   16 activités officielles

Princesse Elisabeth :   12 activités officielles

Princesse Claire :   10 activités officielles

Princesse Louise :   8 activités officielles

Princes Nicolas et Aymeric :   7 activités officielles

Prince Emmanuel :  7 activités officielles

Princesse Eléonore :   6 activités officielles

Prince Gabriel :   5 activités officielles

Roi Albert II :   5 activités officielles

Reine Paola :   3 activités officielles

lundi 16 septembre 2019

La reine Elisabeth et les Beaux-Arts

                     16A - 20140425-Racine-073_web
Passionnée de culture, la reine Elisabeth (arrière-grand-mère de notre roi actuel Philippe) est surtout associée à la musique. Dans la revue "Museum Dynasticum" de l'Association Dynastie et Patrimoine Culturel, Barbara de Muyser Lantwyck a écrit "La reine Elisabeth et le mécénat artistique :  l'entre-deux-guerres, une période phare",  un (intéressant) article de 27 pages qui dévoile des aspects plus méconnus.

Barbara de Muyser Lantwyck explique ses motivations dans l'introduction :   "L'intérêt de la reine Elisabeth pour les arts est bien connu, particulièrement en ce qui concerne la musique, et dans une moindre mesure pour les Beaux-Arts. Son tempérament artiste et sa curiosité d'esprit sont attestés dès son plus jeune âge. Une fois devenue reine, elle marque très vite son intérêt pour de nombreux artistes, et ses initiatives se poursuivront pendant la Première Guerre. Ce n'est toutefois qu'après la fin du conflit qu'elle pourra laisser plus librement cours à sa passion. Si la période de l'entre-deux-guerres est particulièrement dense en ce qui concerne les activités de mécénat artistique de la reine Elisabeth, c'est que de nombreux facteurs se conjuguent  (…)  Nous tenterons dans cet article de dégager les lignes directrices de sa politique artistique et d'analyser le contenu de sa collection. L'étude de différents thèmes nous permettra, tel un kaléidoscope, d'esquisser le profil de ses goûts personnels et de ceux de ses conseillers, de dresser le portrait de sa collection avec en arrière-plan l'explosion des multiples nouveaux mouvements esthétiques du début du 20ème siècle".

Je vous ai déjà parlé de ses liens avec l'artiste belge Herman Richir :   http://familleroyalebelge.blogspot.com/2019/08/la-reine-elisabeth-et-herman-richir.html

Au terme de son enquête, quelle est la conclusion de Barbara de Muyser Lantwyck ?

"Quelques lignes directrices se détachent en effectuant la synthèse de multiples sources :  à en juger par les inventaires, le reliquat de sa collection, ses carnets, son calendrier-journal, les inscriptions sur le frontispice ou les pages des catalogues d'exposition ou encore les innombrables témoignages d'artistes, on peut conclure que le goût de la reine Elisabeth reste assez classique, voire académique. En cela, elle suit les traces de ses prédécesseurs royaux (Léopold Ier, Louise-Marie, Léopold II). Au fil de ses rencontres, elle s'orientera néanmoins de plus en plus vers des artistes en phase avec leur temps. Sa collection couvre en tout cas un vaste échantillon plus que représentatif de l'évolution de l'art belge. Toutes les techniques sont représentées (peinture, sculpture, gravure, dessin, gouache, eau-forte).

Si on fait abstraction des œuvres reçues en cadeau, et des achats réalisés dans un but purement charitable, indépendamment de leur intérêt ou valeur intrinsèque, on peut en déduire que tout au long de sa vie, la Reine manifeste un grand éclectisme dans le choix des œuvres acquises. Ses sujets préférés sont les fleurs, les paysages et certains portraits assez réalistes, dans la mouvance d'un certain art traditionnel ou officiel. Mais tout en restant fidèle à ce genre de peinture, ses goûts évolueront au gré de ses rencontres avec les artistes. Elle s'intéressera beaucoup au symbolisme et à une certaine forme d'expressionnisme. Les jugements qu'elle porte d'ailleurs sur les tableaux sont souvent très judicieux et pleins de sensibilité. Elle paraît en tout cas trouver les mots justes pour en parler pendant ou après ses nombreuses visites aux expositions où elle affine son jugement.

Au début du règne, il semble que la reine Elisabeth suive plutôt les avis reçus de ses divers conseillers. Par leur intermédiaire, elle entre en contact avec des artistes qu'elle finit par apprécier et recommander à son tour. On ne peut pas vraiment lui attribuer la qualité de découvrir des jeunes talents. Ce sont pour la plupart des peintres et sculpteurs dont la position est déjà établie et dont la valeur est officiellement reconnue, qui sont représentés dans sa collection. Ceux-ci restent malgré tout assez novateurs dans leur genre.

Elisabeth ne s'aventure pas non plus dans certains courants qui lui sont totalement étrangers et pour lesquels elle n'a que peu d'affinité comme le cubisme, l'abstraction pure ou le surréalisme. Elle n'a d'ailleurs acquis aucune œuvre représentative de ces trois mouvements et reste fidèle à des sujets purement figuratifs. Parmi les maîtres résolument modernes, elle s'intéresse seulement à Raoul Dufy, qu'elle rencontre en 1951 à plusieurs reprises à Paris. Elle admirait profondément son talent, et écrira une dédicace pour un ouvrage commémoratif à sa mémoire.

A cet égard, un épisode de la vie artistique de l'époque, qui eut lieu en 1947 juste après la seconde guerre, nous est conté par Alfred Bastien dans son journal :  il s'agit de la visite de la Reine à l'exposition de peintures organisé en soutien à la presse communiste. Le compte-rendu de cette visite par Bastien nous éclaire sur les réactions d'Elisabeth par rapport aux nouveaux courants esthétiques. De grands noms de la peinture étaient représentés dans cette exposition. Elisabeth aurait lâché :  "A mon âge, on s'est fixé sur les goûts et la mode. Et à mon âge, je l'ai tellement vu changer… On perd son temps à vouloir être au goût du jour. Même en peinture. Un tableau est destiné à orner, à décorer un intérieur et il faut pouvoir vivre avec lui".

Tout au long de sa vie, la reine Elisabeth prêta une oreille attentive et un œil passionné aux diverses formes d'art qu'elle a pu découvrir, tout en portant un intérêt tout particulier, souvent chaleureux et plein de sollicitude envers les êtres qui en étaient les créateurs. Sa bienveillance et sa compréhension vis-à-vis des artistes ont été constantes. Sa collection est à son image".

Une autre piste de recherche pour les historiens :  qu'est devenue cette collection après la mort de la reine Elisabeth en 1965?  Ces tableaux ont-ils été partagés entre ses trois enfants (Léopold III, Charles et Marie-José)?   Ou ont-ils été légués au roi Baudouin et à la reine Fabiola?  Ou ont-ils rejoint les Collections Royales pour meubler le palais royal de Bruxelles ou le château de Laeken?  Impossible à dire….

Cliquez ci-dessous sur "Elisabeth" pour retrouver mes autres articles sur la reine Elisabeth.

Cliquez ci-dessous sur "Asbl Dynastie et Patrimoine Culturel" pour avoir plus d'infos sur cette association et sa revue "Museum Dynasticum".

lundi 2 septembre 2019

Activités royales en août 2019

                                2 audiences pour le Roi :  les co-informateurs Johan Vande Lanotte et Didier Reynders, le premier président de la Cour d'Appel de Liège Luc Lanbrecht (prestation de serment)

4 activités officielles pour le Roi :   75ème anniversaire de la libération de Cabourg par la brigade belgo-luxembourgeoise Piron, rencontre avec les Belgian Red Panthers à Anvers, match de hockey des Red Lions contre l'Angleterre à Anvers, commémoration de la Bataille de l'Escaut aux Pays-Bas

1 activité officielle pour la Reine :   commémoration de la Bataille de l'Escaut aux Pays-Bas

0 activité officielle pour le roi Albert II et la reine Paola

0 activité officielle pour la princesse héritière Elisabeth, le prince Gabriel et la princesse Eléonore

1 activité officielle pour le prince Emmanuel :  75ème anniversaire de la libération de Cabourg par la brigade belgo-luxembourgeoise Piron

0 activité officielle pour la princesse Astrid et le prince Lorenz

1 activité officielle pour le prince Laurent et la princesse Claire :   ducasse d'Ath

1 activité officielle pour la princesse Louise, les princes Nicolas et Aymeric :  ducasse d'Ath

Récapitulatif des activités officielles de janvier à août 2019 (source :  www.monarchie.be) :

Roi :   126 activités officielles  +  89 audiences

Reine :   143 activités officielles

Prince Laurent :  53 activités officielles

Princesse Astrid :   51 activités officielles

Prince Lorenz :   15 activités officielles

Princesse Elisabeth :  12 activités officielles

Princesse Claire :   10 activités officielles

Princesse Louise :  8 activités officielles

Princes Nicolas et Aymeric :  7 activités officielles

Prince Emmanuel :   6 activités officielles

Princesse Eléonore :    5 activités officielles

Prince Gabriel :   4 activités officielles

Roi Albert II :   4 activités officielles

Reine Paola :   3 activités officielles

lundi 26 août 2019

La reine Elisabeth et Herman Richir

                               P1110494
Ce tableau de la reine Elisabeth a été réalisé en 1930 par le peintre belge Herman Bichir. Il appartient aujourd'hui à une collection privée (à un membre de la famille royale? on l'ignore), mais a été présenté au public il y a quelques années dans le cadre d'une exposition lors de l'ouverture estivale du palais royal de Bruxelles.

On n'en savait pas plus sur ce tableau, mais Barbara de Muyser Lantwyck en parle dans "La reine Elisabeth et le mécénat artistique : l'entre-deux-guerres, une période phare",  un (excellent) article de 27 pages de la revue "Museum Dynasticum" éditée par l'Association Dynastie et Patrimoine Culturel.

Voici ce qu'elle écrit sur les liens entre Herman Bichir et la reine Elisabeth :

"Portraitiste mondain, mais aussi auteur de scènes mythologiques et de nus, Herman Richir est recherché par la haute bourgeoisie pour sa peinture brillante, son sens du détail et sa belle palette de couleurs. Si son talent est réel, et sa carrière bien remplie (il devient en effet directeur de l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles), il n'en demeure pas moins assez académique. 

La reine Elisabeth noue aussi avec cet artiste une amitié solide et lui accorde quelques séances de poses. Si Alfred Courtens est officieusement chargé des portraits sculptés de la famille royale, on peut dire que c'est Herman Richir qui occupe ce rôle pour la peinture. 

Il est un de ceux qui détient le record de visites royales à ses expositions. On ne compte en effet pas moins de six visites aux salons qui ont souvent lieu dans les locaux du Cercle Artistique et Littéraire au Vaux-Hall dans le parc de Bruxelles, ou dans d'autres galeries bruxelloises, sans compter les visites impromptues à l'atelier. Il faut dire qu'Herman Richir bombarde littéralement le secrétaire d'Elisabeth de missives l'avertissant des prochaines dates d'exposition et réclamant une visite royale. Herman Richir est si prolifique qu'il expose environ tous les ans ou presque.

A force de multiplier les rencontres, les liens se resserrent et lorsque la Reine apprend que Richir est malade, elle fait écrire par son secrétaire :  "Sa Majesté se rappelle les nombreuses fois qu'elle eut le plaisir de vous rencontrer et espère que l'occasion de vous revoir se renouvellera prochainement". "

Cliquez ci-dessous sur "Asbl Dynastie et Patrimoine" pour avoir plus d'infos sur leur revue "Museum Dynasticum" qui est intéressante.

Cliquez ci-dessous sur "Elisabeth" pour retrouver mes autres articles consacrés à la reine Elisabeth, arrière-grand-mère de notre actuel roi Philippe.

lundi 19 août 2019

Les voitures de la famille royale

              Au sein du garage du palais royal de Bruxelles, on ne trouve guère de carrosses ou voitures de prestige. Il y a une Lincoln décapotable datant des années 1960. Elle a été utilisée sous les règnes des rois Baudouin et Albert II (notamment lors de l'accession au trône de ce dernier en 1993). Cela fait plusieurs années qu'on ne l'a plus vue, probablement pour des raisons de sécurité.













Dans les grandes occasions (comme le mariage de Philippe et Mathilde en 1999 ou leur accession au trône en 2013), ils utilisent une Mercedes 600 Pullman. La presse avait évoqué que c'était un prêt des collections privées de Mercedes à Stuttgart (le Palais n'avait pas confirmé ou démenti, car ils ne communiquent pas sur ce qui se trouve au sein du garage du palais royal qui est géré par Liste Civile du Roi).

Pour ses visites officielles dans le pays, le roi Philippe utilise une Mercedes S 500 hybride avec la plaque "1". Lors de ses déplacements privés, il roule avec une plaque normale ou une plaque CD du corps diplomatique.

A ma connaissance, il n'existe aucune étude historique sur les voitures de la famille royale, ce qui serait un beau sujet pour un passionné. Ajoutons que le roi Albert II (alors prince héritier) a fait jouer son carnet d'adresses pour créer le Musée Autoworld à Bruxelles (où se trouve une Cadillac de Ville portant la plaque "11" autrefois utilisée par la famille royale).
                       





Afficher l’image source

lundi 12 août 2019

Notre dynastie et l'Afrique du Sud

                                   Afficher l’image source


1° Sous le règne du roi Albert II (de 1993 à 2013)

Au début de son règne, le roi Albert II a reçu en audience Nelson Mandela, de passage à Bruxelles. En tant que président d'honneur de l'Office Belge du Commerce Extérieur, le prince héritier Philippe a emmené deux missions économiques en Afrique du Sud (la deuxième en compagnie de son épouse Mathilde). Et la princesse Astrid s'y est également rendue en 2004 pour représenter la Belgique lors des 10 ans de l'abolition de l'apartheid et visiter des projets contre le sida.

2° Sous le règne du roi Philippe (depuis 2013)

En 2013, deux membres de notre famille royale se rendent en Afrique du Sud :   la princesse Astrid en octobre à la tête d'une mission économique belge, puis le roi Philippe à l'hommage international suite au décès de Nelson Mandela.

Le Roi l'évoque dans son premier discours télévisé de Noël :   "Il y a quinze jours, j'étais en Afrique du Sud pour rendre hommage à Nelson Mandela, qui a si bien personnifié cette volonté de jeter des ponts. Mandela nous a montré que le dialogue et la réconciliation peuvent changer le monde. Puisse cette force intérieure être aussi la nôtre". 

En 2018, le Roi reçoit en audience le président d'Afrique du Sud Cyril Ramaphosa

                       

lundi 5 août 2019

Activités royales en juillet 2019

                               11 audiences pour le Roi :   le premier ministre Charles Michel (reçu 2 fois), les informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte (reçus 3 fois), la nouvelle ministre-présidente du gouvernement flamand Liesbeth Homans (prestation de serment), le nouveau ministre de l'Emploi Wouter Beke (prestation de serment), le président du parlement flamand Kris Van Dijck, le général Marc Compernol (chef de la Défense), le président de la Chambre Patrick Dewael, le ministre-président de la région bruxelloise Rudi Vervoort (prestation de serment)

18 activités officielles pour le Roi :   réception au château de Laeken en l'honneur d'Eddy Merckx, départ de la première étape du Tour de France sur la grand-place de Bruxelles, inauguration de l'exposition estivale du palais royal, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Bruxelles, défilé militaire et civil de la fête nationale, visite de la fête dans le parc royal, feu d'artifice de la fête nationale
+ 10 activités officielles lors de leur voyage officiel dans les länder allemands de Thuringe et Saxe-Anhalt (accueil à la mairie de Gotha, visite de l'exposition de l'architecte et artiste belge Henry Van de Velde, hommage au camp de concentration de Buchenwald, visite de Wittenberg, visite de la Maison de Luther, accueil par la ministre-présidente de Saxe-Anhalt, visite de la Maison Klee-Kandinsky à Dassau, visite de la Meisterhaüser, visite de l'Institut Bauhaus, visite de l'entreprise belge de chimie Domo Caproleuna)

18 activités officielles pour la Reine :  réception au château de Laeken en l'honneur d'Eddy Merckx, visite de l'organisation Ruimte à Zoutleeuw, inauguration de l'exposition estivale du palais royal, concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Bruxelles, défilé militaire et civil de la fête nationale, visite de la fête dans le parc royal, feu d'artifice de la fête nationale
+ 10 activités officielles lors de leur voyage officiel dans les länder allemands de Thuringe et Saxe-Anhalt (accueil à la mairie de Gotha, visite de l'exposition de l'architecte et artiste belge Henry Van de Velde, hommage au camp de concentration de Buchenwald, visite de Wittenberg, visite de la Maison de Luther, accueil par la ministre-présidente de Saxe-Anhalt, visite de la Maison Klee-Kandinsky à Dassau, visite de la Meisterhaüser, visite de l'Institut Bauhaus, visite de l'entreprise belge de chimie Domo Caproleuna)

0 activité officielle pour le roi Albert II et la reine Paola

3 activités officielles pour la princesse héritière Elisabeth, le prince Gabriel, le prince Emmanuel et la princesse Eléonore :  Te Deum à Bruxelles, défilé militaire et civil de la fête nationale, feu d'artifice de la fête nationale

4 activités officielles pour la princesse Astrid et le prince Lorenz :  concert de la fête nationale au palais des Beaux-Arts, Te Deum à Namur, défilé militaire et civil de la fête nationale, visite du village policier installé pour la fête nationale

5 activités officielles pour le prince Laurent :  7ème The Day Before Tomorrow à Brasschaat, Te Deum à Bruges, défilé militaire et civil de la fête nationale, visite de la fête dans le parc royal, funérailles de la princesse Stéphanie de Windisch-Graetz (arrière-arrière-petite-fille du roi Léopold II) en l'église Saint-Jacques sur Coudenberg

3 activités officielles pour la princesse Claire :  7ème The Day Before Tomorrow à Brasschaat, défilé militaire et civil de la fête nationale, visite de la fête dans le parc royal

1 activité officielle pour la princesse Louise :   7ème The Day Before Tomorrow à Brasschaat

0 activité officielle pour les princes Nicolas et Aymeric

Récapitulatif des activités officielles de janvier à juillet 2019 (source :  www.monarchie.be) :

Roi :  122 activités officielles  +  87 audiences

Reine :   142 activités officielles

Prince Laurent :   52 activités officielles

Princesse Astrid :   51 activités officielles

Prince Lorenz :    15 activités officielles

Princesse Elisabeth :   12 activités officielles

Princesse Claire :   9 activités officielles

Princesse Louise :   7 activités officielles

Princes Nicolas et Aymeric :   6 activités officielles

Prince Emmanuel et Princesse Eléonore :   5 activités officielles

Prince Gabriel :   4 activités officielles

Roi Albert II :   4 activités officielles

Reine Paola :   3 activités officielles 

lundi 29 juillet 2019

Le roi Philippe et l'économie

                      Afficher l’image source         




Depuis son accession au trône en 2013,  le roi Philippe s'intéresse moins à l'économie que lorsqu'il était prince héritier (ce qui est assez logique, vu qu'il a repris le rôle politique et diplomatique de son père). Il participe chaque année en janvier au forum économique mondial de Davos et est toujours président de l'honneur de l' Agence pour le Commerce Extérieur, mais c'est sa sœur la princesse Astrid qui emmène désormais les missions économiques belges à l'étranger, à la satisfaction générale.

1° L'arrivée du groupe Ali Baba en Belgique 

Le Roi rencontre Jack Ma lors de son voyage d'Etat en Chine en 2015, puis à Bruxelles en 2016, au forum économique mondial de Davos en 2017 et 2018, et à nouveau à Bruxelles en juillet 2018.

En 2018, Jack Ma, fondateur d'Alibaba (géant du commerce électronique chinois et 2ème plate-forme de commerce en ligne la plus connue après l'Américain Amazon) débourse 75 millions d'euros pour occuper 22 hectares de l'aéroport de Liège et créer plusieurs centaines d'emplois.

Angel Zhao, n°2 du groupe Alibaba, confie à la presse :   "Pourquoi l'aéroport de Liège? Parce qu'il est au centre de l'Europe. Nous pouvons ainsi tenir notre promesse de livraison en 72 heures. Mais aussi parce que les autorités belges, et même votre Roi, ont tout fait pour nous y encourager". 

Le Roi et Jack Ma se sont revus en janvier 2019 au forum économique mondial de Davos.

2° La digitalisation

Tourné vers l'avenir,  le roi Philippe évoque régulièrement les conséquences de la digitalisation sur le marché du travail, comme lors de son discours de Nouvel An 2019 aux autorités du pays :

"Nous devons tirer parti des bouleversements qui résultent de la révolution technologique. Celle-ci exige certes un changement de nos modes de vie, elle met à l'épreuve notre capacité d'apprentissage et nous place devant de nouveaux défis en matière de sécurité et d'emploi. Mais elle crée avant tout d'immenses opportunités. La technologie ne pourra jamais remplacer les qualités proprement humaines et notre capacité de réflexion. Au contraire, elle ne peut que les compléter et les renforcer. Face à ces évolutions, les citoyens attendent de leurs institutions des réponses ambitieuses et constructives. Faisons preuve de créativité et de dynamisme en favorisant notamment l'affirmation de nos pôles d'excellence. Consolidons la place de la Belgique parmi les nations les plus en pointe dans des secteurs porteurs d'avenir comme la biotechnologie, les nanotechnologies ou l'intelligence artificielle".

A l'occasion de la réunion annuelle de la Fédération de l'Industrie Technologique en mai 2019, notre souverain déclare dans son discours :

"Je me réjouis d'être à vos côtés à l'occasion de votre rencontre annuelle et d'entendre vos réflexions et vos engagements sur l'avenir du travail en Belgique. On le sait, notre société traverse des bouleversements profonds. La digitalisation provoque des changements radicaux dans nos modes de vie, de communication, de production et de consommation. Au milieu de tout cela, nous devons, et nous pouvons, garder confiance et consolider le socle de valeurs sur lequel notre société est construite. Avec "Get in shape for the future of work", nous avons là un message bien choisi. C'est d'éviter de se faire emporter dans le tourbillon du changement et de tenter de garder une certaine maîtrise en innovant, en s'adaptant et en prenant son avenir en main. C'est aussi - et cela me semble fondamental - continuer à concevoir le travail avant tout comme un facteur de développement et d'épanouissement personnel et sociétal".

Le mois suivant, il évoque à nouveau le sujet lors de sa visite à l'Organisation Internationale du Travail :

"L'Organisation a un rôle important à jouer pour amener tous ses Etats membres à s'engager concrètement pour plus de justice sociale et à investir dans l'humain. Sous l'effet combiné des changements technologiques et de l'impérieuse nécessité de préserver notre environnement, les modes de travail vont devoir profondément évoluer. Le modèle de croissance classique a atteint ses limites et quelque chose de radicalement nouveau devra s'y substituer.

La digitalisation va supprimer des emplois mais aussi en créer des nouveaux. Une étude effectuée récemment en Belgique a calculé que pour un emploi perdu à cause de la digitalisation,   3,7 nouveaux emplois seront créés. Le contenu même de beaucoup d'emplois existants va changer. La grande majorité des travailleurs devra se reformer, un nombre important devra totalement se recycler. Il y a là une grande responsabilité pour les autorités, les employeurs et les syndicats. Les employeurs doivent s'engager à offrir la possibilité à leurs employés de mettre à jour leurs compétences. Les travailleurs qui exercent un métier en déclin, doivent recevoir à temps le soutien nécessaire pour se reconvertir.

L'ensemble de ces transformations nécessite une grande vigilance dans nos pays, mais aussi une grande inventivité de la part de l'Organisation Internationale du Travail. Il faudra défendre les avancées sociales du passé contre de nouvelles logiques économiques. Il faudra protéger et stimuler le modèle tripartite inclusif et le dialogue social. Ils sont à la fois des facteurs de stabilisation et des atouts immenses pour mieux gérer la transition".

lundi 22 juillet 2019

La bibliothèque du Roi à Laeken

                               


C'est un endroit secret et méconnu du château de Laeken, qui a été cependant mis en lumière par le photographe Olivier Polet qui a choisi une photo du roi Albert II prise dans cette bibliothèque comme couverture de son album-photos "Albert II intime", paru à l'occasion de ses 20 ans de règne. Il existe peu d'informations sur cette bibliothèque privée du Roi qui n'est pas ouverte au public (contrairement aux Archives du palais royal de Bruxelles).

Qui a occupé la fonction de bibliothécaire du Roi ?

1832 - 1865 :  Sigismund Scheler

1865 - 1890 :  Auguste Scheler (fils du précédent), qui était déjà bibliothécaire adjoint du roi Léopold Ier depuis 1853. Après 1865, il s'occupa à la fois de la bibliothèque du roi Léopold II et de la bibliothèque de son frère le prince Philippe, comte de Flandre.

1890 - 1893 :  Léonard Wilson

1908 - 1910 :  Louis Paris qui travaillait déjà auparavant à la bibliothèque, sans porter le titre de bibliothécaire du Roi

1912 - 1922 :  Martin Schweisthal

1929 - 1975 :  Jozef Droogmans

1975 - 2008 :  Erna Jacobs, première femme à occuper ce poste. Elle travaillait auparavant à la Bibliothèque Royale de Belgique. A côté de son poste de bibliothécaire du Roi, Erna Jacobs a également été conseillère pour les affaires culturelles dans le service du Grand Maréchal de la Cour.

2008 - 2017 :  Carine Van Bellinghen-Kalbfleisch s'est partagée entre la Bibliothèque Royale de Belgique et la Bibliothèque privée du Roi.

source :   article "De medewerkers van het Staatshoofd in België (1831-2017)" de Gustaaf Janssens dans la revue "Museum Dynasticum"

lundi 15 juillet 2019

Le prince Lorenz et la défense du patrimoine



Cela fait maintenant 15 ans que le prince Lorenz s'intéresse à la protection du patrimoine, à travers deux présidences d'honneur :  l'Association Royale des Demeures Historiques et Jardins de Belgique (depuis 2004) d'une part, et le Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin d'autre part. Depuis 2005, il accorde aussi son Haut Patronage à Europae Thesauri, une association internationale des trésors et musées d'églises dont le siège est établi au Trésor de la Cathédrale de Liège en Belgique.

Plus d'infos sur le Fonds du Patrimoine :   http://familleroyalebelge.blogspot.com/2019/03/conference-sur-le-fonds-du-patrimoine.html

Si on consulte son agenda officiel de ces trois dernières années, on constate que le prince participe chaque année à l'assemblée générale de l'Association Royale des Demeures Historiques et Jardins de Belgique, et qu'il s'est rendu notamment au Musée Bellevue, au site archéologique du Coudenberg à Bruxelles, au nouveau Musée de l'Informatique à Namur, à la remise du Prix du Patrimoine Belge à l'étranger, au Musée Royal de Mariemont à Morlanwelz, à l'exposition sur le prince Alexandre au château de Corroy-le-Château, au spectacle "En chemin" de l'asbl Eglises Ouvertes, au dîner de gala du Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin organisé lors de la Brafa, au Musée Hof van Busleyden à Malines (voir photo ci-dessus), etc.

Très discret, le prince Lorenz a exceptionnellement accepté en 2018 de répondre au journaliste Pierre De Vuyst du "Soir Mag" pour parler de son intérêt pour le patrimoine :

"Monseigneur, pourquoi êtes-vous investi dans l'Association Royale des Demeures Historiques et Jardins de Belgique?
- Le patrimoine d'un pays ou d'une région fait partie de son histoire, de son identité. C'est un capital. Parfois il a été négligé, parfois il a été mis en valeur,  mais c'est un capital qui doit être souligné. On n'y attache pas toujours l'importance qu'il faudrait. On ne se rend pas toujours compte des conséquences que ce patrimoine implique au niveau familial, sociétal ou même touristique. Les demeures historiques peuvent avoir un impact local très important. Si vous allez en Chine, pour voir une pagode, vous devez parfois faire des centaines de kilomètres. Ici, chaque ville, chaque village recèle des perles, des bijoux architecturaux, qui méritent d'être mis en valeur et qui ont un vrai rôle économique, sociétal et familial. Ces bâtiments maintiennent une tradition. Cela vaut la peine de s'engager pour cela.

- Etes-vous sensibilisé personnellement par cette cause? Peut-être avez-vous un patrimoine immobilier dans la famille à perpétuer, à transmettre?
- Je vous rassure tout de suite :  je n'ai pas de patrimoine immobilier!  Dans ma famille élargie, il y a des châteaux en Autriche, mais je n'ai pas grandi dans ce genre de demeure.

- Vous n'avez pas de château à sauver ou à préserver?
- Non, non, je suis assez indépendant pour ce qui concerne cette question.

- Quel est le problème principal des châtelains? Les pouvoirs publics n'entendent-ils pas assez les préoccupations des propriétaires des châteaux?
- Ca, je ne le dirais pas. Prenez par exemple la réforme de la fiscalité lors de la transmission du patrimoine qui a été mise en place. Non, je dirais qu'en parallèle au vieillissement de la population, on a vu le développement d'une société de services, de transport et de voyage. Vous avez donc des populations plus aisées, qui voyagent plus. Et je le disais, le patrimoine, c'est un capital que nous possédons en Belgique, mais aussi dans toute l'Europe. Et c'est donc un formidable moyen d'attirer des visiteurs, des touristes. Tout le monde, pouvoirs publics y compris, fait un effort pour aller dans cette direction. Regardez en France :  il y a près de 33 millions de visiteurs par an liés au patrimoine!  Attention, il ne faut pas devenir Venise non plus, mais la richesse culturelle de Belgique est un atout important à promouvoir.

- Quel trésor patrimonial belge aimez-vous particulièrement?
- Corroy, Laarne et Beersel, les trois châteaux qui ont été donnés à l'association pour les préserver, bien sûr ! Mais notre pays compte bon nombre de patrimoines de grande qualité, et pas seulement des châteaux. Je le vois au travers du Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin. Le patrimoine, ce sont aussi des collections de tableaux, des meubles, de l'argenterie et même des livres. Et des collectionneurs qui font des donations pour que ce patrimoine soit conservé après leur disparition. Le Fonds du Patrimoine permet de garder cet héritage en Belgique, de le gérer et de le mettre à disposition de musées en vue d'expositions. C'est, à mon sens, une initiative très positive. Les Belges ont une fibre de collectionneur. C'est bon que tous ces trésors restent en Belgique, soient mis en valeur et qu'on puisse les voir. Ca fait partie de la formation de tout un chacun, de la culture, de l'histoire.

- J'ai rencontré des propriétaires qui ressentaient, parfois durement, la difficulté d'hériter d'un bien de prestige (comme un château), de l'entretenir et de le transmettre.
- C'est un problème dont nous sommes très conscients au sein de l'association. Hériter d'un château par exemple est une belle chose, mais c'est aussi un poids et il faut le gérer. Il faut considérer le moment où la transmission se fait. Avec l'allongement de l'espérance de vie, les propriétaires sont de plus en plus âgés. Et ceux qui doivent hériter ont déjà, eux aussi, un certain âge. Or, pour qu'une transmission se fasse dans de bonnes conditions, il faut une certaine force, une certaine jeunesse. C'est la même chose lorsqu'il s'agit de reprendre une entreprise, il faut que cela se passe dans de bonnes conditions. Le bien doit être transmis plus rapidement aux jeunes générations". 

lundi 1 juillet 2019

Activités royales en juin 2019

                              13 audiences pour le Roi :  le premier ministre Charles Michel (reçu 2 fois), les informateurs Johan Vande Lanotte et Didier Reynders (reçus 2 fois), le président du Sénégal Macky Salt, le ministre-président de la communauté germanophone Olivier Paasch, le président de la Fondation Tony Elumelu, le professeur de la KUL Johan Martens, la directrice du renseignement au US European Command Laure A. Potter, la présidente de Slovaquie Zuzana Caputora,  ainsi que les ambassadeurs de Suisse, Zambie et Irak venus remettre leurs lettres de créance

17 activités officielles pour le Roi :  visite des expositions du Ars Electronica Center de Linz, dîner offert par le président autrichien, réunion informelle des chefs d'Etat de pays germanophones, visite de l'exposition Otto Zitko à Linz, déjeuner au palais royal avec les gouverneurs de provinces, remise du Prix Francqui 2019, concert de clôture du Concours Musical Reine Elisabeth, colloque pour les 50 ans de Welzijnsorg visite du projet "Out of the Box" à Etterbeek, remise du Prix Roi Baudouin pour le Développement en Afrique 2018-2019, table ronde au palais royal sur le changement climatique, visite de l'Organisation Internationale du Travail à Genève pour son 100ème anniversaire, rencontre avec le directeur général de l'Office des Nations Unies à Genève, rencontre avec le directeur général de l'Organisation Mondiale du Commerce à Genève, réception à l'ambassade de Belgique pour les Belges travaillant à l'OIT et à l'OMC, visite du Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire à Mol, clôture d'Impact Now.

22 activités officielles pour la Reine :  visite des expositions du Ars Electronica Center de Linz, dîner offert par le président autrichien, visite de la ville de Linz avec les épouses des chefs d'Etat de pays germanophones, visite de l'exposition Otto Zitko à Linz, déjeuner au palais royal avec les gouverneurs de provinces, concert de lauréats du Concours Musical Reine Elisabeth, visite du restaurant Kamiano pour sans abris à Anvers, concert de clôture du Concours Musical Reine Elisabeth, remise du Prix Roi Baudouin pour le Développement en Afrique 2018-2019, visite d'une exploitation agricole à Heers, visite d'une exploitation agricole à Lummen, 3ème édition de la randonnée à vélo Bruxelles Tour, ouverture des Journées Européennes du Développement, rencontre avec Kailash Satyarthi (Prix Nobel de la Paix 2014) et Sumedha Kailash (activiste des droits de l'enfant)  + 8 activités officielles lors de son voyage au Kenya (rencontre avec la Première Dame du Kenya, visite du camp de réfugiés de Kakuna, visite de l'école primaire de Kalobeye, visite du centre de développement Furaha and EDC, visite du centre de protection de l'enfance de Dagoretti, visite de l'académie de football d'Acakoro, visite de l'école primaire II Bissil, rencontre avec la communauté Maasaï)

0 activité officielle pour le roi Albert II et la reine Paola

7 activités officielles pour la princesse Elisabeth lors de son voyage au Kenya :   visite du camp de réfugiés de Kakuna, visite de l'école primaire de Kalobeye, visite du centre de développement Furaha and EDC, visite du centre de protection de l'enfance de Dagoretti, visite de l'académie de football d'Acakoro, visite de l'école primaire II Bissil, rencontre avec la communauté Maasaï

0 activité officielle pour le prince Gabriel

1 activité officielle pour le prince Emmanuel :  3ème édition de la randonnée à vélo Bruxelles Tour

0 activité officielle pour la princesse Eléonore

1 activité officielle pour la princesse Astrid :   14ème édition de la Visite de Jardins Privés au profit de la Fondation Saint-Luc

0 activité officielle pour le prince Lorenz

11 activités officielles pour le prince Laurent :   Fête de l'Abeille à Gand, réception à l'ambassade d'Italie pour la fête nationale italienne, présentation du nouveau roman de la princesse Anne de Bourbon-Siciles à Bruxelles, inauguration du nouveau dispensaire d'Hasselt de la Fondation Prince Laurent, ducasse de Mons, conférence à Gand sur la stratégie de l'UE en matière de diversité, visite du département de neurologie de l'Université de Liège, avant-première d'un documentaire sur le génocide rwandais, inauguration du Festival Febelauto 20 ans à Anvers, inauguration du festival de théâtre de rue et de cirque de Boom, journée de toilettage gratuit au dispensaire de Seraing de la Fondation Prince Laurent

0 activité officielle pour la princesse Claire

0 activité officielle pour la princesse Louise

1 activité officielle pour les princes Nicolas et Aymeric :   ducasse de Mons

Récapitulatif des activités officielles durant le premier semestre de l'année 2019 (source :   www.monarchie.be) :

Roi :   104 activités officielles  +  76 audiences

Reine :   124 activités officielles

Princesse Astrid :   47 activités officielles

Prince Laurent :   47 activités officielles

Prince Lorenz :   11 activités officielles

Princesse Elisabeth :   9 activités officielles

Princesse Claire :   6 activités officielles

Princesse Louise, Prince Nicolas et Prince Aymeric :   6 activités officielles

Reine Paola :   4 activités officielles

Roi Albert II :   3 activités officielles

Prince Emmanuel et Princesse Eléonore :   2 activités officielles

Prince Gabriel :   1 activité officielle

lundi 24 juin 2019

"Le prince Charles" (Vincent Leroy)

                  1° Présentation de ce livre

Déjà parue en 2007,  cette biographie est ré-éditée à l'occasion du 75ème anniversaire du début de la Régence.

Le prince Charles de Belgique était le fils cadet du roi Albert Ier et de la reine Elisabeth. Après sa formation militaire dans la marine britannique, il mène une vie tranquille et discrète jusqu'en 1944. Suite à la déportation du roi Léopold III en Allemagne, les Chambres réunies le nomment régent du royaume. Il exerce pendant six ans ses nouvelles fonctions avec sérieux et simplicité, et est apprécié du monde politique. Par contre, son frère lui reproche son manque de soutien durant la Question Royale. Après 1950, Charles coupe les ponts avec sa famille et se réfugie dans sa propriété de Raversijde à la côte belge, où il s'adonne à la peinture sous le nom de Karel van Vlaanderen. Les dernières années de sa vie sont marquées par plusieurs procès intentés par le prince et par ses expositions de peinture qui suscitent la curiosité et l'intérêt du public. Il décède en 1983 à Ostende et la Belgique organise des funérailles nationales pour son ancien régent oublié de tous. Son domaine de Raversijde est aujourd'hui ouvert au public.

2° Présentation de l'auteur

Passionné par l'histoire belge contemporaine, Vincent Leroy est, depuis 2005, l'auteur de neuf ouvrages :
   - "Chroniques du règne d'Albert II", éditions Azimuts, 2005, ré-actualisé en 2006
   - "Le poète belge Emile Verhaeren", éditions Azimuts, 2006
   - "Le prince Charles de Belgique", éditions Imprimages, 2007, ré-actualisé en 2019
   - "Les 70 ans de la reine Paola",  éditions Imprimages, 2008
   - "Le prince Laurent et la princesse Claire",  éditions Imprimages, 2009
   - "Les 180 ans de la Belgique", éditions Imprimages, 2010
   - "La princesse Astrid de Belgique", éditions Imprimages, 2011, ré-actualisé en 2016
   - "Les 75 ans de la reine Paola", éditions Imprimages, 2012
   - "Le règne du roi Albert II", éditions Imprimages, 2013

Plus d'infos sur l'auteur :    www.vincentleroy.be

3° L'avis de bloggeurs sur cette biographie

Régine Salens (Noblesse et Royautés) :   www.noblesseetroyautes.com/livre-le-prince-charles 

Valentin Dupont (Royalement Blog) :  http://royalementblog.blogspot.com/2012/04/le-prince-charles-de-belgique-de.html

lundi 17 juin 2019

La princesse Esmeralda à l'assaut du Kilimandjaro

La princesse Esmeralda a répondu par courriel à mes questions sur son nouveau projet :

"Madame, pouvez-vous nous parler du travail de Care Belgium et de Hero Women Rising?

- Care Belgium est une branche de Care International, la plus grande ONG apolitique et non religieuse dans le monde qui lutte contre la pauvreté, le changement climatique et pour l'autonomisation des femmes. En tant que présidente d'honneur de Care Belgium, j'ai proposé de soutenir l'association Hero Women Rising au Kivu en République Démocratique du Congo. J'ai rencontré sa fondatrice Neema Namadamu il y a quelques années et j'ai été impressionnée par son travail. Elle a un réel impact sur les communautés locales en inspirant les femmes, en leur expliquant leurs droits, en les motivant pour leur carrière. Et surtout en oeuvrant pour qu'elles puissent terminer leur scolarité et ne pas être victimes de mariages ou de grossesses précoces. En effet, le sujet des règles étant souvent tabou et stigmatisant, les petites filles manquent plusieurs jours d'école chaque mois parce qu'elles ne peuvent pas s'acheter des protections hygiéniques. Elles finissent par abandonner leurs études. Pour éviter cela, Neema et ses collègues donnent des cours d'hygiène et d'éducation sexuelle, et fournissent aux élèves des kits de protection hygiénique. Elles sensibilisent aussi les garçons afin qu'ils ne se moquent pas des filles et les traitent avec respect.

- Comment est né ce projet de tenter l'escalade du Kilimandjaro avec votre fille et son cousin?

- J'ai toujours eu le rêve d'escalader le Kilimandjaro. Je pense que ce sera une expérience humaine extraordinaire, d'autant plus que je le ferai avec ma fille et son cousin.

-
Quand aura lieu le départ ? Saurons-nous suivre votre parcours ?

- Nous commencerons l'ascension le 13 juillet et espérons atteindre le sommet (6.000 m) le 19. Nous partagerons nos premières impressions sur les réseaux sociaux, mais à partir d'une certaine altitude, il n'y a plus aucune connexion !  Nous serons seuls avec la Nature, ce qui est d'ailleurs merveilleux.

- Que pouvons-nous faire pour aider l'ONG Hero Women Rising ?

- Toute contribution, même petite, est bienvenue. Voici notre page de crowfunding pour l'ONG de Neema :    https://gogetfunding.com/keep-girls-in-school-in-the-democratic-republic-of-congo/

- Quels souvenirs gardez-vous de votre voyage au Congo ?

- Je garde un merveilleux souvenir de mon voyage au Congo pour filmer le documentaire sur le parc des Virunga. Un endroit d'une exceptionnelle beauté, avec une biodiversité que nous devons absolument préserver tout en y associant les populations locales, ce que fait Emmanuel de Mérode et son équipe si courageuse de gardes du parc. Il est essentiel aujourd'hui quand on fait de la conservation de consulter les populations autochtones et de garantir leurs droits. Ce sont d'ailleurs les meilleurs gardiens de la Nature et cela depuis des siècles.
                   
La princesse Esmeralda et le parc Virunga

- Etes-vous pessimiste ou optimiste sur l'évolution des droits des femmes et des filles en 2019 ?

- Il faut essayer de rester optimiste, mais ce n'est pas toujours facile. Nous avons certes fait des progrès depuis 50 ans, mais les droits des femmes ne semblent jamais être définitivement acquis. On revient facilement en arrière, comme le montrent de récents événements aux Etats-Unis et dans certains pays d'Europe. Et dans beaucoup de pays, les femmes n'ont pas les mêmes droits de propriété que les hommes, elles n'ont pas les mêmes salaires, elles n'ont parfois pas la liberté de se déplacer sans l'autorisation de leur père ou de leur mari…  Sans parler des mariages précoces, des crimes d'honneur, de l'excision, de la violence liée au genre. La lutte pour l'égalité reste vraiment d'actualité". 

Plus d'infos sur les autres activités de la princesse Esmeralda en 2019 :   http://familleroyalebelge.blogspot.com/2019/04/la-princesse-esmeralda-sur-tous-les.html

En consultant la page de crowfunding créée par la princesse il y a quelques jours pour trouver des fonds pour cette ONG,  on constate qu'elle a déjà reçu le soutien de plusieurs personnalités, comme son époux le professeur Salvador Moncada (100 euros), Yves de Jonghe d'Ardoye (50 euros), Bernard de Gerlache de Gomery (200 euros), Marina de Brantes (100 euros), la princesse Anne de Bourbon (30 euros).  Bravo à tous pour leur aide à l'ONG Hero Women Rising !

lundi 10 juin 2019

Les 23 associations et fondations soutenues par la princesse Astrid

Depuis son retour de Bâle en 1993,  la princesse Astrid s'est investie dans le domaine social. On se souvient en particulier de sa présidence de la Croix Rouge de Belgique (de 1994 à 2007), et de son rôle de représentante spéciale du Roll Back Malaria Partnership (de 2007 à 2015).  Mais quelles sont aujourd'hui les fondations et associations sociales soutenues activement par la princesse?  Voici la liste :

1. Fondation Vivat-Foyer Général Cornet (Haut Patronage depuis 1996)

Soutenue par la Défense,  la Fondation Vivat gère le Foyer Général Cornet à Nivelles (inauguré en 1976) qui accueille, accompagne et héberge des personnes adultes avec déficience mentale, issues de la communauté militaire ou de l'ex-gendarmerie.

2. Section belge de l'Association Mondiale des Amis de l'Enfance (Haut Patronage depuis 1996)
               
Princesse Astrid a St Ghilsain

Pendant de nombreuses années, c'est sa mère la princesse Paola qui a parrainé la section belge de l'Association Mondiale des Amis de l'Enfance, créée sous l'initiative de la princesse Grace de Monaco (et présidée actuellement par sa fille la princesse Caroline). Paola devenue reine, c'est sa fille qui accorde son Haut Patronage depuis 1996 à l'A.M.A.D.E. - Belgique, qui travaille en étroite collaboration avec le Secrétariat Social de la Reine et finance, par exemple, des frais médicaux ou scolaires de familles belges défavorisées ayant écrit au palais royal. De temps en temps, la princesse assiste à des activités au profit de l'association, comme ce concert organisé en 2013 à Saint-Ghislain par l'A.M.A.D.E - Hainaut (voir photo ci-dessus).

3. Fédération Francophone des Sourds de Belgique (Haut Patronage depuis 1997)


4. Fondation Médicale Reine Elisabeth (présidence d'honneur depuis 2000)

En décembre 2000, la princesse devient présidente d'honneur de la Fondation Médicale Reine Elisabeth, créée en 1926 par son arrière-grand-mère afin de soutenir la recherche dans les neurosciences.

Quelques années plus tard, elle confie à l'hebdomadaire "La Libre Match" :   "Les moyens financiers de cette fondation ont, depuis lors, été sérieusement augmentés et maintenant, cette fondation s'est surtout orientée vers le soutien des projets de la recherche fondamentale médicale dans les différentes universités du pays (Alzheimer, épilepsie, sclérose en plaques,...). Personnellement, je pense que cette fondation gagne indubitablement à être connue et soutenue du grand public car, selon moi, la recherche fondamentale forme une des grandes richesses de notre pays et il faut essayer d'éviter la fuite des cerveaux, ce qui est peut-être encore trop le cas. Trop de nos jeunes talents, aussi bien dans le domaine de la médecine que dans celui des sciences pures, préfèrent embrasser une carrière scientifique à l'étranger, surtout aux Etats-Unis, où ils peuvent travailler dans des conditions optimales et où ils disposent souvent de moyen presque illimités".

Chaque année, la princesse remet les prix de la Fondation lors d'une cérémonie au palais royal, et rend visite aux laboratoires des lauréats.

             
5. International Federation for Hydrocephalus and Spina Bifida (Haut Patronage depuis 2001)

Le spina bifida est le développement incomplet de la colonne vertébrale. C'est une malformation congénitale, c'est-à-dire qu'elle survient avant la naissance. La dernière activité de la princesse en lien avec cette maladie est sa présence en 2016 à Gand pour la 27th International Conference on Spina Bifida and Hydrocephalus Turning Points.

6 Institut médico-pédagogique Sainte-Gertrude à Brugelette (Haut Patronage depuis 2003)

Un an après leur avoir accordé son Haut Patronage,  Astrid vient inaugurer en 2004 une maison d'accueil pour adultes handicapés, "La branche d'Olivier", construite à Ath par l'IMP Sainte-Gertrude grâce à un don de la maman d'un résident.

7
. Fondation Pro IRSA/Institut Royal pour Sourds et Aveugles (Haut Patronage depuis 2006)

8
. Asbl Pinocchio pour enfants et adolescents brûlés (présidence d'honneur depuis 2006)

La princesse s'est notamment rendue aux séances académiques organisées pour les 10 ans et les 20 ans de l'association créée en 1997, mais aussi à l'un de leurs camps de cure à Spa. Elle a écrit ce message sur le site Internet de l'association :

"J'ai été très émue par la manière dont ces jeunes enfants pouvaient parler ouvertement de leurs brûlures. Au travers des conversations que j'ai eues avec leurs parents et leurs proches, j'ai senti la grande souffrance que ces enfants et leur entourage ont eu à endurer. Cela restera pour moi toujours un mystère de savoir où ces enfants puisent la force d'afficher un sourire, lors de nos rencontres. Je voudrais encourager les très nombreux volontaires, le personnel soignant, les aide-soignants et tous ceux qui s'investissent pour aider les patients brûlés en leur faisant savoir qu'en pensée, je ne suis jamais loin d'eux".

9
. Fonds scientifiques et médicaux de la Fondation Roi Baudouin (présidence d'honneur depuis 2006)

Chaque année, la princesse remet les prix des fonds scientifiques et médicaux gérés par la Fondation Roi Baudouin.

10
. APOPO (présidence d'honneur depuis 2009)

En février 2009, la princesse reçoit en audience une délégation de l'asbl APOPO qui est active en matière de déminage en Tanzanie et au Mozambique, et qui est soutenue par l'Université d'Anvers. Leur travail est réalisé avec des hamsters africains entraînés par APOPO. Astrid accepte de devenir leur présidente d'honneur, et se rend en 2011 en Tanzanie et au Mozambique, pour se rendre compte de leur travail.

11. Haut Patronage de la Journée internationale des maladies rares 2009

A l'occasion de la 2ème édition de la Journée internationale des maladies rares en février 2009, les associations demandent à une personnalité de plusieurs pays de la parrainer afin d'attirer l'attention du grand public. Trois membres de familles royales acceptent :  les princesses Astrid de Belgique, Mary de Danemark et Letizia d'Espagne. En 2009, Astrid leur accorde donc son Haut Patronage et enregistre un message d'encouragement pour le site Internet de RaDiOrg.Be (Rare Diseases Organisation Belgium) qui coordonne 80 associations belges pour des maladies orphelines.

Depuis lors, la princesse a participé à des activités de cette Journée internationale des maladies rares organisées en Belgique en 2015, 2016 et 2018.

12. Asbl Les Amis d'Accompagner (Haut Patronage depuis 2009)

Cette asbl est un service d'accompagnement socio-juridique gratuit pour les personnes en difficulté, afin de faire ensemble les démarches utiles pour améliorer leur situation.

13. Fondation Pelicano (Haut Patronage depuis 2010)

Depuis sa création en 2010, la princesse accorde son Haut Patronage à la Fondation Pelicano qui lutte contre la pauvreté infantile en Belgique.

14. Action Damien (présidence d'honneur depuis 2010)

              

La princesse succède, en 2010, à sa tante la reine Fabiola à la présidence d'honneur d'Action Damien, et rencontre officiellement le conseil d'administration le 23 mars. Afin de médiatiser la campagne de collecte 2011 de cette association, Astrid prend la parole lors de la journée de lancement au cinéma Kinépolis à Bruxelles, et se rend en Inde pour découvrir des projets financés par Action Damien dans la région de New Delhi. En septembre 2013, la princesse assiste au 18ème Congrès International de la Lèpre, organisé par Action Damien à Bruxelles (c'est la première fois que ce congrès a lieu en Belgique). Quelques 500 participants y partagent leurs expériences. A l'occasion de la Journée Mondiale de lutte contre la tuberculose 2014, elle participe à un workshop organisé par Action Damien à Houthalen-Helchteren. En 2018, Astrid est présente à la séance de clôture à Bruxelles de l'assemblée générale de la Fédération Internationale des Associations contre la Lèpre.

15. Asbl Les Amis et le fonds scientifique de l'HUDERF / Belgian Kid's Fund (depuis 2010)

En 2000, elle baptise une Rose Princesse Astrid. Un millier de plants de cette rose seront vendus chaque année au profit de l'association Belgian Kid's Foundation, créée par les médecins de l'Hôpital Universitaire des enfants Reine Fabiola (HUDERF). Et depuis 2010, elle accorde son Haut Patronage à l'asbl Les Amis et le fonds scientifique de l'HUDERF / Belgian Kid's Fund.

16. Asbl Nativitas (Haut Patronage depuis 2012)



En 2018, la princesse est venue encourager Monique Nève, fondatrice de l'asbl Nativitas qui aide les personnes défavorisées ou isolées dans une maison d'accueil au cœur du quartier des Marolles à Bruxelles.

17. Hôpital de revalidation Inkendaal situé à Vlezenbeek (Haut Patronage depuis 2012)

                   2009-05-14-Prinses-Astrid_Inkendaal_b

En 2009, Astrid et le ministre fédéral de la Santé de l'époque Rudy Demotte s'étaient rendus à l'hôpital de revalidation Inkendaal à Vlezenbeek à l'occasion de son 100ème anniversaire. La princesse a ensuite accepté de leur accorder son Haut Patronage.

18. Asbl Fistul Aid (Haut Patronage depuis 2012)

Depuis 2012, la princesse accorde son Haut Patronage à l'asbl Fistul Aid au profit des femmes africaines souffrant de lésions suite à un accouchement difficile. Faute d'infrastructures adéquates et de soins médicaux facilement accessibles, beaucoup de femmes en Afrique accouchent dans des conditions précaires et souffrent ensuite de fistules. Ces femmes sont rejetées de leur communauté, condamnées à être des parias.

19 Envoyée Spéciale de la Convention d'Ottawa (depuis 2013)

Cela fait plus de vingt ans que la princesse s'investit en faveur de la lutte contre les mines antipersonnels. Plus d'infos à ce sujet :   http://familleroyalebelge.blogspot.com/2017/11/le-combat-dastrid-contre-les-mines.html

20
. Concert de Noël au Sablon organisé par la Fondation Be.Source (Haut Patronage du couple princier depuis 2015)

En 2018, la princesse a assisté au concert de Noël organisé au profit de Be.Source, une fondation privée créée par la famille d'Arenberg en 2010 pour améliorer les conditions de vie des seniors fragilisés. Le concert a lieu en l'église du Sablon à Bruxelles, où le couple princier s'est marié.

21
. Fonds de soutien de l'EAPN/ Europees Netwerk Armoedebestrijding (Haut Patronage depuis 2016)

22
. Belgian Resuscitation Council (Haut Patronage depuis 2018)

23. Fédération Belge des Banques Alimentaires (Haut Patronage depuis 2018) 

En 2012, la princesse assiste à la conférence de presse organisée pour les 25 ans des Banques Alimentaires, qui aidaient à l'époque plus de 100.000 Belges. Elle leur accorde son Haut Patronage en 2018. L'année suivante, elle visite la Banque Alimentaire de Flandre Occidentale et son nouveau centre de redistribution alimentaire à Kuurne.