mercredi 25 novembre 2009

"Le prince Alexandre de Belgique" (Léa de Belgique)

A l'occasion du 65ème anniversaire de son époux, la princesse Léa de Belgique a réalisé un très bel album-photos consacré au prince Alexandre, le demi-frère discret et méconnu du roi Albert II. Il est intéressant car de nombreuses photos sont inédites et il n'existait aucun ouvrage à son sujet.

Né en 1942 à Laeken, Alexandre de Belgique est le fils du roi Léopold III et de la princesse Lilian, dont le mariage quelques mois plus tôt avait suscité la polémique. En juin 1944, la famille royale est déportée par les Allemands dans la forteresse d'Hirschtein, puis à Strobl en Autriche, où ils sont libérés en 1945 par les soldats américains. Suite à la Question Royale, Léopold III et ses enfants vivent durant cinq ans en Suisse.

De 1950 à 1960, le prince Alexandre habite et étudie au château de Laeken. Il participe à de nombreuses manifestations officielles aux côtés de ses parents. Les photos de cette décennie montrent l'amour qui régnait au sein de cette "famille recomposée", un terme peu utilisé à cette époque, et la complicité qui unissait Alexandre à ses demi-frères Baudouin et Albert. En 1957, le prince est opéré à Boston d'une coarctation de l'aorte, ce qui incite sa mère à créer la Fondation Cardiologique Princesse Lilian.

Pour des raisons que la princesse Léa n'évoque pas dans son livre (notamment la volonté du gouvernement belge d'éloigner le roi Léopold III de son successeur), Alexandre quitte en 1960 Laeken pour le domaine royal d'Argenteuil. Le prince étudie à l'Ecole Royale Militaire et à l'Université Catholique de Louvain, où il réussit ses trois premières candidatures de médecine. La princesse Léa donne ensuite peu d'informations et de photos sur les années 70 et 80. Alexandre revient sur le devant de la scène en 1998 lorsqu'il rend public son mariage avec la sympathique et élégante Léa Wolman, qui lui a apporté le bonheur et la sérénité. Le couple a créé en 2006 le Fonds d'Entraide Prince et Princesse Alexandre qui soutient des projets sociaux sur un thème différent chaque année (p.ex. le cancer en 2006, les personnes handicapées en 2007).

La princesse Léa a atteint son objectif de rendre hommage à son époux sans faire de polémiques (elle n'évoque pas la Question Royale, la rupture avec le roi Baudouin et la vente du domaine royal d'Argenteuil). Fidèle à sa diplomatie et à sa courtoisie, Léa a eu la délicatesse de mettre dans son livre une photo actuelle de sa belle-soeur la princesse Marie-Christine qu'elle n'a jamais rencontrée et qui critique souvent le prince Alexandre dans la presse.

Mon seul petit reproche est que les textes de cet album-photos auraient pu être plus longs et plus détaillés. Deux exemples : la princesse Léa ne dit pas le nom du parrain et de la marraine de son mari, et elle ne raconte pas où, quand et comment elle a rencontré le prince Alexandre.

samedi 21 novembre 2009

Le rôle politique du Roi en 2008

Fin mars 2008, le gouvernement Leterme Ier (CD&V/NVA, VLD, PS, MR et CDH) prête serment devant le Roi au château de Laeken. En avril, Albert II remet personnellement au château du Belvédère les insignes de Grand Cordon de l'Ordre de Léopold, la plus haute décoration belge, à son ancien premier ministre Guy Verhofstadt, qui prend une année sabatique pour voyager et rédiger un livre sur l'Europe. Les deux hommes s'apprécient beaucoup et ont pris plaisir à travailler ensemble de 1999 à 2008.

Après la démission d'Yves Leterme dans la nuit du 14 au 15 juillet 2008, le Roi entame trois jours de consultations politiques avec de très nombreuses personnes (ministres-présidents des régions et communautés, vice-premiers ministres, présidents des partis démocratiques, syndicats, président de la FEB). Il décide ensuite de refuser la démission du gouvernement fédéral et demande au trio François-Xavier de Donnéa (MR) - Raymond Langendries (CDH) - Karl-Heinz Lambertz (PS) "d'examiner de quelle manière des garanties peuvent être offertes pour entamer d'une manière crédible un dialogue institutionnel", selon les termes du communiqué diffusé par le Palais.

Quelques jours plus tard, Albert II se montre très prudent dans son discours de la fête nationale 2008 en évoquant brièvement les tensions communautaires : "Notre pays traverse, vous le savez, de sérieuses difficultés politiques, mais j'aimerais rappeler que les difficultés et les crises sont aussi des occasions de rebondir et de se ressaisir. La division dans les esprits n'est pas une fatalité. C'est l'union et la tolérance dans le respect de l'identité de chaque entité fédérée qui représentent la seule voie possible dans notre société démocratique. Nous devons inventer de nouvelles formes de vivre ensemble dans notre pays".

Fin septembre 2008, la NVA retire sa confiance à la majorité et le premier ministre Yves Leterme privilégie la survie du gouvernement fédéral au détriment de la fin du cartel CD&V/NVA.

Accusé d'avoir fait pression sur la justice dans le sauvetage de la banque Fortis à l'automne 2008, Yves Leterme présente la démission de son gouvernement le 19 décembre 2008. Le Roi entame immédiatement ses consultations politiques, mais les partenaires de la majorité sortante ne parviennent pas à se mettre d'accord sur la suite des événements. Le 22, Albert II charge le ministre d'Etat Wilfried Martens (CD&V) de trouver une solution à la crise qu'il évoque dans son discours télévisé de Noël :

"Notre pays est secoué par une nouvelle crise politique qui trouve son origine dans la crise financière internationale et ses répercussions en Belgique dans le domaine judiciaire. J'espère vivement que le sens des responsabilités de chacun conduira rapidement à la formation d'un nouveau gouvernement, en mesure de continuer à affronter efficacement les défis économiques, sociaux et financiers urgents de notre pays, et d'avancer dans la nécessaire réforme de l'Etat".

Le Roi a été entendu : en une semaine, Wilfried Martens parvient à convaincre les cinq partis du gouvernement sortant (CD&V, VLD, PS, MR et CDH) de travailler ensemble jusqu'à la fin de la législature en 2011 sous la conduite d'Herman Van Rompuy (CD&V), nommé formateur par Albert II le 28 décembre. Deux jours plus tard, le gouvernement Van Rompuy Ier prête serment au château de Laeken devant le Roi qui aura connu trois premiers ministres différents en 2008!

A lire également : le rôle politique du Roi en 2007 (http://familleroyalebelge.blogspot.com/2009/10/le-role-politique-du-roi-en-2007.html)

mardi 17 novembre 2009

"La spectaculaire histoire des rois des Belges" (Patrick Roegiers)

"La spectaculaire histoire des rois des Belges" n'a pas été rédigée par un historien, mais par l'écrivain Patrick Roegiers, auteur de plusieurs romans et essais. Il a divisé son livre en sept chapitres intitulés "L'avènement de Léopold Ier : l'édification" , "Le règne de Léopold II : la glorification" , "L'épopée d'Albert Ier : l'héroïsation" , "L'ère de Léopold III : l'abdication" , "L'intermède de Charles : la transition" , "La pérennité de Baudouin : la mortification" , "Le temps d'Albert II : la continuation". Patrick Roegiers présente son ouvrage comme un roman-feuilleton, dans lequel il dresse avec finesse et objectivité le portrait de nos six rois et de notre régent Charles. C'est un bon résumé de l'histoire de la dynastie belge destiné au grand public et la longue bibliographie permettra aux personnes intéressées d'avoir des informations plus précises sur chaque membre de la famille royale. Il faut souligner que Patrick Roegiers ne cite presque aucun nom d'homme ou de femme politique belge.

Voici un extrait consacré au souverain actuel : "Albert II n'a pas le prestige moral de son frère, mais c'est un formidable et redoutable stratège. Il se sert de sa bonhomie et de sa bonne mine comme d'un bouclier infaillible. Ce n'est pas vraiment un moine, un apôtre apostolique comme son frère, un père modèle ou un mari parfait. Mais il a plus d'un tour dans son sac à malice et met les Belges dans sa poche sans qu'ils s'en rendent compte. Féru de géopolitique et amateur de hors-bord, mordu de géographie et d'histoire, il se sait assis sur une poudrière qui peut exploser à chaque seconde. Et à la frénésie éruptive du quotidien, il répond par une jovialité d'apparat et une bonhomie permanente".

J'ai relevé une quinzaine d'erreurs minimes dans ce livre de 450 pages :

page 41 : Patrick Roegiers explique que le prince Louis-Philippe (1833-1834) repose toujours actuellement dans le caveau des ducs de Brabant, et non en la crypte royale de Laeken. Faux, il y a été transféré en 1993 (voir "La république du Roi", écrit par Jacques Noterman, spécialiste des cimetières bruxellois).

page 134 : "Ses trois filles, désavouées, déshéritées, le traînent en justice". C'est vrai pour Louise et Stéphanie, mais pas pour Clémentine, princesse Napoléon.

page 150 : Lorsqu'il évoque l'accession au trône d'Albert Ier en 1909, l'auteur écrit : "Albert voit ses enfants, le duc de Brabant et le comte de Flandre, futur roi et futur régent". Charles ne portait pas encore le titre de comte de Flandre en 1909.

page 282 : La fille du prince Charles ne s'appelle pas Evelyne Wybo, mais Isabelle Wybo.

page 290 : "Il (Charles) déménage au domaine d'Argenteuil, près de Waterloo". Cette propriété a certes été attribuée à l'ancien régent, mais il ne s'y est jamais installé. Fin 1950-début 1951, Charles se partage entre l'Hôtel Métropole, Raversijde et la maison du peintre Alfred Bastien.

page 298 : La princesse Lilian ne s'est pas inclinée devant la dépouille du prince Charles. Dans ses mémoires, le colonel Guy Weber raconte qu'il a accompagné Léopold III au palais royal et que la princesse Lilian lui avait recommandé de bien veiller sur son époux.

page 353 : Fridhem n'est pas le nom de la résidence estivale de Fabiola, jeune fille, mais le nom de la résidence secondaire des parents de la reine Astrid en Suède.

page 384 : Albert II n'a pas été opéré d'une hernie discale en 1999, mais en 2000.

page 388 : Patrick Roegiers écrit qu' "Albert II devient pilote d'hélicoptère et d'avion de chasse", mais je n'ai jamais lu qu'il avait suivi une formation à la force aérienne. A vérifier.

page 403 : La première sortie royale de Paola en tant que reine n'est pas l'ouverture d'Europalia Mexique, mais le voyage d'Etat du couple impérial japonais en Belgique début septembre 1993. Albert et Paola les ont accompagnés à Bruxelles, Mons et Anvers.

page 405 : La reine Paola n'était pas aux côtés du Roi lors de son discours télévisé de Noël 1999 dans lequel il a évoqué leur crise conjugale. Elle était présente aux discours de Noël 1993 (année de leur accession au trône) et 1997 (à l'occasion des 60 ans de la souveraine).

page 408 : Les 175 ans de la monarchie et de la prestation de serment de Léopold Ier n'ont pas eu lieu en 2005, mais en 2006. En 2005, on a fêté les 175 ans de l'indépendance de la Belgique.

page 409 : "Le président du parlement flamand déclare que les Belges n'ont plus en commun que l'équipe de football, le Roi et certaines bières". A l'époque de cette déclaration, Yves Leterme n'était pas président du parlement flamand, mais ministre-président de la région flamande.

mercredi 11 novembre 2009

Les actions de la reine Fabiola

                               fabiola

Dès sa prime jeunesse en Espagne, Fabiola de Mora y Aragon était attirée par le social et la culture : elle a suivi une formation d'infirmière et a travaillé dans un hôpital de Madrid, et a écrit des contes pour ses nombreux neveux et nièces. Le 15 décembre 1960, elle épouse le roi Baudouin des Belges.

De 1960 à 1993, la reine Fabiola assume son rôle de Première Dame de Belgique. Elle instaure un secrétariat social au palais royal afin de répondre efficacement aux demandes d'aide qu'on lui envoie. Très sensible aux handicapés, elle crée la Fondation Nationale Reine Fabiola pour la Santé Mentale et accepte de donner son nom aux Villages Reine Fabiola pour handicapés. Elle est la présidente d'honneur du Concours Musical Reine Elisabeth (depuis 1965) et de la Fondation Roi Baudouin (depuis 1993), et membre d'honneur depuis 1976 de l'Académie Royale de Médecine de Belgique. La reine Fabiola accorde également son Haut Patronage à l'Unicef-Belgique, à la Journée Mondiale Poésie-Enfance, au Salon des Aquarelles de Belgique et à la Fondation Belge de la Vocation.

A la demande du roi Baudouin, elle préside, en février 1992 à Genève, un sommet sur le progrès économique des femmes rurales, une réunion rassemblant 64 épouses de chefs d'Etats et de gouvernements, et débouchant sur la création du Comité Directeur International pour la Promotion Economique de la Femme Rurale (CDI). Une nouvelle réunion a lieu en 1994 à Bruxelles en présence des reines Fabiola et Paola, Sophie d'Espagne et Noor de Jordanie, et de Mme Danièle Mitterrand (Première Dame de France). La reine Fabiola a ensuite fait plusieurs voyages et discours afin d'attirer l'attention sur les femmes rurales, notamment lors de la Conférence Mondiale sur les Femmes en 1995 à Pékin en Chine.

A l'aube du nouveau siècle, la reine Fabiola diminue progressivement ses apparitions publiques et laisse la place à la nouvelle génération de la famille royale belge. Elle quitte en 1998 le château de Laeken pour le plus modeste Stuyvenbergh. Invoquant son âge, elle arrête son combat pour les femmes rurales en 2000. La Fondation Nationale Reine Fabiola pour la Santé Mentale est transformée en 2004 en un plus modeste Fonds Reine Fabiola pour la Santé Mentale, géré par la Fondation Roi Baudouin. Elle doit ensuite faire à de nombreuses critiques pour sa dotation et à plusieurs problèmes de santé (notamment une longue pneumonie au début de l'année 2009).

A lire également sur ce blog :

Le Fonds Reine Fabiola pour la Santé Mentale (http://familleroyalebelge.blogspot.com/2009/05/le-fonds-reine-fabiola-pour-la-sante.html)

Le livre "Fabiola : une jeune fille de 80 ans"
(http://familleroyalebelge.blogspot.com/2009/02/fabiola-une-jeune-fille-de-80-ans-b.html)

samedi 7 novembre 2009

"Philippe et Mathilde : princes de l'an 2000" (Fernand Colleye)

Quelques mois après leur mariage, le prince Philippe et la princesse Mathilde ont droit à leur première biographie rédigée par Fernand Colleye, ancien journaliste à la RTBF et auteur d'un autre ouvrage sur le prince en 1992.

Né en 1960, Philippe est le fils aîné du prince Albert et de la princesse Paola. Il effectue ses études primaires et secondaires au Collège Saint-Michel d'Etterbeek et à l'abbaye de Zevenkerken à Bruges-Saint-André. Après sa formation militaire à la force aérienne et dans le régiment paracommando, il obtient le diplôme de Master of Arts de l'Université de Stanford en Californie. Après le décès du roi Baudouin en 1993, Philippe devient prince héritier, duc de Brabant, sénateur de droit et président de l'Office Belge du Commerce Extérieur. Il multiplie les missions économiques à l'étranger et crée le Fonds Prince Philippe pour intensifier les échanges entre nos communautés.

Mathilde d'Udekem d'Acoz est née à Uccle en 1973. Sa famille paternelle est originaire de Flandre occidentale et elle est liée à toute la noblesse polonaise grâce à sa maman Anna Komorowska. Mathilde passe une enfance paisible au château de Losange en province de Luxembourg. Après des études primaires à l'Ecole Notre-Dame de Bastogne, elle fréquente l'Institut de la Vierge Fidèle à Bruxelles. En 1991, Mathilde choisit d'étudier la logopédie à l'Institut Marie Haps, où elle obtient son diplôme avec grande distinction. Tout en poursuivant des études de psychologie à l'UCL, elle ouvre un cabinet de logopédie dans la capitale belge.

Après avoir retracé leur parcours dans la première moitié du livre, Fernand Colleye fait remarquer avec raison : "Ensemble, Philippe et Mathilde forment le couple princier qui compte plus d'attaches familiales qu'aucun autre au coeur de ce pays au destin duquel ils se trouvent dès à présent inséparablement liés". L'auteur nous raconte ensuite l'engouement populaire et médiatique suite à l'annonce de leur mariage, les Joyeuses Entrées, la soirée de fiançailles à Laeken, et enfin leur union civile et religieuse.

Je n'ai trouvé aucune erreur dans ce livre très documenté et bien écrit, qui a pour unique défaut de manquer de recul et d'être une hagiographie rédigée en pleine "Mathildemania".

lundi 2 novembre 2009

Activités royales en octobre 2009

21 audiences pour le Roi : le premier ministre Herman Van Rompuy (reçu 3 fois), le ministre de l'Energie Paul Magnette, la présidente de Lituanie Dalia Grybauskaite, le vice-premier ministre Didier Reynders, le président du Burundi Pierre Nkurunzizo, la vice-première ministre Joëlle Milquet, le ministre de la Justice Stefaan De Clerck, le président du comité militaire de l'UE Henri Bentegeat, le président d'Ukraine Victor Yushchenko, le vice-premier ministre Steven Vanackere, la vice-première ministre Laurette Onkelinx, l'ambassadeur de Belgique au Congo Dominique Struye de Swielande, le vice-président de Chine Jinping Xi, le sous-lieutenant Jan Van Belle (Epée du Roi 2009), le président du Brésil Luis Lula da Silva, ainsi que les ambassadeurs de France, des îles Fidji, du Kosovo et de Turquie venus apporter leur lettre de créance.

8 activités officielles pour le Roi : visite des Pôles d'Attraction Interuniversitaire à Louvain-la-Neuve, célébration à Tremelo pour la canonisation du père Damien, inauguration d'Europalia Chine, déjeuner à Laeken en l'honneur du vice-président chinois, canonisation du père Damien au Vatican, visite du Quartier Commandant de Hemptinne à Heverlee, visite de l'asbl Renovassistance à Anderlecht et concert d'automne au palais royal.

12 activités officielles pour la reine Paola : visite de l'exposition sur la Maison Delvaux à Anvers, célébration à Tremelo pour la canonisation du père Damien, déjeuner à Laeken en l'honneur du vice-président chinois, inauguration d'Europalia Chine, canonisation du père Damien au Vatican, visite de l'exposition sur Wibald de Stavelot à l'abbaye de Stavelot, 15ème anniversaire de l'asbl Jardins Ouverts de Belgique, conférence sur la traite des êtres humains, visite de l'entreprise 3 Suisses à Tournai, audience du premier ministre Herman Van Rompuy, concert d'automne au palais royal et spectacle de cirque offert par l'Oeuvre Royale des Berceaux Princesse Paola.

14 activités officielles pour le prince Philippe : déjeuner avec le président brésilien Luis Lula da Silva, séminaire sur les relations économiques entre la Belgique et le Brésil, rencontre avec des officiers-élèves de l'Ecole Royale Militaire, spectacle sur le père Damien à Anvers, cérémonie d'ouverture de l'année académique de l'Ecole Royale Militaire, accueil du vice-président chinois à l'aéroport, déjeuner à Laeken en l'honneur du vice-président chinois, inauguration d'Europalia Chine, forum organisé par la FEB pour le vice-président chinois, visite de GSK Biologicals à Wavre, visite de l'Antwerp Word Diamond Centre, visite du port d'Anvers avec le vice-président chinois, remise du Prix Entreprise de l'Année, concert pour les 75 ans de la Loterie Nationale + mission économique en Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis.

6 activités officielles pour la princesse Mathilde : spectacle sur le père Damien à Anvers, réunion de travail à la FEDIS à Bruxelles, déjeuner en l'honneur du vice-président chinois, inauguration d'Europalia Chine, concert pour les 75 ans de la Loterie Nationale, déjeuner avec des membres de l'organisation Soroptimist + mission économique aux Emirats Arabes Unis.

14 activités officielles pour la princesse Astrid : visite de laboratoires à la KUL, inauguration d'Europalia Chine, dîner à Monaco au profit de l'EORTC (en faveur du cancer), inauguration des nouveaux entrepôts de la Banque Alimentaire du Limbourg, inauguration des nouveaux locaux du Bureau d'Aide Juridique de Bruxelles, dîner de l'Union Européenne des Associations des Demeures Historiques, journée mondiale de refus de la misère à Bruxelles, soirée de gala de l'Institut de Pathologie Cellulaire Christian de Duve, conférence organisée par la Fondation Hélène De Beir, visite de l'entreprise 3 Suisses à Tournai, ouverture du 10th Epposi Workshop on Partnering for Rare Disease Therapy Development, concert d'automne au palais royal, visite de laboratoires à l'UZ Gasthuisberg à Leuven et spectacle de cirque offert par l'Oeuvre Royale des Berceaux Princesse Paola.

3 activités officielles pour le prince Lorenz : inauguration d'Europalia Chine, dîner à Monaco au profit de l'EORTC (en faveur du cancer) et présentation à Saint-Hubert du livre "Les Chasses Royales".

4 activités officielles pour le prince Laurent : journée d'étude sur les animaux en prairie, vernissage de l'exposition "Chienne de guerre", inauguration d'Europalia Chine et concert d'automne au palais royal.

3 activités officielles pour la princesse Claire : inauguration d'Europalia Chine, concert d'automne au palais royal et spectacle de cirque offert par l'Oeuvre Royale des Berceaux Princesse Paola.

Résumé de janvier 2009 à octobre 2009 (source : www.monarchie.be) :

Roi Albert : 53 activités officielles + 116 audiences + voyage d'Etat en Roumanie

Prince Philippe : 75 activités officielles + missions économiques au Mexique, au Panama, en Corée du Sud, en Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis + voyage au Kazakhstan pour le départ de Frank De Winne dans l'espace

Princesse Mathilde : 72 activités officielles + missions économiques au Mexique et aux Emirats Arabes Unis

Reine Paola : 53 activités officielles + voyage d'Etat en Roumanie

Princesse Astrid : 51 activités officielles + mission contre la malaria aux Emirats Arabes Unis, au Qatar et en Arabie Saoudite

Princesse Claire : 26 activités officielles

Prince Laurent : 20 activités officielles

Prince Lorenz : 18 activités officielles

Reine Fabiola : 13 activités officielles