mercredi 14 septembre 2011

La princesse Lilian de Belgique

                                                                                
Née en 1916 à Londres, Lilian est le septième enfant d'un couple d'Ostendais réfugié en Angleterre en raison de la guerre. Son père Henri Baels sera notamment avocat, échevin, administrateur de sociétés de pêcherie, député à la Chambre, ministre de l'Agriculture et des Travaux publics, et gouverneur de la province de Flandre Occidentale à partir de 1933. Elle fréquente l'école primaire des Soeurs de Saint-Joseph à Ostende, puis l'Institut des Dames du Sacré-Coeur. Elle parle le français, le néerlandais et l'anglais. Sa famille s'installe à Knokke en 1931 et fuit en France lors de l'invasion allemande de 1940. Fille de gouverneur, Lilian rencontre plusieurs fois avant la guerre le roi Léopold lors d'activités officielles, et celui-ci l'invite à jouer ensemble au golf.

Le début de la romance entre Léopold III et Lilian débute en 1940, comme elle l'a raconté plus tard dans "Un couple dans la tempête" : "Le 9 juillet, j'ai ramené mon père qui avait été blessé à la jambe pendant l'exode. Je l'ai conduit en voiture à Laeken. Il voulait voir tout de suite le Roi ou son chargé d'affaires. J'ai attendu dehors et là, j'ai vu ces grilles tenues d'un côté par la Gestapo et de l'autre par la Wehrmacht. Après un petit moment, un Grand Maréchal s'est approché, a frappé à ma vitre, et m'a dit : "Le Roi et la reine Elisabeth aimeraient que vous veniez". J'ai ramené mon père à l'hôtel et je suis revenue au palais. C'était le 9 juillet. J'ai revu le Roi sur un green de golf qu'il a appelé le "green du 9 juillet" à partir de ce moment-là. Il m'a posé des questions sur la situation en France. Et puis, il m'a parlé succintement de ce qu'il s'était passé, de la manière odieuse et injuste dont l'avaient traité la France et l'Angleterre. Ca, c'est notre rencontre du 9 juillet 1940, la première fois où l'on se parlait vraiment... Puis, très vite, j'ai dû ramener mon père pour le faire soigner à Anglet. Je ne suis revenue avec lui que fin 1940 en Belgique. J'habitais alors chez des amis. Et là, j'ai revu le Roi. Il avait reçu ma lettre de Bernay. J'étais enchantée (...) Finalement, je suis revenue en juin 1941. Nous prenions les repas avec la reine Elisabeth... Je ne voyais jamais les enfants, je ne voyais que le Roi et ma future belle-mère que j'avais connue lorsqu'elle venait à Bruges quand mon père était gouverneur. Et puis, un jour, en septembre 1941, le Roi m'a demandé de devenir sa femme. J'ai dit non tout de suite, me rendant compte que c'était de la folie à tout point de vue. Et alors, les conseils ne m'ont pas manqué. Le cardinal Van Roey qui était un ami d'enfance, la reine Elisabeth aussi. On a fait venir mon père ; il ne savait pas de quoi il s'agissait. J'ai envoyé le cardinal pour le lui dire. Mon père m'a demandé si j'étais folle. Je lui ai dit : "Pas du tout, c'est pour çà que j'ai refusé". Le cardinal m'a mis la main sur le genou et m'a dit : "Ma petite, si vous ne l'aimez pas, il ne faut pas en faire le sacrifice". Il n'avait rien compris. Pourtant, il me connaissait bien, il m'avait confirmée. C'est lui qui m'a mariée, a ondoyé et baptisé mes enfants, c'est un grand ami. Mon père, bien que très réticent, a donné son accord le 8 ou le 9 septembre. Mais ma mère ne savait rien, alors que jusque-là, mon père ne lui avait jamais rien caché. Les Allemands ne savaient pas, personne n'a su. Le 11 septembre, le cardinal nous a mariés en toute intimité. Il y avait la reine Elisabeth, nous, mon père, le vicaire et le cardinal. Pourquoi un mariage religieux? Parce que le mariage civil nécessite une certaine publicité, les bans, la venue d'un officier de l'état-civil... Etant donné les circonstances, sous l'Occupation allemande, le Roi pensait que ce n'était pas souhaitable, mais mon père regrettait l'absence du mariage civil. Aussi, des semaines après, quand je me suis rendu compte que j'étais enceinte, donc début décembre, nous nous sommes mariés civilement. Et c'est là que, le 6 décembre dans l'après-midi, j'ai vu les enfants pour la première fois, les deux fils parce que Joséphine-Charlotte était en Italie chez sa tante".

L'annonce de cette union crée la polémique pour trois raisons : 1° Le mariage civil a suivi le mariage religieux (alors que la Constitution belge exige l'inverse). 2° Le Roi est prisonnier des Allemands mais peut penser à ses amours, ce qui n'est pas le cas des autres soldats prisonniers. 3° Beaucoup de Belges restent attachés à la mythique reine Astrid, décédée en 1935. Plus tard, on reprochera aussi à Léopold III d'avoir remercié Hitler pour les félicitations et les fleurs qu'il leur avait envoyées lors de leur mariage. Le Roi annonce que la princesse Lilian renonce au titre de reine, et que leurs futurs enfants n'entreront pas dans l'ordre de succession au trône. Le prince Alexandre naît en juillet 1942.

Avec son époux, la princesse Lilian connaîtra la déportation en 1944 dans la forteresse d'Hirschtein, la Question Royale et l'exil en Suisse de 1945 à 1950. Le roi Léopold III décide d'abdiquer au profit de son fils le roi Baudouin, jeune homme célibataire et timide de 20 ans, qui leur demande d'habiter avec lui à Laeken. Léopold III et Lilian sont à nouveau parents : la princesse Marie-Christine, née en 1951, et la princesse Esmeralda, née en 1956. Les photos prises au cours de cette décennie montrent l'amour et la complicité qui régnaient au sein de cette "famille recomposée", un terme qui n'existait pas à cette époque. Toujours très élégante, la princesse Lilian joue le rôle de Première Dame mais ne parvient pas à se faire accepter des Belges. Suite à l'hospitalisation de son fils Alexandre, elle crée la Fondation Cardiologique Princesse Lilian (plus d'infos sur cette fondation : http://familleroyalebelge.blogspot.com/2010/09/la-fondation-cardiologique-princesse.html).

Le monde politique belge suspecte le roi Léopold et la princesse Lilian d'influencer la politique du roi Baudouin. Sous la pression du gouvernement, ceux-ci acceptent en 1959 de quitter le domaine de Laeken. L'Etat met à leur disposition le domaine royal d'Argenteuil qui nécessitera un an de travaux (plus d'infos sur ce domaine : http://familleroyalebelge.blogspot.com/2009/02/le-domaine-royal-dargenteuil.html).

1960 marque un tournant dans la vie de Léopold III et Lilian. Outre leur déménagement, c'est le début de leur mise à l'écart de la famille royale et de leur brouille avec le roi Baudouin. Que s'est-il passé entre eux? Quatre hypothèses existent, mais il est difficile de dire laquelle a joué le plus grand rôle : 1° Les meubles de Laeken emportés à Argenteuil sans concertation avec le roi Baudouin. 2° L'influence de l'Eglise sur le roi Baudouin qu'ils ne voyaient pas d'un bon oeil. 3° La volonté du gouvernement d'éloigner le roi Léopold de son fils. 4° Les caractères très opposés de la reine Fabiola et de la princesse Lilian.

Au domaine royal d'Argenteuil décoré avec goût, Léopold III prépare ses expéditions à travers le monde et s'adonne à sa passion de la photographie, la princesse s'occupe de la Fondation Cardiologique Princesse Lilian et de sa harde de cerfs, la princesse Marie-Esméralda suit des cours particuliers à domicile (la princesse Marie-Christine est pensionnaire à Bruges puis en France). Léopold III et Lilian reçoivent dans la discrétion de nombreuses personnes : ambassadeurs, ministres, anciens combattants, photographes, scientifiques, sportifs, etc. Mais la plus prestigieuse visite à Argenteuil restera celle de la reine Elisabeth II et du prince Philip d'Angleterre en 1966.

En 1983, le roi Léopold III décède et a droit à des funérailles nationales. Il laisse à sa veuve son testament politique qu'il lui demande de faire publier à un moment opportun. Elle crée en 1991 l'asbl Princesse Lilian en mémoire du roi Léopold III afin de rassembler et classer les nombreuses archives du quatrième roi des Belges, et ne fera plus qu'une seule apparition publique pour les 10 ans de la mort de son mari. Par ailleurs, les ponts sont coupés avec sa fille la princesse Marie-Christine qui s'est installée aux Etats-Unis.

Le soir du 31 juillet 1993, Albert II, nouveau chef de famille, lui téléphone pour l'informer du décès du roi Baudouin afin qu'elle l'apprenne avant l'annonce par les médias. Après cette délicate attention, il se rend à plusieurs reprises au domaine d'Argenteuil et il assiste au mariage à Londres de la princesse Esmeralda avec le professeur Salvador Moncada. La princesse Lilian a ensuite la joie d'être grand-mère en 1998 et 2001. De son côté, le prince Alexandre - qui venait voir sa mère presque tous les jours - rend public son mariage avec Léa Wolman, mais cette dernière ne semble pas avoir été bien acceptée par sa belle-mère.

L'image de la princesse Lilian ne s'améliore pas dans l'opinion publique et des rumeurs sont régulièrement relayées par la presse (une supposée liaison avec son beau-fils le roi Baudouin, p.ex.). Evrard Raskin écrit sa biographie dont l'objectif est de démontrer que le deuxième mariage de Léopold III est la cause principale de la Question Royale et de l'abdication du souverain. ("Des années après sa mort, Léopold III apparaît toujours comme l'homme qui s'est marié au mauvais moment avec la femme qu'il n'aurait jamais dû épouser" écrit-il).

Ignorant les critiques, la princesse Lilian continue son travail de mémoire : elle soutient sa fille Esmeralda pour la sortie d'un album-photos intitulé "Léopold III, mon père", elle donne enfin sa version des événements à Claude Désiré et Marcel Jullian pour leur livre "Un couple dans la tempête", et elle fait publier le testament politique de son mari en 2001 à l'occasion du 100ème anniversaire de sa naissance. Un an plus tard, la princesse décède au domaine royal d'Argenteuil et est inhumée dans la crypte royale de Laeken en présence de toute la famille royale belge.

Le gouvernement belge refuse les propositions du prince Alexandre et de la princesse Marie-Esméralda de consacrer le domaine royal d'Argenteuil en un lieu de travail pour les fondations créées par Léopold III et Lilian. A partir de l'automne 2002, le château commence à se vider : les meubles d'Etat empruntés en 1960 retournent à Laeken ; les archives sont transférées au palais royal ; les meubles, robes, bijoux, tableaux et argenterie sont partagés entre les trois héritiers ou vendus par Sothebys. Réputée pour son élégance, la princesse Lilian serait sans doute très heureuse que certaines de ses robes aient été offertes par ses enfants au Musée de la Mode d'Anvers, au Musée du Costume et de la Dentelle de Bruxelles, à la Maison Dior en France et au Musée Balenciaga en Espagne. En septembre 2004, l'Etat vend le domaine royal d'Argenteuil à Jean-Marie Delwart, un riche industriel belge, désireux de s'y livrer à sa passion pour la recherche scientifique en ethologie. La princesse Esmeralda rachète le châlet d'Hinteriss que possédait sa mère, et continue de défendre sa mémoire. Par contre, la princesse Marie-Christine règle ses comptes avec la princesse Lilian dans son autobiographie "La brisure".

Bref, la princesse Lilian est une femme qui a compté dans la vie de trois rois (Léopold III, Baudouin et Albert II) et qui a marqué l'histoire de la dynastie belge. Ses relations avec le prince Charles, la reine Fabiola et les princesses Marie-Christine et Léa ont été difficiles. Sa personnalité continue de susciter la controverse, mais j'espère vous avoir fait connaître un peu mieux sa vie, loin des clichés et des rumeurs. Il manque une biographie sérieuse et objective à son sujet afin de savoir réellement quelle a été son influence au cours de la Question Royale.

8 commentaires :

  1. Merci pour cet article intéressant (comme toujours d'ailleurs).

    Il faudra attendre l'accession des ses archives et de celle du roi Léopold III pour qu'un jour une réelle biographie objective voit le jour.

    RépondreSupprimer
  2. Il faut ajouter à cet article très intéressant que Lilian était une femme d'une beauté et d'une élégance irréprochable. Elle ne semblait pas très abordable et peu de femmes pouvaient s'identifier à elle, ce qui a joué en sa défaveur.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, merci pour ce portrait que je relis pour la cinquième fois maintenant, cela me donnerait envie de lire une biographie détaillée sur cette femme, mais il faudra attendre pour cela...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Je recherche des informations sur le Manoir des Clausonnes, résidence secondaire située à Biot dans les Alpes Maritimes (France) aquise à la fin des années soixante par le couple et qualifiée de second havre de paix après la résidence d'Argenteuil.
    Auriez-vous photos ou archive sur ce manoir ?
    Merci

    RépondreSupprimer
  5. Dominique,

    Le manoir a été acquis en 1969. Le roi Léopold III et la princesse Lilian ont d'ailleurs apporté beaucoup d'attention au jardin. Je n'ai pas beaucoup plus d'information sur la demeure. A ma connaissance, il n'existe qu'une seule photo où l'on voit la princesse Marie-Esméralda prise dans le jardin, dans le livre "Léopold III, mon père" écrit par la princesse elle-même en 2001. Il semblerait que le manoir ait été vendu après 1983, puisque le roi a passé son dernier été à Biot.

    RépondreSupprimer
  6. Valentin,

    Je te remercie pour ces informations, c'est justement sur le jardin que portent mes recherches. Je prépare un document sur le jardin de ce manoir dans le cadre d'une formation dans les travaux paysagers et je dois consacrer une partie à l'historique pour arriver au jardin tel qu'il est aujourd'hui. Pour information, j'ai visité ce domaine hier, c'est un endroit absolument magnifique. Je pourrai transmettre le résultat de mes recherches "modestes" si cela intéresse quelqu'un.

    RépondreSupprimer
  7. Dominique,

    Malheureusement je ne dispose pas de davantage d'information. Si cela vous intéresse, je peux vous envoyer une photo de la princesse Marie-Esméralda dans le jardin (vous pouvez m'envoyer votre adresse sur royalementblog@gmail.com).

    Je serais assez intéressé par les résultats de votre travail qui pourraient d'ailleurs être publié sur Royalement Blog. Je suis également très intéressé par des photographies actuelles du lieu, si cela est possible...

    Valentin

    RépondreSupprimer
  8. Barusasiyeko Céline9 août 2013 à 09:59

    Merci pour cette histoire très intéressante de la princesse Lilian, ayant rencontrée sa fille Marie Christine à l`Internat English Convent à Bruges, qui était de l`âge de ma jeune soeur, j`avais eu la chance d`accompagner visiter Marie Christine à Argentueil,j`avais été enchantée par l`accueil de sa Mère, nous étions très jeunes.J`ai lu le livre écrit par Marie Christine, La Brisure, je pense souvent à elle, d`autant plus qu`elle semble avoir habiter au Canada.Du coup l`histoire de la famille m`est très interessante!!!Merci.

    RépondreSupprimer