mercredi 13 juin 2012

"Fabiola : reine depuis toujours" (Fermin J. Urbiola)

La première partie de ce livre est intéressante et fourmille d'anecdotes. Elle nous permet aussi de mieux comprendre la situation politique et dynastique de l'Espagne à cette époque.

Fabiola de Mora y Aragon naît le 11 juin 1928 à Madrid. Sa famille aristocratique et catholique y occupe un bel hôtel particulier qui reçoit parfois la visite du roi Alphonse XIII. Ils passent l'été à Zarautz. En 1931, suite à la chute de la monarchie et à la guerre civile, Fabiola, ses parents, ses frères et soeurs partent en exil en France et en Suisse. En 1939, ils peuvent enfin retourner en Espagne et récupérer leurs biens. Le pays est désormais dirigé par Franco et se tient à l'écart de la deuxième guerre mondiale.

Fabiola effectue des études d'infirmière, va chaque jour à la messe, aide des familles pauvres de Madrid, s'occupe de ses nombreux neveux et nièces pour lesquels elle écrit des contes qu'elle fera ensuite publier. Son seul loisir est la musique. Elle a des relations tendues avec son fantasque frère Jaime avec qui elle ne partage pas le goût pour la vie mondaine. Leur père décède en 1957. A 30 ans, elle quitte la maison familiale pour un appartement à Madrid.

L'auteur affirme que Baudouin et Fabiola se seraient rencontrés chez la reine Victoria-Eugénie à Lausanne en 1957 et chez Joséphine-Charlotte au Luxembourg en 1959. Il confirme le rôle joué en 1960 par le cardinal Suenens et Véronica O'Brien à qui le Roi avait demandé leur aide pour trouver sa future épouse. Le mariage a lieu le 15 décembre et Fabiola devient la cinquième reine des Belges.

Après une première partie de 216 pages consacrées aux années 1928-1960, la deuxième partie sur sa vie de reine compte seulement une nonantaine de pages et est décevante. Dans cette hagiographie sans la moindre critique, on ne trouve aucune allusion à la séparation entre Laeken et Argenteuil, à son rôle dans les problèmes conjugaux des princes de Liège, à ses relations difficiles avec le prince Laurent, à sa dotation si souvent critiquée. La bibliographie nous permet de constater que l'auteur n'a consulté principalement que des ouvrages, journaux et archives espagnols. Cela explique le décalage entre cette hagiographie complaisante d'un fan espagnol et l'image plus nuancée qu'a aujourd'hui la reine Fabiola dans l'opinion publique en Belgique.

Personnellement, je préfère la biographie de la reine Fabiola par Brigitte Balfoort et Joris De Voogt parue pour ses 80 ans en 2008.

2 commentaires :

  1. Oui vous avez raison, c'est dommage de ne pas aller au fond des choses en ce qui concerne ses années de reine... Comment peut-on se procurer l'ouvrage que vous citez à la fin de votre article?

    RépondreSupprimer
  2. Réponse à Elodie : cette biographie de Brigitte Balfoort et Joris De Voogt a été traduite en français par les Editions Jourdan (www.editionsjourdan.com). Dans le catalogue de leur site Internet, vous devez cliquer sur la rubrique "Belgique".

    RépondreSupprimer